Récupération des données électorales...

Voici où s’est jouée l’élection (ou pas)

Publié le | Mis à jour le

Vous consultez la version simplifiée de ce projet. Pour voir notre visualisation de données interactives, cliquez ici.

Lors des deux dernières années, la vie des Canadiens a été chambardée par une pandémie historique. Mais la Chambre des communes, elle, restera quasiment identique. Au lendemain des élections qu’il a déclenchées, Justin Trudeau se retrouve encore à la tête d’un gouvernement minoritaire.

Avec légèrement moins de votes à l’échelle du pays que le Parti conservateur, le Parti libéral a quand même remporté plus de sièges. Le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique suivent. Le Parti vert ferme la danse et le Parti populaire n’obtient aucun siège.

En comparaison, voici la répartition des sièges à la dissolution de la Chambre (incluant 5 indépendants et 1 siège vacant). Le nombre de députés par parti a peu changé. En 2019 comme en 2021, il a manqué une quinzaine d’élus au Parti libéral pour atteindre la majorité.

Voyons maintenant le détail par province, en commençant par l’Ontario. C’est une province clé sur l’échiquier politique canadien, avec 121 députés au Parlement.

Comparé à 2019, un pourcentage légèrement moindre d’Ontariens a voté pour le Parti libéral, au profit notamment du Parti conservateur. Le parti de Justin Trudeau a décroché deux sièges de plus, mais celui d’Erin O’Toole trois.

Dans la région de Toronto, les libéraux ont récupéré des sièges de députés indépendants, ce qui a compensé pour quelques circonscriptions perdues. Le Parti vert a réussi une percée à Kitchener-Centre, même si sa cheffe Annamie Paul a perdu sa bataille dans Toronto-Centre.

On se dirige maintenant vers le Québec, qui est représenté par 78 députés. La province fait figure d’exception, avec la présence d’un parti supplémentaire : le Bloc québécois.

Au Québec, le nombre de circonscriptions remportées par chaque parti est resté identique. Le Bloc québécois a failli conquérir la circonscription de Châteauguay—Lacolle, au détriment des libéraux. Mais un recomptage terminé le 6 octobre a finalement donné la victoire au parti de Justin Trudeau, avec seulement 12 voix d’avance.

À Montréal et Laval, le Parti libéral domine les deux îles. Le Bloc québécois continue quant à lui de séduire les banlieues.

À Québec, le Parti conservateur cimente ses acquis, avec des sièges gagnés par de plus grandes marges qu’en 2019. À mi-chemin entre la métropole montréalaise et la Capitale-Nationale, Trois-Rivières est restée bloquiste, talonnée de quelques dizaines de voix par le candidat conservateur et quelques centaines par le candidat libéral.

Direction les Prairies canadiennes, où se trouvent les châteaux forts conservateurs que sont l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba, avec 62 circonscriptions au total.

Le centre du pays reste bleu foncé. La forte concentration de votes conservateurs fait grimper les chiffres nationaux pour le parti d’Erin O’Toole, mais sans lui faire nécessairement gagner plus de sièges. C’est ici que le Parti populaire a fait le plus de gains, sans toutefois les concrétiser par des élus.

Malgré les solides fondations du Parti conservateur en Alberta, les marges de victoire se sont réduites à Edmonton. Le Nouveau Parti démocratique a même réussi à arracher une deuxième circonscription dans la ville.Un candidat libéral a aussi creusé une avance de plusieurs centaines de voix, détrônant le candidat conservateur sortant.

À Calgary, le vote conservateur s’est effrité également, au point de laisser passer un député libéral dans la métropole.

On poursuit vers l’Ouest, en Colombie-Britannique. À l’autre bout du pays, 42 sièges étaient en lice.

Les courses étaient serrées sur la côte Pacifique. À l’échelle de la province, la proportion de votes recueillis par les libéraux et les conservateurs a varié de moins d’un point de pourcentage par rapport à 2019.

Mais le tout s’est joué dans la région de Vancouver, où les libéraux et néo-démocrates ont grignoté le terrain des conservateurs. Le NPD a aussi ravi une circonscription au Parti vert.

Après la côte Pacifique, voici la côte Atlantique. Trente-deux sièges sont répartis entre le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador.

Le Parti conservateur a remporté plusieurs circonscriptions au nez des libéraux dans la région. Alors que les verts avaient réussi à élire une députée à Fredericton en 2019, celle-ci a depuis rejoint le camp libéral. Le vote vert s’est effondré au Nouveau-Brunswick, tout comme dans les autres provinces de l’Atlantique.

Et on finit avec les trois territoires du Canada, qui ont chacun un siège à la Chambre des communes.

Dans le Grand Nord canadien, les conservateurs ont recueilli moins de votes qu’en 2019, contrairement aux néo-démocrates qui en ont récolté davantage, toutes proportions gardées. Néanmoins, les territoires sont restés fidèles aux partis qui les représentaient déjà.

Au moment de mettre à jour les données, Élections Canada faisait état d'un taux de participation préliminaire de 62 %. Au total, 16 968 960 citoyens ont voté sur les 27 366 297 personnes inscrites sur la liste électorale. Ceux qui se sont inscrits le jour même de l’élection ne sont pas comptés.

Méthodologie

Les données ont été extraites une première fois à 5 h le 21 septembre 2021 puis mises à jour le 24 septembre 2021 et le 7 octobre 2021. Les données électorales historiques correspondent aux élections générales de 2019 ou aux élections partielles qui ont eu lieu depuis. Nous présentons les résultats des partis ayant reçu le plus de votes à l’échelle du pays.

Pour ce qui est de l’allégeance historique des candidats, il s’agit de celle au moment de la dissolution de la Chambre des communes, ce qui prend donc en compte les changements d’allégeances de certains députés entre les deux élections générales. Dans chaque circonscription, la catégorie « Indépendant » correspond au candidat indépendant ayant reçu le plus de vote. Pour des raisons de performance, la géométrie des circonscriptions a été simplifiée.

Par souci de transparence et d’intégrité journalistique, nous rendons publique l’intégralité des données utilisées, ainsi que l’analyse ayant permis d’écrire ce texte. Cliquez ici pour consulter le tout.

Vous avez des données d'intérêt public que vous souhaitez nous faire parvenir? Écrivez à nael.shiab@radio-canada.ca (clé PGP).

Naël Shiab journaliste de données, Melanie Julien chef de pupitre, Francis Lamontagne designer, Mathieu St-Laurent développeur et Martine Roy coordonnatrice.