•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bourses Nikanewin au service de l’entrepreneuriat autochtone

Une affiche sur la troisième édition des bourses Nikanewin.

Les entrepreneurs autochtones ont jusqu'au 28 février prochain pour envoyer leur candidature à la troisième édition des bourses Nikanewin.

Photo : CDEPNQL

Les bourses Nikanewin sont de retour pour une troisième édition. Cette initiative de la Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador (CDEPNQL) vise à stimuler l'entrepreneuriat chez les membres des Premières Nations.

Nous avons lancé ces bourses parce que nous avons réalisé que plusieurs personnes avaient des intentions de se lancer en affaires, mais qu'elles n'avaient fait aucune démarche, explique Emmanuel Bertrand-Gauvin, conseiller à la CDEPNQL.

Il ajoute que ce concours a été pensé pour encourager les gens à aller plus loin.

Nous avons pensé à un concours qui amènerait les gens à sortir leur idée de leur tête. […] Les entrepreneurs doivent décrire sur quatre pages leur projet, ce qui mène à une réflexion, et nous faisons ensuite des suivis cas par cas, explique-t-il.

L'encadrement pour les boursiers n'est toutefois pas obligatoire, précise M. Bertrand-Gauvin.

Les récipiendaires de la bourse sont sélectionnés pour la faisabilité et le réalisme du projet, et pour le lien entre les compétences de l'entrepreneur et le projet en tant que tel. […] On propose ensuite à ces gens-là d'aller plus loin et de les accompagner pour aller plus loin, monter leur plan d'affaires avec eux, faire leurs prévisions financières avec eux et faire le tour des différentes sources de financement, explique M. Bertrand-Gauvin.

Les candidats ont jusqu'au 28 février prochain pour déposer leur dossier.

Le cas de Grace Edwards

Grace Edwards, de la Première Nation Mi'gmaq de Listuguj, en Gaspésie, a remporté une bourse Nikanewin en 2021. Depuis, elle a lancé son entreprise de logistique tertiaire (une entreprise chargée des opérations logistiques dans la chaîne d'approvisionnement) dans le domaine du transport de marchandises.

Au début de la pandémie de COVID-19 en 2020, Mme Edwards a perdu l'emploi qu'elle occupait depuis près de 40 ans. Elle a décidé de se lancer en affaires à ce moment et a fondé l'entreprise Gitbu logistique.

À la CDEPNQL, on m'a aidée pour l'argent et pour faire mon plan d'affaires. La banque ne voulait pas me faire de prêt, alors on m'a envoyée au bureau de microcrédit à Sainte-Thérèse où j'ai reçu un prêt de 5000 $. Ensuite, j'ai appliqué à la bourse Nikanewin et j'ai gagné un montant de 2500 $, explique-t-elle.

Cette bourse a permis à Mme Edwards de se munir d'un nouvel ordinateur nécessaire à la poursuite de ses activités.

Dans le transport, ça prend un ordinateur pour le travail et un autre pour la répartition des camions, explique Mme Edwards.

Le logo de Gitbu logistique.

Grace Edwards a lancé Gitbu logistique après avoir travaillé pendant 39 ans dans le domaine du transport.

Photo : Gracieuseté Grace Edwards

Depuis, l'entreprise de Mme Edwards s'est notamment distinguée comme demi-finaliste au Pow Wow Pitch 2021, une compétition réunissant des entrepreneurs autochtones du Canada et des États-Unis.

Grace Edwards reconnaît l'apport important de la CDEPNQL à la réussite de son projet.

Ils sont présents si j'ai des questions. Frédérick Martel de la CDEPNQL m'a vraiment aidée. S'il n'avait pas été là, c'est sûr que je n'aurais pas pu commencer mon entreprise, explique Mme Edwards.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...