Coût de la vie : voici ce que 215 000 utilisateurs de la Boussole électorale réclament

Un programme fédéral de garderies, plus d’aide pour acheter une propriété : le prochain gouvernement devra pallier davantage le coût de la vie, selon les utilisateurs de la Boussole électorale. Toutefois, l’idée d’un revenu minimum ne convainc pas la majorité, bien que ce soit une promesse de plusieurs partis.

Par Mélanie Meloche-HolubowskiCliquez pour obtenir les coordonnées du journaliste.
Envoyer un courriel au journaliste.Voir la page Facebook du journaliste.Voir le compte Twitter du journaliste.Voir le compte LinkedIn du journaliste.
et Naël ShiabCliquez pour obtenir les coordonnées du journaliste.
Envoyer un courriel au journaliste.Voir la page Facebook du journaliste.Voir le compte Twitter du journaliste.Voir le compte LinkedIn du journaliste.

25 septembre 2019

Nous avons analysé et pondéré les réponses de 215 269 utilisateurs de la Boussole électorale, créée par Vox Pop Labs. Chaque cercle représente 1 personne sur 100.

La majorité des utilisateurs aimeraient que le prochain gouvernement instaure un programme de garderies, partout au pays, au lieu que les parents reçoivent une somme d’argent. Au Québec, un tel réseau existe déjà, géré au niveau provincial.

Sans surprise, les utilisateurs de 18 à 24 ans sont davantage d'accord avec un programme fédéral de garderies. Plus l'âge des utilisateurs augmente, moins ils sont nombreux à appuyer cette proposition, toutes proportions gardées.

Cette question est aussi plus importante pour les femmes : 6 sur 10 sont en faveur d’un tel programme, comparé à 5 sur 10 chez les hommes.

Quant à l’idée d’aider davantage les premiers acheteurs d’une propriété, elle rallie quasiment la moitié des utilisateurs (48 %).

Mais des différences importantes existent en fonction de l’âge.

Pour les 18 à 34 ans, près des deux tiers souhaitent de l’aide du gouvernement.

Alors que chez les utilisateurs plus âgés, on est plutôt pour le statu quo.

Le Québec est la seule province où une majorité d’utilisateurs veut que les nouveaux propriétaires reçoivent davantage d’aide financière.

Toutes proportions gardées, c’est plus qu’en Ontario et en Colombie-Britannique, où le coût des résidences est beaucoup plus élevé.

Pour ce qui est de l'assurance-emploi, 4 utilisateurs sur 10 croient que les Canadiens devraient y être admissibles plus facilement.

Par contre, près de la moitié des utilisateurs préfèrent le statu quo.

De fortes dissensions existent par ailleurs en fonction de l’intention de vote.

La moitié des utilisateurs pensant voter pour le Parti conservateur, le Parti populaire et le Parti libéral espèrent que les critères d’admissibilité resteront les mêmes.

Par contre, la majorité des utilisateurs comptant voter pour le Bloc ou le NPD souhaite que ce soit plus facile.

Si les utilisateurs sont d’accord pour aider les familles, les nouveaux propriétaires et les chômeurs, ils sont plus divisés sur la question d’un revenu minimum garanti pour tous les Canadiens, qu’ils aient un emploi ou non.

4 utilisateurs sur 10 sont d’accord pour instaurer un tel programme, tandis que 4 sur 10 n’en veulent pas.

De grandes dissensions apparaissent encore une fois avec les intentions de vote.

Plus de 6 utilisateurs sur 10 qui prévoient voter pour le NPD ou les verts veulent qu’Ottawa offre un revenu minimum garanti à tous. Ces deux partis ont d’ailleurs avancé cette idée dans leurs plateformes.

De l’autre côté du spectre, la grande majorité de ceux qui voteraient pour le Parti conservateur ou le Parti populaire rejette cette idée.

Les utilisateurs ont aussi été appelés à se prononcer sur les taux d'imposition, ce qui pourrait permettre de financer ces mesures. Plus de 7 utilisateurs sur 10 veulent que les riches paient plus d’impôts.

Les utilisateurs ayant un revenu de ménage de 120 000 $ ou plus se montrent un peu plus réfractaires à cette idée, mais y restent tout de même majoritairement favorables.

Une majorité écrasante d’utilisateurs qui pensent voter pour le NPD ou le Parti vert veulent imposer davantage les riches. Les partisans libéraux et bloquistes ne sont pas loin derrière.

Par contre, la question divise les partisans du Parti populaire. Pour ce qui est du Parti conservateur, les utilisateurs souhaitant une plus grande imposition des fortunés sont plus nombreux, sans être majoritaires.

La grande majorité des utilisateurs de la Boussole veut non seulement taxer les riches, mais également taxer davantage les grandes entreprises.

Si vous n'avez pas encore participé à la Boussole électorale, il n'est pas trop tard pour le faire!

Méthodologie

Les données se basent sur les réponses à la Boussole électorale, un projet de Vox Pop Labs, en partenariat avec Radio-Canada. Vox Pop Labs est une équipe non partisane qui regroupe des politologues et des statisticiens.

La Boussole électorale n’est pas un sondage. Les utilisateurs ne sont pas présélectionnés. Les données, collectées du 10 septembre au 24 septembre 2019, ont été pondérées de manière à les rapprocher de celles d’un échantillon représentatif de la population réelle, selon les données du recensement et d’autres estimations démographiques.

Mélanie Meloche-Holubowski journaliste, Naël Shiab journaliste de données, Melanie Julien chef de pupitre, Francis Lamontagne designer.