Enquête

Les trous de mémoire de Lino Saputo

 

Dans son autobiographie, l’homme le plus riche du Québec dément toute association avec la mafia. Or, Enquête a découvert que Lino Saputo a entretenu une relation clandestine jusqu’à la fin des années 70 avec Joe Bonanno, l’un des plus importants chefs mafieux de l’histoire des États-Unis.

Par Gaétan Pouliot, Marie-Maude Denis et Jacques Taschereau 16 janvier 2020

Mai 1964, Montréal. Un homme d’affaires de New York partage le dîner avec la famille Saputo dans un immeuble du quartier Saint-Michel qui abrite aussi la fromagerie familiale.

Lino Saputo, 26 ans, est déjà un maillon important de la compagnie.

Cette entreprise est l’ancêtre du géant Saputo inc., la plus grande entreprise de produits laitiers et de fromage au Canada, qui emploie aujourd’hui plus de 17 000 personnes dans le monde et dont la valeur en bourse est évaluée à 15 milliards de dollars.

Immeuble de deux étages avec le logo de la fromagerie Saputo
La première usine de la famille Saputo (à droite) dans le quartier Saint-Michel, à Montréal Photo : Archives de la famille Saputo

Le visiteur est bien connu des policiers : il s’agit de Joe Bonanno, le parrain de la famille mafieuse du même nom, l’une des plus importantes organisations criminelles des États-Unis.

Il cherche à immigrer au Canada avec l’appui de ceux qu’il qualifie « d’amis » : la famille Saputo.

Joe Bonanno de côté puis de face
Photo d’identité judiciaire de Joe Bonanno après son arrestation en 1964, à Montréal Photo : A Man of Honor/Simon Schuster

Après lui avoir fait visiter la fromagerie, le père de Lino Saputo signe une lettre d’intention qu’il remet au mafieux :

Cher Monsieur Bonanno

[...]

Vos conseils nous ont été très utiles au fil des ans. [...] Nous sommes prêts à vous donner 20 % des parts dans [nos] compagnies contre un investissement d’environ 8000 $. »

Lettre avec entête de la compagnie G. Saputo & Sons
Lettre remise à Joe Bonanno signée par Giuseppe Saputo Photo : Document déposé dans un dossier de cour dans l’État de New York

Dans son autobiographie publiée cet automne, Lino Saputo garantit qu’au moment de l’accueillir, sa famille ignorait qui était vraiment Joe Bonanno.

« Huit jours plus tard, Bonanno faisait la manchette d’un quotidien francophone, le Montréal-Matin : celui que l’on surnommait le “roi de la mafia” venait tout juste d’être arrêté dans notre ville », écrit-il, à 82 ans, dans Lino Saputo, entrepreneur : vivre nos rêves.

La lettre ne s’est jamais concrétisée en transfert d’actions et il n’a plus jamais revu cet homme, ajoute Lino Saputo dans son livre.

Il sera démontré que cette histoire, répétée à maintes reprises par Lino Saputo au cours de sa vie, est un mensonge. Et c’est dans des poubelles de l’État de l’Arizona que des enquêteurs le découvriront.

Joe Bonanno avec un veston et une cravate
Joe Bonanno à sa sortie d’une salle de cour en 1966 Photo : AP
Eugene Ehmann Enquêteur américain
Opération poubelle
Fourgonnette dans une rue résidentielle
Fourgonnette de la police d’État de l’Arizona lors d’une opération secrète Photo : Archives d’Eugene Ehmann

Août 1975, Tucson. Sous le chaud soleil de l’Arizona, installés dans une fourgonnette blanche, des policiers observent la maison d’un vieil homme : Joe Bonanno.

Le septuagénaire sort habituellement à cette heure précise pour déposer ses ordures dans deux grands contenants en acier galvanisé situés sur le bord de la rue.

Leur mission doit être exécutée avec une précision chirurgicale. Tout est réglé au quart de tour : les hommes auront 45 secondes pour subtiliser les poubelles et les remplacer par de fausses ordures.

Ils ont même prévu de la viande pour Greasy, le Dobermann de Bonanno, afin d’éviter qu’il ne jappe.

La fourgonnette file ensuite vers un magasin de meubles. Le commerce sert de façade à un bureau secret mis sur pied par l’agent Eugene Ehmann, policier de l’État de l’Arizona.

Cet ancien agent du FBI a convaincu ses patrons de mener l’opération poubelle afin d’amasser des informations sur Joe Bonanno.

Trafic de drogue, extorsion, corruption et meurtres : Bonanno avait longtemps contrôlé un empire criminel faisant de lui le mafioso le plus puissant d’Amérique. Il avait accepté de prendre sa retraite en Arizona à la suite d’une guerre sanglante au sein de son clan criminel à New York.

Mais le policier Eugene Ehmann est convaincu que le chef mafieux est toujours actif.

Joe Bonanno est un criminel organisé. Il dresse constamment des listes, des aide-mémoire sous forme de listes d’épicerie. Ensuite, il déchire ses notes et les jette aux ordures.

Deux fois par semaine, de 1975 à 1979, les policiers-éboueurs subtiliseront les poubelles de Bonanno et amasseront ainsi des milliers de documents.

Triées, recollées puis analysées – un travail colossal –, les notes révéleront l’étendue des relations du chef mafieux.

« En le surveillant et en l’étudiant, nous avons appris qu’il était le mafieux le plus puissant des États-Unis et qu’il avait une influence au Canada et en Amérique latine », explique le policier à la retraite Ehmann lors d’une entrevue accordée à Enquête, en Arizona. « Dit simplement, c’était lui le parrain. »

Le policier à la retraite Eugene Ehmann devant la maison où habitait Joe Bonanno dans les années 60 et 70
Le policier à la retraite Eugene Ehmann devant la maison où habitait Joe Bonanno dans les années 60 et 70 Photo : Radio-Canada/Gaétan Pouliot

Dans les documents de Bonanno, les enquêteurs déchiffrent des références à un certain Lino.

« Je vais te donner la description de Lino (Saputo) », écrit en italien le mafieux sur un bout de papier récupéré par les policiers, alors qu’il semble vouloir organiser un voyage en Californie pour l’homme d’affaires québécois, sa femme et sa fille.

« Lino est l’un des miens. Pas de frais à l'hôtel ni au restaurant. »

- Note de Joe Bonanno

Grâce à la collaboration de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Eugene Ehmann et sa petite équipe découvrent alors que Bonanno est toujours en contact avec Lino Saputo. « Ils semblaient interagir de manière très harmonieuse. Ils avaient une relation de longue date », explique-t-il, contrairement à ce que Lino Saputo écrit dans son autobiographie.

Des mots et des ratures sur une note de Bonanno
Note de Joe Bonanno avec une référence à Lino Saputo (années 70) Photo : Document déposé dans un dossier de cour dans l’État de New York

Pour pousser l’enquête plus loin, une perquisition est effectuée chez le chef mafieux en 1979. Cette intervention surprendra Bonanno au point de le rendre malade. Des collègues de M. Ehmann l’ont même entendu vomir dans la salle de bain.

Mais Bonanno ignore qu’une opération poubelle se poursuit au même moment.

« Trois jours après la perquisition, il a sorti ses poubelles comme d’habitude et a jeté 1200 nouvelles notes. Il a de toute évidence paniqué. Il voulait se débarrasser de ces documents », dit M. Ehmann.

La pêche aux ordures s’avère miraculeuse.

Des centaines de notes… mais aussi des documents qui liaient encore plus étroitement Bonanno à Lino Saputo et à ses entreprises, comme des lettres d’avocats, des états financiers en français et des scénarios d’investissement.

« Nous avons découvert que Joe Bonanno avait un intérêt financier secret dans les Fromages Saputo. »

- Eugene Ehmann, policier à la retraite

Enveloppes avec le nom de l’entreprise G. Saputo & Son
Enveloppes de la compagnie Saputo retrouvées dans les poubelles de Joe Bonanno dans les années 70 Photo : Radio-Canada

Joe Bonanno conservait même des articles de journaux du Québec à propos de la mafia et de lui-même.

Les enquêteurs ont retrouvé de nombreux documents liés aux entreprises de Lino Saputo. Mais c’est un petit mot écrit dans les notes de Bonanno qui leur donnera la clé pour comprendre encore mieux la relation entre les deux hommes.

Liquido.

Un mot italien qui veut dire argent comptant. Un mot que Bonanno juxtapose au nom de Lino.

Joe Bonanno Chef mafieux « à la retraite »
L’argent de Bonanno

Décembre 1977, entre New York et Tucson. Le vol 187 de la compagnie American Airlines se dirige vers l’Arizona.

Marion Di Pasquale, la belle-soeur de Joe Bonanno, quitte la grisaille new-yorkaise de décembre pour rejoindre des membres de sa famille. Elle transporte avec elle trois valises, dont un précieux bagage.

Des policiers soupçonnent qu’elle fait le voyage pour livrer de l’argent au mafieux Joe Bonanno. Ils la surveillent et la prennent en photo, mais n’interviennent pas.

Photo d’une femme
Photo de surveillance policière de Marion Di Pasquale en 1977 Photo : Document déposé dans un dossier de cour dans l’État de New York

« Seule tante Marion sait comment protéger et transporter le colis », avait écrit Joe Bonanno sur une note retrouvée dans ses poubelles.

À l’aéroport de Tucson, elle est accueillie par Joe Bonanno et sa femme.

Quelques jours plus tard, en fouillant toujours dans les poubelles du chef mafieux, l’escouade d’Eugene Ehmann fait une étrange découverte. Il ne s’agit pas de notes manuscrites, mais d’un ruban qui sert à entourer des liasses d’argent. Les policiers ne le savent pas encore, mais ce petit bout de papier sera d’une importance capitale.

Ruban daté du 7 décembre 1977
Ruban de banque pouvant entourer 10 billets de 100 $ US Photo : Document déposé dans un dossier de cour dans l’État de New York

« Il y avait les initiales du caissier sur le ruban. Nous avons été en mesure de découvrir que l’argent provenait d’une banque de Pennsylvanie », dit Eugene Ehmann, qui a travaillé avec des policiers de différents États américains pour comprendre la combine de Joe Bonanno.

Le ruban entourait une liasse de 1000 $ US qui faisait partie d’une transaction de 51 000 $ US en argent comptant (une valeur de 210 000 $ US aujourd’hui).

L’argent provenait d’un distributeur de fromages de la Pennsylvanie qui vendait la mozzarella d’une compagnie québécoise de la Mauricie... appartenant à Lino Saputo.

Officiellement, les 51 000 $ US devaient servir à payer une livraison de fromage Saputo. La somme atterrira plutôt entre les mains de Joe Bonanno, en Arizona, avec la complicité de Lino Saputo, selon les enquêteurs.

Les policiers avaient ainsi réussi à prouver un transfert du fameux liquido entre Lino Saputo et le mafieux Joe Bonanno en 1977.

Simple théorie policière? Pas selon l’un des juges les plus éminents de l’État de New York, qui déterminera que Lino Saputo était au courant de cette transaction et qu’il a tenté de la camoufler.

Charles D. Breitel Juge à la retraite
Le juge Breitel
Cinq juges assis côte à côte dans une salle d’audience
Charles D. Breitel, au centre, alors juge en chef de la Cour d’appel de l’État de New York (1975) Photo : Cour d’appel de l’État de New York

Juillet 1980, Albany. Vêtu d’un complet, Lino Saputo écoute attentivement. Un avocat du département de l’Agriculture de l’État de New York parle de lui et de ses liens avec des membres de la mafia.

Lino Saputo tente d’obtenir l’autorisation d’acheter du lait pour fabriquer de la mozzarella dans une petite ville américaine où il vient d’acheter une usine. Mais cette simple demande prend des proportions inattendues.

Au fait des allégations qui lient Lino Saputo à Joe Bonanno, le département a demandé l’assistance d’une unité spéciale de lutte contre le crime organisé.

Et pour éclaircir cette affaire, le gouvernement nomme un juge à la retraite pour présider ces audiences administratives à Albany, la capitale de l’État de New York.

Durant 10 jours, une trentaine de témoins défilent devant Charles D. Breitel, le juge en chef à la retraite de la Cour d’appel de l’État de New York. Quelque 1500 pages de documents sont déposées en preuve.

Eugene Ehmann, le policier de l’Arizona qui a découvert une riche documentation dans les poubelles de Joe Bonanno, est aux premières loges de cette affaire.

Une enquête policière d’envergure, menée dans plusieurs États américains avec la collaboration du FBI et de la GRC, alimentera l’audience.

Lino Saputo est longuement interrogé, et niera tout lien avec le chef mafieux Joe Bonanno après sa visite à Montréal en 1964.

L’État de New York rejettera finalement sa demande de permis.

Dans son autobiographie, l’homme d’affaires passe rapidement sur cet événement de 1980, en ne parlant que des témoignages, favorables à sa cause, d’un haut fonctionnaire du ministère de l’Agriculture du Québec et d’un directeur général d’une coopérative agricole. « Même si le juge a rejeté notre demande au terme de l’audience, leur geste m’a beaucoup touché », écrit-il.

Mais Lino Saputo ne dit pas un mot sur les conclusions accablantes de Charles D. Breitel.

« Joseph Bonanno avait un intérêt économique significatif sur une période de temps considérable avec plusieurs entreprises canadiennes de fromage appartenant à des membres de la famille Saputo et à Lino Saputo en particulier. »

- Extrait du rapport Breitel (1980)

Cette relation clandestine, entamée dans les années 60, s’était donc poursuivie jusqu’à la fin des années 70.

Charles D. Breitel avec une serviette à la main
Le juge en chef à la retraite Charles D. Breitel (1982) Photo : Fairfax Media Archives/Getty Images

« Ce fut un revers gigantesque parce que c’était déjà une entreprise qui brassait des millions de dollars », analyse aujourd’hui Eugene Ehmann, surpris d’apprendre que Lino Saputo nie tout lien passé avec la mafia dans son autobiographie, malgré cet épisode.

« Nos tentatives visant à investir dans les marchés de l’Ontario, du Vermont et de l’État de New York ont échoué en grande partie en raison des allégations criminelles que les médias avaient fait peser sur nous », écrit Lino Saputo. Cet échec, comme d’autres, il l’attribue à la mauvaise presse dont il dit avoir été victime toute sa vie, notamment en raison de ses origines siciliennes.

Le rapport du juge Breitel va encore plus loin : Lino Saputo a menti.

« Lino Saputo a tenté de camoufler son implication et celles de ses entreprises avec Bonanno [...] Il a fait des déclarations fausses et trompeuses. »

- Extrait du rapport Breitel (1980)

L’un de ces mensonges concerne un voyage clandestin en Arizona.

Lino Saputo Jeune homme d’affaires
Le voyage clandestin
Affiche du Holiday Inn devant l’hôtel
Hôtel Holiday Inn de Tucson, en Arizona Photo : Holiday Inn

Janvier 1970, Tucson. Monsieur Saparo et sa femme déposent leurs bagages dans la chambre 167 du Holiday Inn, aux abords d’une autoroute. Ils sont de passage à Tucson pour rendre visite à Joe Bonanno.

Après une rencontre de plusieurs heures à la résidence du chef mafieux, le fils de Bonanno conduit le couple à l’aéroport. Leur séjour n’aura duré que 48 heures.

Mis au courant de cette visite, le FBI découvrira que l’homme ne s’appelle pas Saparo, mais plutôt Saputo.

Lino Saputo, plus exactement.

Lors des audiences dans l’État de New York en 1980, Lino Saputo avait pourtant nié tout contact avec le chef mafieux après le passage de ce dernier dans sa famille à Montréal, en 1964.

« Avez-vous revu Joe Bonanno après le 20 mai 1964? », lui avait demandé le procureur de l’État de New York. « Non, Monsieur », avait catégoriquement répondu l’homme d’affaires. « Êtes-vous déjà allé à Tucson, en Arizona? », avait poursuivi l’avocat. « Je ne crois pas. »

Or, des sources confidentielles du FBI ont observé Lino Saputo et Joe Bonanno, ensemble, en Arizona.

Ce voyage clandestin a été confirmé par le juge à la retraite Charles Breitel. « Contrairement à ses affirmations, Lino [Saputo] et son épouse ont rencontré Bonanno à Tucson au début de 1970 », écrit-il dans son rapport.

Après ce voyage, aucun autre contact direct entre Lino Saputo et Joe Bonanno n’a été prouvé.

L’équipe d’Eugene Ehmann a découvert qu’un autre Québécois servait d’intermédiaire entre Lino Saputo et Joe Bonanno.

Son nom de code : Peppe Freddo.

Peppe Freddo Intermédiaire
Le mystérieux Peppe Freddo
Bonanno s’apprête à entrer dans la pharmacie
Photo de filature policière de Joe Bonanno devant une pharmacie de Tucson, en Arizona Photo : Archives d’Eugene Ehmann

Novembre 1976, Tucson. Les poches remplies de 25 cents, Joe Bonanno se rend à l'hôpital St. Mary. Il ne fréquente pas cet endroit pour des raisons de santé, mais plutôt pour se servir de la cabine téléphonique publique qui s’y trouve.

Bien qu’il ne soit plus officiellement le parrain du clan criminel portant son nom, Joe Bonanno se sait surveillé. Pas question donc d’utiliser son téléphone résidentiel pour parler à ses contacts.

Le chef mafieux attend un appel de Peppe Freddo pour parler de liquido, selon une note retrouvée par les policiers dans les années 70.

Mots écrits sur des notes de Bonanno
Note retrouvée dans les poubelles de Joe Bonanno avec les noms Peppe Freddo, Lino et le mot liquido Photo : Document déposé dans un dossier de cour dans l’État de New York

« Il écrivait l’heure exacte à laquelle il allait recevoir un appel à une certaine cabine téléphonique, à une date précise », explique le policier à la retraite Eugene Ehmann.

« On surveillait les cabines téléphoniques. Souvent, il prenait la même. Elle était située dans le corridor d’un hôpital près de chez lui. Parfois, mon collègue du FBI se couchait dans une civière près du téléphone pour entendre les conversations », ajoute-t-il.

L’équipe d’Eugene Ehmann découvrira la véritable identité de Peppe Freddo grâce à l’appui de la GRC, qui effectue de la surveillance au Canada.

Peppe Freddo est Giuseppe Borsellino, un important homme d’affaires du Québec qui a épousé Elina Saputo, la soeur de Lino Saputo.

Elina Saputo et Giuseppe Borsellino en tenues de soirée
Elina Saputo et Giuseppe Borsellino lors du dévoilement de bustes à leur effigie, à Montréal, en 2009 Photo : La Voce

Magnat de l’immobilier, il est lié aux entreprises de la famille Saputo depuis les années 60.

Dans son autobiographie, Lino Saputo se contente de quelques mots à l’endroit de Giuseppe Borsellino et passe sous silence les liens de son beau-frère avec Joe Bonanno. « Nous avons fondé Petra, aujourd’hui l’une des plus grandes sociétés immobilières fermées au Québec, avec à son actif plus de 8,3 millions de pieds carrés à Montréal. Mon cher ami et beau-frère Giuseppe Borsellino en est le président. »

Dans les années 70, Bonanno et Giuseppe Borsellino communiquaient grâce à des cabines téléphoniques, mais aussi par l’entremise de lettres.

« Cher Jio [...] Je ne sais pas comment m’excuser pour l’appel téléphonique que je n’ai pas passé. Je sais que m’excuser ne sert à rien, mais je peux vous assurer que ce jour-là, j’étais au tribunal pour une petite affaire [...] Je vous demande pardon et compréhension », écrivait Borsellino dans une lettre retrouvée dans les poubelles de Bonanno en 1977.

Lettre avec en en-tête M. et Mme Joseph Borsellino
Lettre de Giuseppe Borsellino à Joe Bonanno Photo : Document déposé dans un dossier de cour dans l’État de New York

Dans une autre lettre, Bonanno exprime noir sur blanc son désir de discuter avec le beau-frère de Giuseppe Borsellino.

« J’aimerais, si possible, entendre la voix de ton beau-frère et parler avec lui. »

- Lettre de Bonanno à Giuseppe Borsellino

Giuseppe Borsellino servait bel et bien d’intermédiaire entre le chef mafieux et Lino Saputo, a démontré l’enquête d’Eugene Ehmann.

Le juge à la retraite Breitel a aussi établi que Joe Bonanno a eu des parts dans les entreprises Saputo, alors que Lino soutenait que ces parts appartenaient à son beau-frère.

M. Borsellino a refusé de répondre aux questions d’Enquête. Dans une lettre, son avocat affirme qu’il « n’a rien à se reprocher ».

Lino Saputo et Giuseppe Borsellino étaient identifiés à l’époque comme des « acteurs du crime organisé » par la GRC. C’est ce qu’indique le compte rendu d’une conversation entre les policiers de l’Arizona et la police fédérale canadienne, en 1976, retrouvé dans les archives d’Eugene Ehmann.

Qu'ont fait les autorités canadiennes avec toutes les informations retrouvées dans les poubelles de Joe Bonanno? « Je sais qu’ils ont perquisitionné au domicile de Saputo. Mais pour autant qu’on sache, ça s’est terminé là », dit Eugene Ehmann.

Lino Saputo et Giuseppe Borsellino n’ont jamais fait l’objet d’accusations.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, en 2007, Lino Saputo niait tout lien avec le crime organisé. « Je peux vous garantir que jamais, soit de près ou de loin, la mafia n’a été associée avec Saputo ou la famille Saputo ou l'entourage des Saputo », disait-il.

Mais 15 ans après la fin de l’enquête en Arizona, Giuseppe Borsellino, alias Peppe Freddo, se retrouvera encore en présence de dirigeants de la mafia.

Vito Rizutto Chef de la mafia au Canada
Nicolo Rizutto Chef de la mafia au Canada
Borsellino aux noces d’or
Vito Rizzuto et Nicolo Rizzuto trinquent
Vito Rizzuto et Nicolo Rizzuto en 1995 Photo : Source confidentielle

Août 1995, Montréal. L’heure est à la fête dans une résidence cossue du nord de Montréal. On y célèbre le 50e anniversaire de mariage de Nicolo Rizzuto et de Libertina Manno, patriarches du clan Rizzuto.

À l’époque, les activités criminelles du groupe sont de notoriété publique. Des journalistes écrivent noir sur blanc que la famille est aux commandes de la mafia.

Libertina Manno vient de passer plusieurs mois dans une prison suisse pour une histoire de blanchiment d’argent. Aucune accusation n'a été portée contre elle.

Nicolo Rizzuto, lui, goûte à la liberté après avoir purgé plus de cinq ans de prison au Venezuela pour possession de cocaïne.

Parrains à Montréal, Nicolo Rizzuto et son fils Vito sont aussi des membres importants du clan criminel Bonanno. Trafic de drogues, blanchiment d’argent et corruption : le clan mafieux est au sommet de sa puissance.

En privé, les Rizzuto affichent fièrement leur rang dans la mafia.

Aux noces d’or du couple, dans une mise en scène bien ficelée, les membres de la famille Rizzuto s’installent devant l’entrée de la résidence afin d’accueillir les jubilaires. Lorsque les fêtés descendent les marches, des musiciens entament la musique du film Le Parrain, sous les applaudissements de la foule.

Extrait vidéo des noces d’or de Nicolo Rizzuto et de Libertina Manna en 1995, à Montréal

Enquête a obtenu la vidéo de cet événement d’une source confidentielle. Des criminels sont présents lors des célébrations.

On retrouve aussi parmi les convives deux importants actionnaires d’entreprises de la famille Saputo de longue date : Giuseppe Borsellino, alias Peppe Freddo, et sa femme Elina Saputo posent pour la caméra aux côtés des patriarches du clan mafieux.

Giuseppe Borsellino, Libertina Manno, Nicolo Rizzuto et Elina Saputo posent pour la caméra
Giuseppe Borsellino, Libertina Manno, Nicolo Rizzuto et Elina Saputo en 1995 Photo : Source confidentielle

Selon des documents de renseignement policier obtenus par Enquête, les contacts de M. Borsellino avec le clan Rizzuto se sont poursuivis au moins jusqu’au milieu des années 2000.

Nous avons demandé à Lino Saputo de commenter les contacts de son beau-frère et partenaire d’affaires avec les Rizzuto. Il n’a pas répondu à cette question.

Ni Giuseppe Borsellino ni Elina Saputo n’ont voulu commenter leur présence aux noces d’or.

Enquête a consacré une émission complète à Lino Saputo.
À voir sur Tou.tv.

Lino Saputo Homme d’affaires
Giuseppe Borsellino Homme d’affaires
Une croissance phénoménale
Lino Saputo arbore une médaille
Lino Saputo reçoit l’Ordre du Canada du gouverneur général David Johnston (2013) Photo : Adrian Wyld/La Presse canadienne

Pourquoi Lino Saputo ment-il depuis des décennies sur ses liens passés et ceux de son beau-frère avec Joe Bonanno? Parce que cela aurait certainement compromis les entrées de la famille Saputo dans la communauté des affaires. Une famille qui s’est hissée vers les plus hauts sommets.

Avec plusieurs membres de sa famille, Lino Saputo a réussi de façon spectaculaire en affaires. Saputo inc. est l’une des plus importantes compagnies de produits laitiers au monde, active au Canada et aux États-Unis, ainsi qu’en Argentine, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Les Saputo ont des intérêts dans l’industrie forestière et le camionnage. Ils détiennent l’équipe de soccer l’Impact de Montréal et une autre équipe à Bologne, en Italie. Des gratte-ciel emblématiques du centre-ville de Montréal font partie de leur portefeuille immobilier par l’entremise du Groupe Petra.

Lino Saputo, qui a siégé au conseil d’administration de la Banque Nationale dans les années 90, est aujourd’hui un grand philanthrope.

Sa fortune est estimée à plus de 6 milliards de dollars, selon un palmarès du magazine Forbes.

Lino Saputo et son beau-frère Giuseppe Borsellino sont bien branchés dans le monde des affaires, mais aussi dans le monde politique. Giuseppe Borsellino a été un collecteur de fonds officiel du Parti libéral du Québec.

Doctorats honorifiques, Ordre du Canada, Ordre national du Québec, Lino Saputo a eu droit aux plus grands honneurs.

Lino Saputo a refusé la demande d’entrevue d’Enquête pour ce reportage.

Dans une déclaration écrite, son avocat indique que « [M. Saputo] n’a jamais entretenu de liens avec le crime organisé, que ce soit de manière directe ou indirecte ». Un message qu’il répète dans son autobiographie publiée cet automne.

« Mon rêve, ça a toujours été de laisser une bonne réputation, puis je vais la laisser, la bonne réputation », disait-il à Radio-Canada en 2007.

Couverture de livre
Autobiographie de Lino Saputo Photo : Radio-Canada/Frédéric Lacelle

Contactez-nous Vous avez des informations à nous communiquer? Écrivez au journaliste Gaétan Pouliot à gaetan.pouliot@radio-canada.ca.

Gaétan Pouliot journaliste, Marie-Maude Denis journaliste, Jacques Taschereau réalisateur télé, Melanie Julien chef de pupitre, Mathieu St-Laurent développeur, Francis Lamontagne designer, Charlie Debons-Ricard motion designer et Danielle Jazzar réviseure Image d’entête : PC/Andre Forget, Fondation communautaire canadienne-italienne, A Man of Honor/Simon Schuster