•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’actualité simple et rapide

Aujourd’hui, en bref

Les brèves sont d’abord conçues pour être consultées dans l’appli RC Info (sur iOS seulement. À venir sur Android). Pour y accéder, balayez ce code QR. À tout de suite!

Code QR pour télécharger l’appli Info
Télécharger l’appli Info à partir du App Store

Aujourd’hui, en bref

Les brèves sont d’abord conçues pour être consultées dans l’appli RC Info (sur iOS seulement. À venir sur Android). Pour y accéder, balayez ce code QR. À tout de suite!

Code QR pour télécharger l’appli Info
Télécharger l’appli Info à partir du App Store
    • La jeune femme porte un casque et mesure une planche de bois.

      PHOTO : Getty Images / naveebird

      Économie

      L’immigration temporaire doit mieux servir le Québec

    • Besoins non comblés

      Un infirmier et une infirmière au travail dans un hôpital.

      PHOTO : Radio-Canada / Evan Mitsui

      Différents programmes gouvernementaux attirent des dizaines de milliers de travailleurs étrangers au Québec. Mais l’industrie de la construction et le milieu de la santé peinent pourtant à profiter de cette manne que représente l’immigration temporaire, selon un nouveau rapport de l’Institut du Québec (IDQ).

    • 167 435

      C’est le nombre de personnes qui, en 2023, possédaient un permis de travail au Québec en vertu du Programme des travailleurs étrangers temporaires et du Programme de mobilité internationale. À cela s’ajoutent 117 745 étudiants étrangers qui ont pour la plupart le droit de travailler pendant leurs études.

    • Secteurs qui embauchent le plus d’immigrants temporaires :

      • Secteur manufacturier (16 %)
      • Commerce de détail (12 %)
      • Restauration (9 %)
      L'impact des immigrants temporaires sur le marché de l'emploi au Québec : mieux comprendre pour mieux agir
    • Un logement en construction.

      PHOTO : Radio-Canada / Patrick Foucault

      La sous-représentation d’immigrants temporaires en santé s’explique notamment par les qualifications requises et la reconnaissance des compétences, dit l’ISQ. En construction, la réglementation plus complexe et contraignante au Québec que dans les autres provinces représente aussi un obstacle.

    • Pistes de réflexion proposées par l’IDQ

      • Mieux planifier l'immigration temporaire en fonction des besoins et non de seuils, comme c’est le cas pour l’immigration permanente.
      • Arrimer les politiques d'immigration permanente et temporaire, en dressant un portrait plus précis de la composition de l'immigration temporaire.
      • Retenir les immigrants temporaires pour les secteurs stratégiques du Québec avec des programmes d’immigration permanente.
      • Utiliser les données administratives collectées lors du processus d'immigration pour permettre des analyses plus complètes sur la réalité des immigrants temporaires.
    • « Les politiques d’immigration actuelles ne s’alignent pas toujours avec les objectifs du Québec – notamment en matière de création d’emplois de qualité – mais semblent plutôt évoluer au fil d’un cumul de mesures, ce qui donne aujourd’hui l’impression d’une certaine perte de contrôle. D’où l’importance d'apporter un peu plus de cohérence au processus. »

      EMNA BRAHAM

      Directrice générale de l’IDQ

    • Ulf Kristersson, premier ministre suédois, 26 février 2024.

      PHOTO : Getty Images / JONATHAN NACKSTRAND

      International

      La Suède va rejoindre l’OTAN

    • Le parlement hongrois lors du vote sur la candidature de la Suède à l'OTAN le 26 février 2024.

      Plus rien n'empêche la Suède de rejoindre l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). La Hongrie, dernier des 31 pays membres à approuver sa candidature, vient de voter en faveur de son adhésion.

      PHOTO : Getty Images / ATTILA KISBENEDEK

    • 188 voix pour 6 voix contre

      C’est le résultat du vote des députés hongrois sur l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Il ne reste plus qu’une signature ces prochains jours pour que le feu vert soit officiel.

    • C’est quoi l’OTAN?

      C’est une alliance politique et militaire de pays en Europe et en Amérique du Nord créée peu après la Seconde Guerre mondiale pour contrer la menace d’expansion russe. Un soutien unanime des membres de l'OTAN est nécessaire pour admettre de nouveaux pays.

    • « La Suède tourne la page sur 200 ans de neutralité et de non-alignement militaire. »

      ULF KRISTERSSON

      Premier ministre suédois

    • Les drapeaux nationaux des pays membres de l'OTAN flottent devant le siège de l'organisation à Bruxelles.

      PHOTO : AFP / KENZO TRIBOUILLARD

      La Suède avait demandé de rejoindre l’OTAN en mai 2022, en même temps que la Finlande (qui l’a rejointe en avril 2023), à la suite de l'invasion russe en Ukraine. Elle avait obtenu le soutien de la Turquie le mois dernier et n’attendait plus que celui de la Hongrie.

    • Pourquoi ce délai?

      Le gouvernement suédois n’avait jamais caché ses craintes sur l’avenir de la démocratie en Hongrie sous le premier ministre populiste de droite Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine. Selon des observateurs, Orban freinait la candidature de la Suède en raison des critiques sur son gouvernement et pour ne pas froisser la Russie.

    • Les premiers ministres suédois et hongrois, Ulf Kristersson et Viktor Orban.

      PHOTO : Getty Images / Janos Kummer

      La Suède et la Hongrie se sont finalement réconciliées la semaine dernière. Avec le soutien de tous les pays alliés, la Suède peut déposer son « instrument d'accession » auprès des États-Unis, conformément au traité de l’OTAN, pour en devenir le 32e membre.

    • Un jeune médecin sud-coréen

      PHOTO : Reuters / SOO-HYEON KIM

      International

      Pourquoi des milliers de médecins coréens démissionnent

    • 7800

      C’est le nombre de médecins stagiaires sud-coréens qui ont soudainement remis leur démission en bloc la semaine dernière, avant que des centaines d'autres leur emboîtent le pas. Ils sont depuis ces événements plongés dans un bras de fer avec leur gouvernement, qui menace de leur retirer le droit d’exercer la médecine et de les faire arrêter par la police s’ils ne retournent pas travailler.

    • Pourquoi ces démissions en bloc?

      Trois femmes médecins de dos

      PHOTO : Reuters / SOO-HYEON KIM

      C’est un projet pour augmenter le nombre de médecins dans le pays qui cause le conflit. Le gouvernement veut accepter 2000 nouveaux étudiants supplémentaires par année dans les écoles de médecine. Les contestataires craignent que ça augmente la concurrence au travail sans pour autant régler les problèmes décriés ces dernières années : le surmenage au travail et des salaires jugés trop bas.

    • Les médecins stagiaires sud-coréens ont parfois…

      • Des semaines de plus de 100 heures
      • Des quarts de travail qui peuvent atteindre 36 heures
      • Un salaire entre 500 $ et un peu plus de 1000 $ par semaine
    • Que demandent les médecins démissionnaires?

      Une manifestation

      PHOTO : AFP / JUNG YEON-JE

      Une amélioration de leurs conditions de travail et la création de plus de postes bien rémunérés, avant d’accroître le nombre d’étudiants acceptés au sein de leurs facultés. Ils demandent aussi une meilleure protection juridique contre les poursuites pour des erreurs médicales et des fautes professionnelles, ce qui est monnaie courante en Corée du Sud ces dernières années.

    • Chirurgies perturbées

      Ce départ massif a sérieusement affecté les capacités de certains hôpitaux de Séoul, la capitale, où environ 40 % des médecins sont des stagiaires. Ces hôpitaux ont dû par exemple refuser des patients nécessitant des chirurgies mineures. Le gouvernement sud-coréen affirme pour sa part que cette situation met des vies en danger.

    • Économie

      Lynx Air cesse ses activités ce lundi

      Lynx Air announced Thursday that the company is to cease operations on Monday and has obtained creditor protection. This file photo was taken on April 12, 2023, at the Calgary International Airport.

      PHOTO : (Submitted by Taylor Michelson)

    • Des affiches aux couleurs de Lynx Air dans un aéroport.

      PHOTO : La Presse canadienne / Nick Iwanyshyn

      La compagnie aérienne Lynx Air, basée en Alberta, s’est placée sous la protection de ses créanciers jeudi dernier. Elle promettait à son lancement de rendre le transport aérien plus abordable pour les Canadiens, mais elle a annoncé qu'elle cesserait officiellement ses activités ce lundi.

    • Lynx Air en bref :

      • Vol inaugural en avril 2022
      • 500 employés (390 en Alberta et 110 en Ontario)
      • Flotte de 9 Boeing 737 MAX
      • 818 destinations (au Canada, aux États-Unis et au Mexique)
    • « Vents contraires importants »

      Un avion Lynx à Calgary le 23 février 2023

      PHOTO : La Presse canadienne / Todd Korol

      Lynx Air invoque des « vents contraires importants » comme l’inflation, le prix du pétrole, les taux de change défavorables et les frais aéroportuaires élevés pour expliquer cet échec commercial. L'entreprise avait tellement de retard dans ses paiements que les aéroports de Montréal et de Toronto menaçaient de lui interdire l’accès à leurs installations.

    • Un marché difficile

      Le cimetière canadien des transporteurs aériens à petit prix, qui comptait déjà une dizaine de compagnies depuis le début des années 2000 en a donc une nouvelle. Le petit marché canadien (40 millions de personnes principalement desservies par 3 grandes compagnies), est décrit comme étant particulièrement rude pour les transporteurs au rabais.

    • « Je pense que les redevances aéroportuaires, telles qu’elles sont structurées, rendent difficile la réussite à long terme des compagnies aériennes à bas prix au Canada. »

      DEBORAH YEDLIN

      Présidente-directrice générale de la Chambre de commerce de Calgary

    • La silhouette d'un avion au-dessus du soleil qui se lève.

      PHOTO : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

      Les aéroports canadiens dépendent effectivement en bonne partie des redevances aéroportuaires pour générer des revenus. Concrètement, ça veut dire que les compagnies aériennes paient davantage pour y exploiter leurs appareils que dans d’autres pays. Cette approche a été adoptée dans les années 1990 pour que ce soit les utilisateurs et les entreprises, et non les contribuables, qui paient pour le transport aérien.

    • De nombreuses perquisitions policières ont eu lieu dans la région de Québec depuis vendredi.
      Justice et faits divers

      Vague d’arrestations liées au crime organisé au Québec

      PHOTO : Radio-Canada / Steve Jolicœur

    • Un véhicule de police la nuit

      PHOTO : iStock

      La Sûreté du Québec (SQ) et le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont annoncé dimanche avoir procédé à de nouvelles arrestations liées à un violent conflit entre les Hells Angels et des trafiquants de drogue indépendants, de mèche avec des gangs de rue.

    • 20

      C’est le nombre de suspects soupçonnés d'avoir des liens avec des groupes criminalisés arrêtés en trois jours, principalement à Québec et en Chaudière-Appalaches.

    • Une guerre de territoire

      Un homme assis sur sa moto porte une veste qui arbore une tête de mort ailée, symbole des Hells Angels.

      PHOTO : La Presse canadienne / Justin Tang

      Depuis des mois, des groupes criminels refuseraient de payer la taxe exigée par les Hells Angels pour vendre de la drogue sur leur territoire. Ce refus aurait causé une forte montée de la violence dans l’Est-du-Québec, sur la Côte-Nord et dans le Bas-Saint-Laurent.

    • Le défi des gangs

      Ce conflit est différent des guerres entre groupes de motards parce que les gangs de rue sont plus difficiles à cibler, selon Minh Tri Truong, ex-commandant aux enquêtes spécialisées du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

    • « Les gangs de rue ont moins de moyens mais sont beaucoup plus nombreux [que les motards]. Souvent, ils n’ont pas d’adresses fixes, ils se déplacent et n’ont pas de structure. Donc, ce n’est pas la même chose. »

      MINH TRI TRUONG

      Ex-commandant aux enquêtes spécialisées du SPVM

    • Vue du Vieux-Québec et du Château Frontenac, en hiver.

      PHOTO : Radio-Canada / Maxime Corneau

      Selon lui, les policiers de la SQ et du SPVQ souhaitaient intervenir maintenant non seulement pour calmer le jeu à l’approche de la saison touristique à Québec mais aussi dans le but de recueillir des informations afin de mener des enquêtes.

    • Santé

      Les cas de syphilis se multiplient au Canada

      Illustration d'une bactérie dans la forme d'une spirale, dans un décor orangé qui rappelle le feu.

      PHOTO : iStock / royaltystockphoto

    • Plusieurs spécialistes du milieu de la santé sont préoccupés de la montée du nombre de cas de syphilis, une infection transmissible sexuellement (ITS) qui était presque éradiquée au pays il y a 10 ans.

    • La femme enceinte se tient le ventre.

      La syphilis chez les femmes les inquiète tout particulièrement, car elle peut être transmise au fœtus lors d’une grossesse, ce qui augmente les risques de fausse couche et de complications médicales chez l’enfant.

      PHOTO : getty images/istockphoto / Natalia Kuzina

    • Qu’est-ce que la syphilis?

      Gros plan sur une bactérie.

      PHOTO : Associated Press

      Cette ITS est causée par une bactérie et est transmise par contact direct lors de relations sexuelles avec une personne infectée. Si elle n’est pas traitée, la syphilis peut endommager des organes vitaux comme le cœur et le cerveau.

    • La syphilis au Canada, selon des chiffres de 2022 :

      • 14 000 cas répertoriés
      • Une augmentation d’environ 700 % du nombre de cas en 10 ans
      • 117 enfants nés avec la syphilis
    • Image tirée d'une vidéo promotionnelle de Tinder

      PHOTO : gotinder.com

      Les experts ne sont pas en mesure d’expliquer cette hausse fulgurante avec certitude. Certains croient que l’évolution des pratiques sexuelles, notamment avec les applications de rencontre et l’augmentation du nombre de partenaires sexuels, a contribué à cette augmentation. L’accès plus difficile aux soins de santé pour les populations marginalisées est aussi montré du doigt.

    • Mieux vaut prévenir

      Selon le médecin et professeur Kevin Woodward, les médecins devraient commencer à inclure le dépistage de la syphilis dans les examens de routine. On peut aussi se protéger en portant un condom pendant les rapports sexuels.

    • Une cuillère à thé de poudre blanche, des pilules et une seringue sur une table.

      PHOTO : Pond 5

      Santé

      Les centres de consommation supervisée sauvent des vies

      Une étude conclut qu'ils sont plus efficaces que prévu pour contrer les surdoses.

    • Un panier contenant de l'équipement pour une injection offert au centre d'injection supervisée Insite à Vancouver.

      PHOTO : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

      Dans une étude récemment publiée dans la revue scientifique The Lancet, des chercheurs établissent un lien entre la présence des centres de consommation supervisée et la mortalité par surdose aux opioïdes dans les quartiers où ils se trouvent à Toronto. Les données analysées vont de mai 2017 (trois mois avant l’ouverture du premier centre torontois) à décembre 2019.

    • 67 %

      C’est la réduction du nombre de morts par surdose d’opioïdes dans un rayon de 500 mètres autour des centres de consommation supervisée après leur ouverture. La baisse est significative (59 %) jusqu’à 5 kilomètres d’un centre.

    • « Notre conclusion, c’est que les sites sont probablement beaucoup plus efficaces qu’on ne le pensait, parce qu’ils ne protègent pas seulement les clients qui [les] visitent, mais il y a une sorte d’effet à travers leurs communautés. »

      DAN WERB

      Épidémiologiste et directeur général du Centre d'évaluation des politiques sur les drogues

    • La crise des opioïdes au pays depuis 2016

      • Plus de 40 000 morts
      • Plus de 39 000 hospitalisations
      • Plus de 80 % des morts liées aux opioïdes sont attribuables au fentanyl et à des analogues du fentanyl
      • Plus de 70 % des victimes sont des hommes
      • La majorité des décès liés aux opioïdes sont survenus en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario
      Gouvernement du Canada
    • Contexte politique hostile en Ontario

      Le premier ministre regarde à l'horizon devant deux drapeaux lors d'un point de presse.

      PHOTO : Radio-Canada / Evan Mitsui

      La publication de l’étude survient pendant une mise sur pause de la création de nouveaux sites de consommation supervisée en Ontario. Le gouvernement Ford a imposé ce moratoire à l’automne dernier, après la mort par balle d’une Torontoise tout près d’un de ces sites. Depuis, la province mène une réflexion sur l’avenir de ses 17 centres, dont certains sont menacés de fermeture, faute de financement.

    • « La province doit changer d’idée. [...] On a des données [...] qui sont vérifiables, qui prouvent qu’on a sauvé des vies, qu’on peut continuer de sauver des vies, non seulement pour les utilisateurs du centre, mais pour bien d’autres autour. Qu’est-ce qu’on attend pour sauver des vies? »

      FRANCE GÉLINAS

      Porte-parole du NPD de l’Ontario en matière de santé

C’est tout pour le moment!

Revenez plus tard ou téléchargez l’appli RC Info iOS pour consulter les brèves des derniers jours.

Télécharger l’appli RC Info(Nouvelle fenêtre)