Japon

Japon (jpn)

Groupe C
Rang FIFA : 46

Présentation

Une équipe unie, un meneur de jeu au sommet de son art, un sélectionneur qui devient amoureux de son pays d’adoption. Le Japon a tout pour réussir.

Commençons par le sélectionneur, Alberto Zaccheroni. Il est passé par plusieurs grands clubs italiens (l’AC Milan, la Lazio de Rome, l’Inter Milan et la Juventus), mais n’avait encore jamais dirigé une équipe nationale.

Le Japon l’a embauché après le Mondial 2010 et lui a laissé le temps de construire. Les résultats ont été immédiats : une victoire historique de 1-0 sur l’Argentine en amical et le titre en Coupe d’Asie en 2011.

Zaccheroni est débarqué au Japon avec ses idées tactiques et les a adaptées à ses joueurs. Il doit sa réussite à sa volonté de s’intégrer à une nouvelle culture.

« J'avais l'intention de respecter la culture japonaise et d'y adapter mes conceptions, en apportant un équilibre entre attaque et défense, a-t-il expliqué en entretien à la FIFA. En même temps, je ne voulais pas limiter la créativité naturelle de mes joueurs. Les Japonais sont des rêveurs nés. C'est leur culture et je ne veux pas m'y opposer. En fait, moi aussi j'aime ça.»

Quand Zaccheroni parle de créativité, il pense sans doute à son meneur de jeu Keisuke Honda. L’équipe était construite autour de lui au Mondial 2010 et l’est encore en 2014. Honda a un énorme volume de jeu. Il est rapide, technique et précis dans ses passes comme dans ses tirs. Il est d’ailleurs un redoutable tireur de coups francs. Personne ne s’est étonné quand l’AC Milan l’a acheté au CSKA Moscou.

Honda ne manque pas d’appuis. Shinji Kagawa apporte aussi de la fraîcheur en milieu de terrain et Yashuhito Endo, malgré ses 34 ans, avale toujours les minutes. À l’attaque, Shinji Okazaki marque régulièrement.

Le Japon est le premier pays à avoir décroché son billet pour le Brésil (NDLR : le Brésil était qualifié d’office en tant que pays organisateur), mais on ne le voit pas comme un premier de classe. Il a pourtant une équipe très équilibrée et polyvalente. Qu’elle soit engagée dans un match défensif ou offensif, elle trouve toujours son compte.

Les Samouraïs bleus veulent surprendre en 2014, comme ils l’ont fait en 2010. Ils ont raté les quarts de finale de peu, perdant à la loterie des tirs de pénalité contre le Paraguay.

Nouvelles

  • Zaccheroni démissionne

    Zaccheroni démissionne

    L'Italien Alberto Zaccheroni a annoncé mercredi qu'il quittait ses fonctions de sélectionneur du Japon.
  • Parcours parfait

    Parcours parfait

    La Colombie a confirmé son parcours parfait au Mondial 2014 avec une victoire de 4-1 contre le Japon mardi après-midi.
  • Naufrage évité

    Naufrage évité

    Le navire grec semblait destiné à sombrer dans les abîmes après la désertion de son capitaine. C'était sans compter sur un équipage dévoué.
  • L'effet Drogba

    L'effet Drogba

    En retard 0-1 avec un peu moins de 30 minutes à écouler au match, le sélectionneur de la Côte d'Ivoire Sabri Lamouchi a fait appel à Didier Drogba. Cinq minutes plus tard, les Éléphants
Toutes les nouvelles