•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’APN s’oppose officiellement au projet de loi sur les armes à feu C-21

Marco Mendicino, le ministre fédéral de la Sécurité publique, lors de l'Assemblée générale spéciale de l'Assemblée des Premières Nations.

Marco Mendicino, le ministre fédéral de la Sécurité publique, lors de l'Assemblée générale spéciale de l'Assemblée des Premières Nations.

Photo : La Presse canadienne / Spencer Colby

L’Assemblée des Premières Nations (APN) réunie à Ottawa depuis lundi a officiellement fait part de son opposition au projet de loi du gouvernement fédéral visant à limiter l’accès aux armes à feu. Plusieurs communautés, surtout dans l’ouest du pays, avaient déjà fait part de leurs craintes.

Les membres présents ont ainsi voté une résolution qui affirme l’opposition publique de l’APN sur ce projet porté par le gouvernement Trudeau.

Les Premières Nations estiment qu'il va à l’encontre de leurs droits ancestraux et issus des traités. Il pourrait criminaliser les armes d’épaule utilisées par [nos] membres, peut-on lire dans la résolution qui a été proposée à l’assemblée.

Surtout, les chefs présents demandent que les Autochtones soient adéquatement consultés.

Plusieurs chefs ont pris la parole à ce sujet, évoquant leurs souvenirs de chasse et l’importance que cette pratique a dans leur mode de vie.

« Ce n’est pas une arme pour nous, c’est un outil. »

— Une citation de  Dylan Whiteduck, chef de la communauté de Kitigan Zibi
Un homme avec des lunettes qui regarde sur le côté.

Le chef de Kitigan Zibi, Dylan Whiteduck, s'oppose au projet de loi C-21.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

C’est un aspect important de notre survie. [Ce projet de loi] montre qu’on est attaqués par rapport à nos droits, a dit l’un des chefs présents.

Nous ne faisons pas de chasse sportive, c’est une question de subsistance et ça devrait être protégé par la Constitution. C’est un autre exemple [de la volonté] du gouvernement de nous assimiler dans leur société, a lancé un autre, accusant le Canada de vouloir enlever leurs droits inhérents.

Une autre cheffe a même plaidé pour que les Autochtones n'aient plus besoin de permis de possession et d'acquisition. Elle estime que les traités sont leur permis.

Réactions des chefs de partis

Plus tôt dans la journée, Jagmeet Singh, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), a d'ailleurs mentionné le projet de loi C-21, alors qu'il était invité à l'événement pour y prononcer un discours.

Jagmeet Singh prononce un discours devant une salle comble.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique, a prononcé un discours lors de l'Assemblée générale spéciale de l'Assemblée des Premières Nations.

Photo : Autre banques d'images / Spencer Colby

Toutes motions allant à l'encontre de vos traités ne seront pas soutenues par le NPD, a-t-il promis.

De son côté, Pierre Poilievre, chef du Parti conservateur du Canada, a aussi fait une allocution par vidéo. Il n'a toutefois pas mentionné le projet de loi C-21.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...