Espagne

Espagne (esp)

Groupe B
Rang FIFA : 1

Présentation

La planète soccer tourne autour d’elle. L’Espagne sera-t-elle encore la référence en 2014?

Depuis des années, tout ce qu’elle touche se transforme en or, ou presque. Elle a remporté l’Euro 2008, puis celui de 2012, un doublé inédit. En gagnant au Brésil, elle réussirait le doublé du Mondial. Ce qu’aucune équipe n’a fait depuis le Brésil en 1958 et 1962.

L’Espagne n’est pas moins forte qu’elle l’était dans toutes ces conquêtes. Il n’y a pas de signe d’usure, même du côté de Xavi, toujours frais malgré ses 34 ans. Le tiki-taka, un jeu de passes courtes et de mouvements rapides, est ancré dans l’ADN des joueurs et donne toujours autant de maux de tête à l’adversaire.

La Roja a des as dans chaque portion du terrain. Iker Casillas est le gardien que toutes les équipes aimeraient avoir, en raison de ses réflexes, de son agilité et de ses qualités de meneur. Gerard Piqué et Sergio Ramos sont des rocs en défense centrale. Au milieu, Vicente Del Bosque doit gérer l’abondance. Avec Xavi, Andrès Iniesta, Xabi Alonso, David Silva, Sergio Busquets et Cesc Fabregas, les possibilités sont infinies.

À l’attaque, l’Espagne a testé plusieurs formules. Elle n’a peut-être pas de « numéro neuf » incontesté, mais a des joueurs polyvalents qui ne manquent pas de mordant avec Alvaro Negredo, Pedro et Fernando Torres, notamment.

Ajoutez à cela le génie tactique de Vicente Del Bosque et vous avez l’équipe parfaite. Mais l’Espagne n’est pas infaillible. Les autres équipes l’ont étudiée et ont pris des notes.

Personne ne l’a contrariée comme le Brésil en 2013, en finale de la Coupe des confédérations, grande répétition pour le Mondial. Les Auriverde ont appliqué une pression énorme et marqué très tôt, en route vers un succès éclatant de 3-0.

La preuve a été faite que l’Espagne peut être battue. Mais elle perd rarement aussi nettement. Ce 3-0 est peut-être l’exception qui confirme la règle. En gardant jalousement le ballon, et en le récupérant rapidement quand elle le perd, elle donne bien peu d’occasions à l’adversaire.

Son bilan des qualifications est d’ailleurs très révélateur à cet effet. Elle a gagné le groupe I en n’accordant que trois petits buts en huit matchs, le plus petit total d’Europe. Elle n’en a donné qu’un à l’Euro 2012 et deux au Mondial 2010.

L’Espagne aime écrire de nouvelles pages d’histoire. Au Brésil, elle tentera de devenir la première équipe européenne à être couronnée dans les Amériques. Les Pays-Bas, qu’elle rencontrera dès la phase de groupe, et l’Allemagne ont la même ambition. Le Brésil et l’Argentine rêvent aussi de la faire dérailler. Rien n’est gagné d’avance.

Nouvelles

  • Del Bosque reste en poste

    Del Bosque reste en poste

    Le sélectionneur Vicente Del Bosque a annoncé jeudi qu'il restait aux commandes de la formation espagnole de soccer.
  • Une victoire en guise de révérence

    Une victoire en guise de révérence

    Déjà éliminés, les Espagnols, champions en titre, ont quitté la scène avec une victoire de 3-0 sur l'Australie, à Curitiba, lundi.
  • Triste Espana

    Triste Espana

    Des manifestants anti-Coupe du monde qui se sont invités aux abords du stade Maracana, doublé d'un long congé, et Rio s'est transformé en un gigantesque stationnement mercredi, jour du duel
  • Adieu à « l'âge d'or » de la Roja

    Adieu à « l'âge d'or » de la Roja

    Après l'élimination surprise de l'Espagne, championne du monde en titre et défaite 2-0 mercredi à Rio en phase de groupe par le Chili, la presse nationale a dit « adieu à l'âge d'or » de la
Toutes les nouvelles