Russie

Russie (rus)

Groupe H
Rang FIFA : 19

Présentation

En 2018, c’est elle qui recevra le monde. Mais pourquoi ne pas laisser une bonne impression dès 2014?

La Russie vise les quarts de finale au Brésil. Pour une équipe qui dispute un premier Mondial en 12 ans, ça peut paraître très ambitieux. Mais elle a montré très peu de failles dans les qualifications européennes. Elle a gagné son groupe (F), devant le Portugal. La défense, un maillon faible par le passé, a été impeccable. Elle n’a accordé que 5 buts en 10 matchs.

Derrière cette défense, il y a le gardien de grande classe Igor Akinfeev. Le sélectionneur Fabio Capello a une confiance absolue en lui. Il lui a fait jouer chaque minute des qualifications. Akinfeev est rapide, agile, travaillant et bon communicateur. Sa présence est rassurante.

La cohésion et les automatismes font la force de la Russie. Les joueurs se connaissent bien parce qu’ils se côtoient tous en Championnat russe. Capello ne retient aucun joueur qui n’y est pas basé.

En milieu de terrain, c’est Victor Faizulyn qui dirigera la circulation, comme il le fait au Zénith de Saint-Pétersbourg. Le meilleur buteur de l’équipe en qualifications, Alexander Kerzhakov (5), est aussi un joueur du Zénith.

La Russie a confiance en ses joueurs et aussi en Capello. Elle a déjà prolongé son contrat jusqu’en 2018 et lui donne un salaire annuel avoisinant les neuf millions d’euros. Ses qualités de tacticien sont bien connues. Elles l’ont amené dans les plus grands clubs d’Europe : l’AC Milan, l’AS Roma, la Juventus et le Real Madrid. Mais comme sélectionneur national, Capello n’a encore rien cassé.

Au Mondial 2010, il a dirigé une Angleterre plutôt terne. Il a fait ses valises après les huitièmes de finale, sèchement battu (4-1) par l’Allemagne de Joachim Löw. L’après-Mondial a aussi été difficile. Capello a démissionné en 2012, à quelques mois de l’Euro, car il était en conflit avec la Fédération anglaise.

Le Mondial brésilien sera le premier tournoi majeur de Capello à la tête de la sélection russe. Il ne veut pas s’y casser la figure. Dans sa tête comme dans celle de ses patrons, pour bien préparer 2018, il faut des résultats en 2014.

Nouvelles

  • Un verdict nul plus que satisfaisant

    Un verdict nul plus que satisfaisant

    Pour la première fois de son histoire, la sélection algérienne aura l'occasion de jouer une rencontre à élimination directe au Mondial.
  • Les Diables sont dans les détails

    Les Diables sont dans les détails

    Les Belges maîtrisent le sens du spectacle. Après tout, pourquoi gagner un match en première demie quand on peut le faire dans les dernières minutes?
  • L'erreur d'Akinfeev

    L'erreur d'Akinfeev

    Malgré une bourde monumentale du gardien Igor Akinfeev, la Russie a soutiré une nulle de 1-1 à la Corée du Sud mardi.
Toutes les nouvelles