•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Illustration thème du dossier, montrant un paysage de couleur orange avec un soleil levant rouge et des sapins verts.

Par où commencer? Des Autochtones se prononcent.

Depuis la triste mise au jour des dépouilles de 215 enfants autochtones sur le terrain d’un pensionnat pour Autochtones de Kamloops, en Colombie-Britannique, suivie de multiples découvertes ailleurs au pays, de nombreux Canadiens se demandent comment manifester leur sympathie envers les peuples autochtones et en apprendre plus sur leur réalité. Comment s’y prendre pour tendre la main afin d’entamer un dialogue, de renforcer le processus de vérité et de réconciliation entre les Premières Nations et les allochtones ou de le souder?

Au-delà de l’écoute – qui semble essentielle, selon de nombreux membres des communautés autochtones –, comment peut-on grandir ensemble comme société, décoloniser notre pensée et réparer une faille créée par diverses tragédies historiques?

Parce que, au-delà du slogan « Chaque enfant compte », les petits et les plus grands gestes pour devenir un allié ont leur importance. Parce qu’il faut commencer quelque part pour bien coexister et apprendre à vivre ensemble.

Joannie Gill à côté d'une fresque autochtone peinte sur un mur de la ville.

Joannie (Shuanie) Gill

« La réconciliation ne va pas sans la décolonisation. »

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic
Page Chartrand.

Page (Nandawab-i-kwe) Chartrand

« Je préfère parler de vérité et de compréhension. »

Photo : Fournie par Page Chartrand
Rennie Nahanee sur un terrain de sport.

Rennie Nahanee

« En tant qu'Autochtone, ce terme [réconciliation] signifie réparer des torts. »

Photo : Fournie par Rennie Nahanee
Robert-Falcon Ouellette joue du tambour.

Robert-Falcon Ouellette (Uske binaceo)

« On ne peut pas bâtir une nation sur des faits négatifs. »

Photo : Fournie par Robert Falcon-Ouellette
Kluane Adamek.

Kluane Aagé Adamek

« La bonne direction à prendre est toujours celle qui valorise les droits. »

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson
Shayne Michael.

Shayne Michael

« Il n’est jamais trop tard pour se lancer dans sa culture. »

Photo : Guylain Côté
Glenn Jim.

Glenn Jim (TE,LI,MET,ȾTEN)

« L’utilisation de la langue amènera à l’apprentissage de la langue. »

Photo : Michel Albert
Marie-Josée Dandeneau.

Marie-Josée Dandeneau

« C'est les arts, vraiment, qui vont garder notre culture ouverte. »

Photo : Guylain Côté
Alex Wilson devant le College of Education.

Alex Wilson

« Par définition, le féminisme fait partie du processus de réconciliation. »

Photo : Saskatoon StarPhoenix / Heywood Yu