•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sommet sur une vision commune de l’autodétermination pour la Nation innue

La Nation innue se réunit pour la première fois depuis 2015.

Les chefs posent avec une banderole devant la salle de conférence.

Le Sommet de la Nation innue rassemble les chefs des neuf communautés innues venus discuter, à Québec, de l'avenir de leur Nation.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Gill-Couture

La gouvernance, les grands projets énergétiques qui touchent les territoires, une meilleure coordination entre les communautés, voilà autant de thèmes qui seront débattus à partir de mardi lors du Sommet de la Nation innue qui se tient à Québec jusqu'à jeudi.

En 2015, une première grande rencontre officielle avait eu lieu à Essipit, communauté innue située à proximité des Escoumins, sur la Côte-Nord, durant laquelle chacune des neuf communautés s'était exprimée sur ce que devrait être l'autodétermination et la gouvernance sur leur territoire ancestral, le Nitassinan.

Pour le sommet qui s'ouvre mardi, on retient surtout la possibilité évoquée que les Innus se dotent d'une structure réunissant les neuf communautés pour mettre de l'avant et promouvoir leur vision commune de l'autodétermination.

En entrevue avec Espaces autochtones, Bryan Mark, le chef d'Unamen Shipu (La Romaine), explique que la tenue d'un nouveau sommet était nécessaire en raison des grands changements dans les environnements politiques québécois et autochtones, ainsi que de l'explosion de problèmes sociaux dans les communautés innues depuis 2015, notamment en raison de la pandémie.

Lors du dernier grand rassemblement, les communautés s'étaient entendues sur l'organisation de projets économiques communs, chose pratiquement inédite à l'époque. Le plus important, le plan Apuiat, permettra, à terme, la mise en place d'un parc éolien capable de produire davantage d'électricité que la centrale hydroélectrique Manic-1.

Ce projet, qui est toujours en cours, était, selon les chefs, fondamentalement lié aux sujets du sommet, puisqu'il participera éventuellement à l'autodétermination, en dotant les Innus de revenus importants leur permettant de réinvestir dans le développement social de leurs communautés.

Selon le chef de Mashteuiatsh Gilbert Dominique, il s'agira d'un levier leur permettant de se sortir graduellement de leur condition de dépendance étatique.

À propos du sommet en cours, il résume : Le but est de faire le point sur ces dossiers, pour le bien du développement de nos communautés et de voir dans quelle mesure les neuf communautés acceptent de mettre leurs visions en commun.

« Nous voulons voir si, en bout de piste, nous pouvons nous doter d'une organisation, d'une structure nous permettant de mieux travailler ensemble pour l'autodétermination. »

— Une citation de  Gilbert Dominique, chef de la communauté innue de Mashteuiatsh

Un lien probable avec les négociations de Petapan

Trois communautés innues, Mashteuiatsh, Essipit et Nutashkuan, regroupée sous le nom de Petapan, négocient avec Québec et Ottawa. Le but : accoucher d'un traité moderne, qui ne serait que le second en terre québécoise depuis la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975. Les dernières annonces à ce sujet suggèrent que la négociation, en cours depuis 40 ans, arriverait bientôt à terme.

Interrogé sur l'importance de ces négociations sur la décision de tenir un sommet, le chef Dominique répond qu'il est clair que les communautés membres de Petapan pourront présenter leur plan d'autodétermination dans les prochains jours, et qu'ils espèrent en convaincre d'autres de les appuyer ou même de les rejoindre dans leurs démarches.

De multiples sujets déterminants seront abordés jusqu'à jeudi, mais tous convergent vers une plus grande unité à travers un renforcement du développement économique, base de la construction d'une plus grande autonomie gouvernementale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...