•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CouvertureTerminéeLes éléments de la page suivante peuvent changer d’ordre, et d’autres peuvent être retirés ou ajoutés au moment de la mise à jour.

Le débat des chefs : les faits saillants

Le dernier grand débat télévisé de la campagne électorale au Québec animé par Patrice Roy

François Legault et Éric Duhaime échangent une poignée de main.

François Legault et Éric Duhaime échangent une poignée de main.

Photo : The Canadian Press / Ryan Remiorz

Faits saillants

  • François Legault, Dominique Anglade, Gabriel Nadeau-Dubois, Paul St-Pierre Plamondon et Éric Duhaime ont débattu sur le plateau aménagé dans l’atrium de la nouvelle Maison de Radio-Canada.

  • Les cinq grands thèmes : environnement; coût de la vie et économie; santé; éducation et services aux citoyens; français, immigration et identité.

  • Voici un résumé des faits saillants du débat des chefs avec notre journaliste Véronique Prince.

  • Qui sont les gagnants et les perdants?

    Nous analysons le débat des chefs au Téléjournal avec Céline Galipeau ainsi qu'avec les panélistes Michel David, commentateur politique au quotidien Le Devoir, Hélène Buzzetti, chroniqueuse politique pour Les coops de l'information, et le journaliste Paul Wells.

  • « De toute évidence, il avait oublié ses propos, pourtant très clairs », a dit le chef péquiste au sujet de l'affirmation de François Legault, qui avait présenté son parti comme une option fédéraliste au dernier débat, des propos que le premier ministre sortant a tenté de nuancer ce soir.

    « Il n'y a pas de transparence », a ajouté M. St-Pierre Plamondon au sujet des allégeances politiques de M. Legault. Il a réitéré son appel aux souverainistes de la province à rentrer au bercail et à retrouver leur place au sein du Parti québécois.

  • Paul St-Pierre Plamondon a été le dernier chef de parti à se présenter devant les journalistes. La question de la souveraineté du Québec a été soulevée d'emblée. Un choix qui a une incidence sur l'avenir du Québec, a-t-il affirmé.

    Cette question est-elle toujours d'actualité? Sans contredit, selon le chef péquiste, qui juge qu'un gouvernement fédéral est « de trop » et empêche le Québec de se développer.

    Paul St-Pierre Plamondon au micro.

    Paul St-Pierre Plamondon, leader du Parti québécois, en point de presse après le débat des chefs

    Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

  • « M. Legault vous a traité d'agitateur, comment avez-vous vécu ce moment du débat? »

    Il semble que devant cette affirmation, Éric Duhaime a choisi de s'élever au-dessus de la mêlée en continuant à parler de santé mentale.

    J'ai été très étonné. On parlait de santé mentale et il a décidé de m'attaquer sur la crise sanitaire, a-t-il commenté avant de lancer une mise en garde contre la crise qui guette les Québécois à l'issue de la pandémie.

    M. Duhaime a tout de même accusé M. Legault d'avoir changé la méthodologie pour prendre des chiffres qui le font mieux paraître en passant de « nombre de morts » à « surmortalité » pour évaluer l'impact de la pandémie au Québec.

    Éric Duhaime au micro.

    Éric Duhaime, chef du Parti conservateur du Québec, en point de presse après le débat

    Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

  • En mêlée de presse, le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, a affirmé avoir particulièrement apprécié ses échanges avec son rival caquiste François Legault au sujet du troisième lien, après quoi il a réitéré ses attaques dans ce dossier.

    Comme vous, j'ai constaté qu'il ne veut toujours pas rendre publiques les études qu'il a en main, a-t-il accusé.

    M. Duhaime estime que cet échange a été un des plus importants de la soirée.

  • Éric Duhaime s'est disqualifié durant la pandémie. Il n'a pas été solidaire avec les aînés du Québec, a affirmé François Legault.

    François Legault devant un micro exprimant une idée.

    François Legault s'est adressé aux journalistes après le débat.

    Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

  • Le chef caquiste a consacré une grande partie de son temps de parole à attaquer le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois. Est-ce le signe d'une course à deux?

    M. Legault a profité de la question pour attaquer de nouveau le plan environnemental de QS. « Sur le plan de réduction des [émissions de] GES, c'est de la magie pour M. Nadeau-Dubois. Moi aussi, j'aimerais ça aller aussi vite, mais c'est impossible! » a-t-il répété.

  • Devant les journalistes, M. Legault a dû défendre son échange avec Dominique Anglade en ce qui concerne le recul des femmes dans la société québécoise, un échange lors duquel la cheffe libérale a insisté sur le manque de places dans les garderies, ce qui empêcherait de nombreuses femmes de retourner sur le marché du travail.

    « Je trouve qu'elle est tellement mal placée pour parler des garderies! Le gouvernement libéral avait augmenté le tarif des garderies. Nous, on l'a corrigé, et on a ramené ça à un tarif unique », s'est-il défendu.