•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CouvertureTerminéeLes éléments de la page suivante peuvent changer d’ordre, et d’autres peuvent être retirés ou ajoutés au moment de la mise à jour.

Relisez les faits saillants du discours d’ouverture de François Legault

Ce discours sert à donner le ton du second mandat des caquistes à la tête du Québec.

François Legault parle au Salon bleu.

François Legault dévoile les priorités de son second mandat.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Faits saillants

  • Les attentes sont élevées pour François Legault, qui a décroché un second mandat avec une majorité écrasante de 90 députés.

  • Le premier ministre a parlé de santé et d'éducation, mais aussi des mesures qu'il prévoit pour contrer le déclin du français au Québec.

  • Au début de la semaine, François Legault a aussi évoqué la transition vers une économie verte comme étant l'une de ses priorités, ce que le discours est venu confirmer.

  • Merci d'avoir suivi cette couverture en direct du discours d'ouverture de la première session de la 43e législature à l’Assemblée nationale.

    Bonne soirée!

  • Le discours d'ouverture du premier ministre a duré 1 heure 18 minutes précisément.

    Un débat doit suivre au sujet de ce discours entre les 125 élus de l'Assemblée nationale.

  • À la fin de son allocution, le premier ministre a abordé un sujet qui l'a fait trébucher à plusieurs reprises pendant la dernière campagne électorale.

    Je veux vous parler d’immigration. Il y a beaucoup de choses qui ont été dites, particulièrement dans la campagne électorale. Il y a un lien entre immigration et vitalité du français, a-t-il insisté, lui à qui on avait reproché de faire un lien entre immigration et violence au début de la campagne.

    Les Québécois sont en faveur de l’immigration. Les élus ici [...] sont en faveur de l’immigration. La nation québécoise est une des nations les plus accueillantes dans le monde et les nouveaux Québécois sont une richesse pour le Québec.

    Mais le débat ne porte pas là-dessus. On cherche la meilleure politique d’immigration et d'intégration qui tient compte de notre réalité nord-américaine, qui tient compte de la forte attractivité de la langue anglaise.

    Il a déploré l'entrée d'immigrants illégaux par la voie du chemin Roxham et le fait que le Québec seul doit s'assurer de leur offrir du soutien le temps que le gouvernement fédéral décide s'ils sont admissibles ou non au statut de réfugié, ce qui prend en moyenne deux ans.

  • Le premier ministre du Québec a aussi profité de son discours d'ouverture pour lancer une nouvelle pointe à Justin Trudeau en ce qui concerne le financement des soins de santé :

    Ça n'a pas de bon sens que les dépenses en santé augmentent dans toutes les provinces à un rythme de 5-6 % par année en raison du vieillissement de la population et que le gouvernement fédéral en finance seulement 22 %. [...] Les Québécois envoient plus de 40 % de leurs impôts à Ottawa.

    Une citation de François Legault, premier ministre du Québec

    On est raisonnables, on demande que ça passe de 22 % à 35 %, a-t-il souligné.

  • Sans surprise, François Legault a longuement parlé de santé. Il a évoqué plusieurs solutions pour relever les énormes défis du réseau de la santé : approche décentralisée, flexibilité, gestion de proximité, meilleure gestion des horaires de travail pour éliminer les heures supplémentaires obligatoires, élargissement des pratiques professionnelles, télésanté.

    Je veux lancer un message à tous les responsables d’ordres professionnels : on a besoin de résultats, on a besoin de façon pressante d’élargir les responsabilités professionnelles.

    Il a aussi évoqué le besoin d’engager plus de personnel et la construction de deux mini-hôpitaux privés.

    Je vois le chef de Québec solidaire qui est en train de tout s’arracher les cheveux. Il ne faut pas être dogmatique, a-t-il lancé en affirmant que les Québécois pourront payer avec leur carte d’assurance maladie et que ce sera l’occasion d’explorer un nouveau modèle.

    Il a aussi mentionné deux grands chantiers prioritaires : la santé mentale et les soins aux aînés.

  • François Legault a affirmé que les Québécois produisent en moyenne 9 tonnes de gaz à effet de serre (GES) par année. Il a comparé cette valeur avec celle des Américains (18 tonnes) et avec la moyenne canadienne sans le Québec (20 tonnes).

    J'ai beaucoup d'ambitions, a-t-il lancé, disant vouloir permettre aux Québécois d'être parmi les premiers dans le monde à éliminer les GES.

    On ne doit pas être dogmatique, par contre.

  • Pour réussir la transition énergétique et atteindre la carboneutralité, ça va prendre beaucoup d’électricité. On l’a dit, on l’a calculé : 100 térawatts/heure de plus que le 200 térawatts/heure qu’on a déjà chez Hydro-Québec.

    Le défi, pour les prochaines années, c’est de bâtir un demi-Hydro-Québec.

    Une citation de François Legault, premier ministre du Québec

    En 2041, notre contrat pour Churchills Falls se termine, et je ne veux pas être dans une position de faiblesse pour négocier, a-t-il confié.

    Comment on va faire? Efficacité et sobriété énergétique, a-t-il dit. Il y a beaucoup à faire encore.

    Il a mentionné l'énergie éolienne, la bioénergie, la modernisation des centrales électriques, et oui, il faut envisager sérieusement la construction de nouveaux barrages.

    Il y a beaucoup d’États dans le monde qui se rabattent sur le nucléaire. Ce n’est pas un choix qu’on souhaite faire, avec tous les enjeux d’entreposage des déchets.

    On a besoin dans le prochain mandat de faire un vrai débat de société.

  • François Legault a évoqué la transformation numérique pour aider à rendre l'État plus efficace, le qualifiant de lourd et lent, parfois.

    C'est possible! On l'a vu au ministère de la Santé avec la vaccination! s'est-il exclamé.

    Il a aussi affirmé que l'implantation d'Internet haute vitesse fait partie de ses priorités. C'était du moins l'une de ses promesses de campagne... en 2018, puis en 2022.

  • François Legault parle au Salon bleu.

    François Legault dévoile les priorités de son second mandat.

    Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

    Il faut concilier la lutte contre les changements climatiques et la création de richesse, il faut saisir cette opportunité emballante.

    Une citation de François Legault, premier ministre du Québec, au sujet de l'économie verte

    François Legault a aussi évoqué l’importance de prioriser l’achat local, de soutenir les agriculteurs et de miser sur le développement des régions.

  • François Legault a admis que l'une de ses plus grandes fiertés, depuis qu'il a été élu à la tête du Québec pour la première fois, c'est la réduction de l'écart de richesse avec l'Ontario, qui est passé de 16,4 % à 12 % en quatre ans.

    Il faut continuer, a-t-il dit. Comment on fait ça?

    En s'attaquant à la pénurie de main-d'œuvre, selon lui. Attirer les personnes de 65 ans et plus sur le marché du travail, offrir des salaires plus attractifs, requalifier les travailleurs : François Legault a évoqué plusieurs moyens.

    L'immigration fait partie du coffre à outils, mais ce n'est pas une solution miracle, a-t-il soutenu.

    Selon lui, il faut conjuguer les besoins en main-d'œuvre avec la préservation du français et, pour ce faire, il faut attirer plus d'étudiants étrangers dans les cégeps francophones, a-t-il réitéré.