•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de logements abordables pour jeunes Autochtones itinérants à Victoria

Dessin d'un immeuble de logements.

Les jeunes Autochtones sont surreprésentés parmi les itinérants à Victoria.

Photo : Victoria Native Friendship Centre

Radio-Canada

Le Centre d'amitié autochtone de Victoria, en Colombie-Britannique, est actuellement en campagne de financement pour tenter de collecter 1,3 million de dollars nécessaires à l'achat d'un terrain destiné à la construction de 45 logements abordables pour les jeunes Autochtones.

Il y a un grave problème de logement dans les différentes parties de la province et du pays, et nous ne sommes pas à l'abri de cela, explique Ron Rice, le directeur général du Centre d'amitié autochtone de Victoria.

Le défi auquel nous assistons a un effet d'entraînement auprès de certains groupes de la population. Les jeunes Autochtones issus du système qui sont en transition sont fortement surreprésentés, dans les rues de Victoria, parmi la population itinérante.

Le projet consiste à construire des logements d'une, deux ou trois chambres, à louer à de jeunes Autochtones, des couples, de jeunes parents et certains aînés, à des loyers inférieurs au prix courant.

Ron Rice a également expliqué le désir du Centre d'amitié de créer une communauté, un endroit où les gens peuvent s'entraider, puisqu'ils ne sont pas nécessairement en lien avec les aînés de leurs familles.

L'organisme a déjà obtenu près de 1,3 million de dollars en dons privés pour couvrir les 2,4 millions de dollars que coûtera le terrain. Les 200 000 $ supplémentaires qui seront recueillis au terme de la présente campagne serviront à financer des évaluations sur le stationnement et le zonage.

Des dessins montrant un immeuble sous différents plans.

Le Centre d'amitié autochtone de Victoria prépare actuellement les plans de l'éventuel bâtiment.

Photo : Victoria Native Friendship Center

À ce stade-ci, le Centre préfère ne pas divulguer l'emplacement du terrain, mais il a fait savoir qu'il se trouve à proximité du centre-ville de Victoria.

Nous voulons aller discuter en personne avec l'association du quartier et certains de ses voisins, et nous présenter correctement avant de faire des annonces publiques, a expliqué M. Rice.

Le Centre d'amitié possède déjà deux immeubles similaires qui proposent des logements abordables aux Autochtones : Fernwood House et Siem Lelum. Lors de l'ouverture de ce dernier, certains résidents avaient exprimé leur inquiétude quant à la présence de tels logements sociaux dans leur quartier.

Avec le recul, il aurait été judicieux de prendre le temps de discuter avec le voisinage de notre projet [...], a-t-il admis.

Aujourd'hui, cependant, l'association du quartier est fière d'héberger l'établissement, selon lui.

Pour ce qui est du projet actuel, même si le Centre d'amitié parvient à collecter l'argent nécessaire pour acheter le terrain, il faudra attendre longtemps avant de pouvoir construire quoi que ce soit. Le plan du bâtiment devra être soumis au conseil municipal de Victoria.

Même avec les plans les plus parfaits, il faudra probablement attendre deux ans avant de commencer à construire, a indiqué M. Rice.

Les jeunes Autochtones surreprésentés chez les itinérants

Environ 40 % des personnes qui utilisent les services de la Treshold Housing Society sont autochtones, selon Colin Tessier, le directeur général de cet organisme qui vient en aide aux jeunes sans-abri à Victoria.

Selon lui, quelque 150 jeunes Autochtones se retrouvent sans abri chaque nuit à Victoria. Une situation qu'il a qualifiée d'urgente.

Portrait de Colin Tessier.

Le directeur général de la Victoria Treshold Housing Society, Colin Tessier

Photo : Colin Tessier

D'après M. Tessier, les jeunes sans-abri ou qui risquent de le devenir ont tendance à fuir la violence ou à sortir du système de placement en famille d'accueil sans bénéficier d'un soutien adéquat.

En concentrant les ressources et les efforts sur les jeunes à risque et vulnérables, non seulement nous mettons fin à leur situation d'itinérance aujourd'hui, mais ils sont moins susceptibles de se retrouver dans une telle situation à l'avenir, a-t-il souligné.

Il a ajouté que son organisme soutiendra par tous les moyens possibles le Centre d'amitié autochtone de Victoria pour la réalisation du projet.

C'est merveilleux de voir une organisation autochtone prendre les devants et poursuivre ce projet, a-t-il affirmé. Cela répond exactement aux besoins de notre communauté.

Avec les informations de Jackie McKay, de CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Espaces autochtones

Chaque semaine, suivez l’essentiel de l’actualité autochtone au Canada.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Espaces autochtones.

Espaces autochtones

Un travail journalistique sérieux, constant et curieux est le meilleur moyen de dévoiler et expliquer des réalités que beaucoup ne soupçonnent peut-être pas. Et donc de comprendre. C'est ce que nous nous proposons de faire. Découvrir, informer, comprendre, expliquer.

— Soleïman Mellali, rédacteur en chef