Chargement en cours...

Suivez l'évolution en continu de la pandémie de COVID-19 au Canada et dans le monde grâce à notre tableau de bord. Mise en garde : les provinces et les pays ne comptabilisent pas les cas, les rétablis et les décès de la même manière. Les comparaisons, bien qu'intéressantes, restent donc approximatives. Si vous constatez un problème dans les données, contactez-nous.

  • Provinces/terr.
  • Nombre de cas

    Filtrez par région

    | Données les plus récentes

    Nb. de cas déclarésPar rapport à la veille
    Infectés
    Actifs*
    Rétablis
    Morts

    *personnes infectées qui ne sont ni décédées ni officiellement guéries

    | Cas déclarés par jour

    Nombre de cas, depuis que le seuil de 1 cas par 100 000 personnes a été franchi

    Pays
    Provinces et territoires (au moins 1000 cas et 10 morts)

    Des réponses à vos questions

    Qu’est-ce que la COVID-19?

    Cette maladie infectieuse découle d’un nouveau virus de la famille des coronavirus, le SRAS-CoV-2, apparu à Wuhan, en Chine, en décembre 2019. Relativement stable, le virus n’a pas donné lieu à plusieurs souches, contrairement à l’influenza. Il accumule toutefois plusieurs mutations. Quatre variants semblent plus contagieux et présentent une certaine résistance aux vaccins, soit Alpha (B.1.1.7) , Beta (B.1.351), Gamma (P1) et Delta (B.1.617.2), d'abord identifiés, dans le même ordre, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Brésil et en Inde.

    Lire Plus

    Suis-je à risque de l’attraper?

    Le risque de contracter le coronavirus évolue de jour en jour. Il est considéré comme élevé par Santé Canada, étant donné la transmission communautaire en cours au pays, mais varie selon les provinces et les régions. Les lieux achalandés et mal aérés représentent un risque accru.

    Lire Plus

    Puis-je me faire vacciner contre la COVID-19?

    La campagne de vaccination est amorcée au Canada, et ailleurs dans le monde, plusieurs vaccins sur les dizaines en développement ayant reçu l’approbation des autorités. Compte tenu de la disponibilité variable des vaccins, le Comité consultatif national de l'immunisation a identifié des groupes à immuniser en priorité. Les personnes à risque élevé, comme les aînés et les travailleurs de la santé, sont priorisées. Le gouvernement fédéral promet toutefois à tous les Canadiens qui le désirent qu’ils pourront être vaccinés d’ici la fin du mois de septembre. Des effets secondaires sont possibles, mais ceux-ci sont en général semblables à ceux des autres vaccins.

    Lire Plus

    Le vaccin signifie-t-il un retour à la normale?

    Les vaccins contre la COVID-19 ont été développés pour prévenir les formes les plus sévères de la maladie, mais une personne vaccinée peut quand même être porteuse du coronavirus et le transmettre. De 60 à 70 % de la population devra donc avoir été vaccinée avant d’atteindre un seuil d’immunité permettant un assouplissement des restrictions sanitaires. Il s’agit toutefois d’un seuil minimal qui pourrait être revu à la hausse en fonction de l'efficacité de la campagne de vaccination et de l’impact des nouveaux variants sur la transmissibilité du virus. La plupart des experts estiment que le port du masque devra être maintenu encore plusieurs mois.

    Lire Plus

    Puis-je recommencer à voyager?

    Le gouvernement du Canada recommande toujours d'éviter tout voyage non essentiel, peu importe l’endroit, puisque se rendre à l’étranger augmente le risque de contracter et de propager la COVID-19. De nombreux pays ont par ailleurs toujours des restrictions en place et la pandémie pourrait compliquer votre voyage. Si vous êtes coincé à l'étranger, communiquez avec Affaires mondiales Canada au 1-613-996-8885 ou sos@international.gc.ca.

    Lire Plus

    Quelles sont les mesures pour les voyageurs?

    Pour rentrer au pays, tout voyageur doit avoir en main un test négatif, selon les nouvelles mesures. Un autre test est effectué à l’arrivée, puis les voyageurs rentrés par avion doivent attendre leur résultat dans un hôtel autorisé par le gouvernement. Le reste de la quarantaine de 14 jours peut se faire à la maison (ou dans un centre de soins en cas de résultat positif). Une auto-évaluation quotidienne des symptômes est requise jusqu'à la fin de la quarantaine ainsi qu’un dernier test à effectuer de la maison au jour 10.

    Lire Plus

    Comment la maladie se propage-t-elle?

    Le virus se contracte le plus souvent au contact rapproché et prolongé d’une personne infectée, qui projette des gouttelettes respiratoires en parlant, en toussant ou en éternuant. Des personnes présymptomatiques ou asymptomatiques peuvent également vous contaminer. De la transmission aéroportée, par la présence de plus petites gouttelettes en suspension dans l’air, a également été rapportée dans des lieux clos et mal ventilés.

    Lire Plus

    Comment me protéger du coronavirus?

    Évitez de vous retrouver à l’intérieur, dans des lieux très fréquentés. Maintenez sinon une distance de 2 mètres entre vous et les personnes qui ne font pas partie de votre foyer et portez le masque lorsque la distanciation physique est difficile à respecter. Évitez aussi les contacts avec les personnes infectées. Ne portez pas vos mains à vos yeux, votre nez ou votre bouche, puisque celles-ci pourraient être contaminées. Lavez-les régulièrement à l’eau tiède et au savon, pendant au moins 20 secondes, ou avec une solution hydroalcoolique.

    Lire Plus

    Les surfaces présentent-elles un risque de contamination?

    Bien que des gouttelettes respiratoires puissent tomber sur les surfaces environnantes ou que celles-ci aient pu être touchées par une personne infectée, surtout dans un lieu public, les surfaces ne représentent pas un mode de transmission fréquent. Il est malgré tout important d’éviter de les toucher. Les nettoyer et les désinfecter fréquemment est aussi fortement recommandé, puisque le virus peut y survivre de trois heures à plusieurs jours.

    Lire Plus

    Puis-je contracter la COVID-19 à plus d’une reprise?

    Les personnes qui ont contracté la maladie sont généralement protégées contre l’infection, mais n’en sont pas systématiquement immunisées. On leur recommande d’ailleurs d’être vaccinées quand même, avec au moins une dose. Des études montrent justement que l'immunité pourrait ne durer que quelques mois et que celle-ci diminuerait rapidement chez les malades asymptomatiques. De rares cas de réinfection ont jusqu’ici été signalés chez des patients au système immunitaire affaibli.

    Lire Plus

    Quels sont les symptômes?

    Les plus courants s’apparentent à ceux de la grippe ou à un mauvais rhume : de la fièvre, de la fatigue, de la toux et des difficultés respiratoires. Une perte soudaine du goût ou de l’odorat est aussi fréquemment signalée. Certaines personnes éprouvent des douleurs, de la congestion, un écoulement nasal et des maux de gorge. Les symptômes varient d’une personne à l’autre et diffèrent selon les groupes d’âge. Vous pouvez aussi être asymptomatique ou ne ressentir que des symptômes légers.

    Lire Plus

    Que faire si je pense avoir attrapé le coronavirus?

    En cas de doute, restez à la maison pour éviter de propager la maladie. Santé Canada met à votre disposition ce formulaire d’autoévaluation des symptômes, mais le seul moyen de confirmer un diagnostic positif demeure de passer un test de détection. Celui-ci consiste en un prélèvement naso-pharyngé (gorge, nez, nasopharynx) fait avec un écouvillon. L’échantillon est ensuite analysé par un laboratoire et les résultats sont généralement connus en 48 à 72 heures. Des tests rapides ont aussi été approuvés par Santé Canada, mais leur utilisation est limitée, principalement en raison de doutes sur leur fiabilité.

    Lire Plus

    Y a-t-il des risques de complications?

    La plupart des symptômes sont bénins et disparaissent par eux-mêmes, comme pour un rhume ou une grippe. Toutefois, les patients âgés de 65 ans et plus et ceux souffrant de problèmes de santé, comme l’hypertension artérielle, des problèmes cardiaques ou le diabète, sont plus à risque de développer des complications. Les cas les plus graves, qui nécessitent une hospitalisation, résultent en une infection, comme une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort. On ignore encore si la maladie peut causer des séquelles à long terme, voire permanentes.

    Lire Plus

    Comment me soigner pendant mon isolement à la maison?

    Si vous avez reçu un diagnostic positif, n'accueillez pas de visiteurs et assurez-vous de demeurer dans une pièce isolée des autres membres de votre foyer. Québec a par ailleurs publié un guide d’autosoin pour les personnes atteintes de la COVID-19 et qui n'ont pas besoin d'être hospitalisées. On recommande aux malades de se reposer et de boire beaucoup d'eau pour éviter la déshydratation. Des médicaments en vente libre peuvent également soulager certains symptômes, comme la fièvre et le mal de gorge.

    Lire Plus

    Comment éviter de propager le coronavirus?

    Restez à la maison si vous pensez avoir contracté la maladie! Vous ne voudriez pas contaminer quelqu’un d’autre. Portez le masque si vous côtoyez d’autres personnes. Lavez-vous fréquemment les mains. Lorsque vous toussez ou éternuez, couvrez votre bouche et votre nez avec le pli du coude. Si vous vous mouchez, jetez immédiatement le mouchoir. La majorité des personnes infectées n’ont que des symptômes bénins et guérissent.

    Lire Plus

    Un masque ou des gants peuvent-ils me protéger?

    Le port du masque contribue à ralentir la propagation du coronavirus, notamment en faisant office de barrière contre les gouttelettes respiratoires et les aérosols. Porter deux masques confère une protection supplémentaire, même si cette mesure ne suffit pas à elle seule à vous protéger. La distanciation physique et le lavage fréquent des mains demeurent les principales mesures recommandées. Les gants ne protègent pas plus du virus, puisque celui-ci peut s'y trouver et ainsi poser un risque si vous touchez votre visage.

    Lire Plus

    Existe-t-il un traitement contre la COVID‑19?

    Aucun traitement spécifique contre la maladie n’a été développé. Santé Canada a toutefois approuvé l'utilisation du remdésivir, pour les patients gravement atteints, et le SNG001 réduirait le risque de développer une forme sévère de la maladie. La colchicine, un puissant anti-inflammatoire, et la chloroquine, un médicament contre le paludisme et la malaria, évoquées dès le début de la pandémie, n’ont jamais été approuvées pour un usage répandu.

    Lire Plus

    Dois-je modifier mon comportement social?

    Les contacts prolongés, poignées de main, baisers et autres accolades sont à proscrire, que les gens soient malades ou pas. Ne partagez surtout pas la nourriture, les boissons ou les ustensiles. Évitez les contacts étroits avec une personne présentant les symptômes de la maladie. Gardez une distance d’au moins deux mètres avec toute personne qui risque de projeter des gouttelettes respiratoires lorsque celle-ci provient d'un foyer différent du vôtre.

    Lire Plus

    Pour en savoir plus

    Méthodologie

    Pour compiler les chiffres canadiens, Radio-Canada collecte les chiffres publiés sur les sites web des provinces et des territoires, en plus de celui de l’Agence de santé publique du Canada. Pour les données du Québec, il peut y avoir un délai avant que le total des cas confirmés, des cas rétablis et des morts dans les régions soit égal au total de la province.

    Notez qu’à moins d’une précision dans la méthodologie, les chiffres reflètent le total cumulatif des cas tels que déclarés quotidiennement par les gouvernements. Nous montrons la date à laquelle les citoyens ont pris connaissance de nouveaux cas ou décès, même si certains ont pu survenir à une date antérieure ou inconnue.

    Plusieurs provinces ayant cessé de publier le nombre de variants criblés, nous avons cessé de le publier depuis le 5 juillet 2021. Toutefois, nous continuons de collecter et publier le nombre de variants séquencés.

    À partir du 25 juin 2021, nous avons changé de sources de données pour le nombre de cas, de rétablis, de morts, de premières et deuxièmes doses administrées pour le Québec. Le ministère de la Santé et l'Institut national de santé publique ont cessé de publier leurs chiffres la fin de semaine. Pour poursuivre la collecte et diffusion des statistiques en tout temps, nous utilisons donc les fichiers du portail de données ouvertes du Québec.

    Le 15 juin 2021, nous avons modifié l'historique des hospitalisations pour l'Ontario, ce qui a également modifié le total canadien. Auparavant, les hospitalisations en cours excluaient les patients aux soins intensifs dont les tests étaient désormais négatifs. Ces patients sont maintenant comptabilisés. Toutefois, contrairement aux autres provinces, l'Ontario exclut encore de son total les hospitalisations régulières des patients qui ont reçu un test négatif, bien qu'ils restent hospitalisés à cause de la COVID-19.

    Le 11 mai 2021, nous avons changé de source pour les données de vaccination du Québec. Nous utilisions auparavant les données du ministère de la Santé, qui compilait ses chiffres en fonction du lieu d’injection des doses. Nous utilisons dorénavant les statistiques de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), qui compile ses statistiques en fonction du lieu de résidence des personnes ayant reçu des doses, ce qui est plus cohérent pour évaluer le pourcentage de la population vaccinée par région.

    Le 30 mars 2021, les chiffres de population pour les régions du Québec et les provinces et territoires du Canada ont été mis à jour à partir des plus récentes estimations de Statistique Canada et de l’Institut de la statistique du Québec.

    Le 26 mars 2021, la définition du nombre de cas de variants confirmés a changé au Québec. Avant cette date, les cas confirmés de variants devaient passer deux étapes : le criblage et le séquençage. Le criblage permet de détecter des mutations génétiques, mais ne permet pas d'identifier de quelle souche il s'agit. C'est lors de la deuxième étape, le séquençage génétique, que la souche est identifiée. Désormais, les cas de variants sont considérés comme confirmés dès le criblage. Nous vérifions ce qu'il en est pour les autres provinces et nous ajusterons les chiffres au fur et à mesure.

    Entre le 24 décembre 2020 et le 3 janvier 2021, certaines provinces ont temporairement cessé de publier des données quotidiennes et ont plutôt fait des bilans à certains moments. Les statistiques de certaines journées pendant cette période peuvent donc compter pour plusieurs jours. C'est notamment le cas au Québec.

    Le 17 décembre 2020, nous avons ajouté le nombre de doses de vaccins administrées au Québec et dans ses régions à partir des données du ministère de la Santé et des Services sociaux. Le 4 janvier 2021, nous avons ajouté les chiffres pour l'Ontario à partir du site web de la province. Pour les autres provinces et territoires, nous avons utilisé les données du COVID-19 Canada Open Data Working Group.

    Le 7 octobre 2020, nous avons ajouté le nombre d’hospitalisations, de personnes aux soins intensifs et de personnes testées pour les provinces et territoires canadiens. La semaine du 19 octobre, nous avons remplacé le nombre de personnes testées par le nombre de tests, lorsque disponible sur les sites web des provinces et territoires. Le 5 novembre, nous avons ajouté les tests pour les régions du Québec à partir des données de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

    Le 7 octobre 2020, nous avons publié le taux de positivité pour les provinces canadiennes. Nous avons été contraints de retirer cette information en raison d'inconsistances dans les données. Le 5 novembre 2020, nous avons ramené cette information pour le Québec et nous l'avons ajouté également pour les régions du Québec à partir des chiffres de l'INSPQ.

    Le 7 octobre 2020, nous avons aussi ajouté le nombre de personnes rétablies dans les États américains lorsque disponible, à partir des données du COVID Tracking Project (le COVID Tracking Project ayant cessé ces opérations, nous avons arrêté de collecter et diffuser le nombre de rétablis pour les États américains à partir du 18 mars 2021). Pour les régions du Québec, nous avons ajouté les statistiques sur les personnes rétablies à partir des données de l’INSPQ.

    Le 17 juillet 2020, le Québec a modifié sa façon d'estimer le nombre de personnes rétablies. Nous avons utilisé les données de l'Institut national de santé publique pour corriger nos données historiques afin de prendre en compte ce changement.

    Les données historiques du Canada et de ses provinces avant le 14 mars 2020 proviennent de l'Université Johns Hopkins, qui se base notamment sur les rapports quotidiens de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations unies. Après le 14 mars 2020, les données historiques sont tirées de notre propre compilation ou de celle de l’Agence de santé publique du Canada. Nous utilisons l'heure avancée de l'Est (HAE).

    Les chiffres internationaux sont tirés de l'Université Johns Hopkins. Ils sont mis à jour quotidiennement en soirée. Avant le 10 août 2020, les statistiques provenaient du site web Worldometers.info/coronavirus.

    Pour certains pays (comme l’Espagne) ou États américains (comme la Californie et la Floride), le nombre de personnes rétablies n’est disponible ni dans les données de l'Université Johns Hopkins ni dans celles du Tracking Project, d'où leur absence ici.

    Les Canadiens rapatriés sont les passagers restés coincés à bord du bateau de croisière Diamond Princess, au Japon. Ils ont été mis en quarantaine à la base militaire de Trenton, en Ontario, une fois de retour au pays. Toutefois, un de ces Canadiens n'a pas été en mesure de revenir au Canada et il est décédé au Japon. Il n'est pas comptabilisé dans le total canadien de ce tableau bord. Un Canadien est également décédé au Brésil et n'est pas comptabilisé dans les données canadiennes.

    Pour le graphique intitulé « Évolution des cas », vous avez le choix entre une échelle verticale linéaire (par défaut) ou une échelle logarithmique. L'échelle linéaire augmente d'unité en unité (1, 2 ,3, 4, etc.), alors que l'échelle logarithmique est exponentielle (1, 10, 100, 1000, etc.).

    Pour calculer les taux par 100 000 habitants, nous utilisons les chiffres de l'Institut de la statistique du Québec pour les régions du Québec, ceux de Statistique Canada pour les provinces et les projections des Nations unies et de la Banque mondiale pour les autres pays.

    Nous rendons publiques l'intégralité des données que nous compilons sur la COVID-19 dans des fichiers CSV. Cliquez sur les liens pour télécharger les données régionales du Québec, les données provinciales canadiennes, les données des États américains et les données des pays dans le monde. À moins d'un problème, ces fichiers sont mis à jour toutes les heures.

    Naël Shiab journaliste de données, Melanie Julien chef de pupitre, Francis Lamontagne et Santiago Salcido designers, André Guimaraes et Mathieu St-Laurent développeurs, Daniel Blanchette Pelletier journaliste