Honduras

Honduras (hon)

Groupe E
Rang FIFA : 33

Présentation

Le Mexique, les États-Unis et puis les autres. Cette formule a souvent été utilisée pour décrire l’état des forces en CONCACAF. Le Honduras a souvent fait partie des « autres ». Il a prouvé qu’il valait plus.

Les États-Unis ont dominé les qualifications continentales, mais le Mexique, lui, a raté les siennes et a dû passer par les barrages. Les « autres » ont eu plus de place. Le Honduras, comme le Costa Rica, a saisi l’occasion. Il a terminé 3e et décroché le dernier billet donnant directement accès au Mondial, après avoir réussi un parcours intéressant.

Les Catrachos ont vécu des hauts et des bas. Leur bilan le reflète bien : 4 victoires, 3 défaites et 3 nulles en 10 matchs au quatrième tour de la CONCACAF. Mais leurs hauts ont été très hauts. Ils ont battu toutes les équipes qui allaient se qualifier pour le Brésil : les États-Unis (2-1) dès leur premier match, le Mexique (2-1) dans sa forteresse du stade Azteca et le Costa Rica (1-0).

Les qualifications ont aussi donné au Honduras l’occasion de resserrer les liens dans le groupe. L’équipe a eu ses moments difficiles, des joueurs les ont vécus plus difficilement que d’autres. C’est le cas de Jerry Bengtson. L’attaquant du Revolution de la Nouvelle-Angleterre a quitté l’équipe après avoir été confiné à un rôle de substitut dans une victoire de 2-0 sur la Jamaïque.

Le sélectionneur Luis Fernando Suarez a écouté son joueur plutôt que de le sermonner. Les choses n’ont pas traîné. Bengtson a présenté ses excuses à Suarez, puis à ses coéquipiers, et a réintégré l’équipe. Il a terminé les qualifications avec neuf buts, un sommet d’équipe. Suarez ne pouvait pas le perdre.

Bengtson est l’âme de l’équipe à l’avant. Il marque beaucoup, mais ne sent pas qu’il doit tout faire seul. Il a un excellent joueur sur qui s’appuyer, soit Carlo Costly. Ce duo a fait ses preuves. Avec Wilson Palacios en milieu de terrain, il reçoit des ballons de qualité.

En 2010, le Honduras a joué son premier Mondial en 28 ans. Son groupe (Espagne, Chili et Suisse) était relevé, son tournoi s’est arrêté après trois matchs. L’effet de nouveauté n’est plus là en 2014, mais la qualité des adversaires demeure. Avec la France, la Suisse et l’Équateur, le tournoi pourrait être encore de courte durée.

Nouvelles

  • Shaqiri frappe tôt et fort

    Shaqiri frappe tôt et fort

    La Suisse a accédé aux huitièmes de finale du Mondial 2014 en l'emportant 3-0 sur le Honduras, mercredi, à Manaus.
  • La Tricolor et Valencia y croient

    La Tricolor et Valencia y croient

    L'attaquant Enner Valencia a trouvé le fond du filet à deux reprises, vendredi, et a permis à la sélection équatorienne de garder espoir dans sa quête d'accéder à la phase éliminatoire.
  • Les Bleus trop forts

    Les Bleus trop forts

    La France s'est frottée à un faire-valoir pour son entrée en jeu. Reste qu'elle a dû attendre l'expulsion d'un Hondurien pour que sa supériorité se transpose en chiffres.
Toutes les nouvelles