•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La planche à roulettes s’invite à Présence autochtone

Un homme fait de la planche à roulettes sur une demi-lune installée au centre-ville de Montréal.

L'Edmontonien Brian Cardinal, Cri des Plaines du Traité n°6, profite de la demi-lune installée pour le festival Présence autochtone.

Photo : Philippe Granger

Philippe Granger

La planche à roulettes aura occupé une place de premier plan dans le cadre de la 32e édition du festival Présence autochtone, qui prend fin jeudi.

Cette année, le festival n'a pas caché son intention de se concentrer sur les jeunes et le contenu numérique.

Samedi après-midi se déroulait la causerie Skate et causerie du festival, à la Maison du développement durable, à Montréal.

Animée par la professeure en histoire de l’art Caroline Nepton-Hotte, la discussion avait comme invitées Naiomi Glasses et Andrea Ottawa.

À l'intérieur, trois personnes sur une plateforme parlent dans un micro face à un public.

Caroline Nepton-Hotte (à gauche) a animé la rencontre avec Andrea Ottawa (au centre) et Naiomi Glasses (à droite) qui avait lieu à la Maison du développement durable, à Montréal.

Photo : Philippe Granger

Originaire de la nation Navajo, Naiomi Glasses est une planchiste de longue date. Connue pour ses vidéos sur TikTok – où on peut la voir rouler nonchalamment en plein désert arizonien –, elle contribue désormais à la croissance de la visibilisation de la culture navajo.

Je ne m’étais pas rendu compte à quel point les choses allaient rapidement sur TikTok, explique celle qui fait aussi beaucoup d’artisanat.

@naiomiglasses Just trying to be as cool as @420doggface208 💁🏽‍♀️ #indigenous #fyp #foryou #nativetiktok ♬ Dreams (2004 Remaster) - Fleetwood Mac

Atikamekw de Manawan, Andrea Ottawa est infirmière la nuit et travaille pour le développement culturel de sa communauté le jour. Pour ce faire, elle initie des jeunes de sa communauté à la pratique de la planche à roulettes.

Elle et Naiomi Glasses voient en la planche à roulettes une manière de s'ouvrir aux autres et aux nouvelles expériences, mais aussi une manière de partager des valeurs et des cultures.

La planche à roulettes, c’est universel. On peut en faire n’importe où, c’est pour tout le monde, peu importe le genre, peu importe l'âge, juge Andrea Ottawa, qui a tenu à préciser que la majorité des personnes qu'elle initie à la planche à roulettes sont des filles.

Ces jeunes filles étaient d'ailleurs présentes à l'événement, planche à la main.

« Ça rallie les gens, ça brise les préjugés. »

— Une citation de  Andrea Ottawa, infirmière et animatrice communautaire

Plus de gens devraient s’y essayer et devraient avoir moins peur d'en faire, conclut Naiomi Glasses.

Pour ce faire, les invitées ont encouragé l’audience à se rendre à la nouvelle rampe de planche à roulettes installée pour le festival.

Si Naiomi Glasses admet trouver la rampe abrupte, il a été rappelé que d’autres installations de planche à roulettes sont présentes sur le site afin d’initier le monde à ce sport.

L’apparition de ces installations est le fruit d’une nouvelle collaboration entre le festival et la compagnie de chaussures Vans, qui devient du même coup un commanditaire important.

[Ce projet] est appelé à prendre de l’ampleur avec les années, promet Présence autochtone dans un communiqué.

Un grand tipi est installé sur une immense place dans un centre-ville. Il y a quelques arbres.

Le fameux grand tipi est de retour à la place des Festivals pour la 32e édition du festival Présence autochtone, qui se termine jeudi.

Photo : Philippe Granger

Les activités continuent jusqu'à jeudi

Outre les activités continuelles de chant et de danse qui ont lieu sur la place des Festivals, des activités culturelles de plusieurs genres sont encore prévues dans les prochains jours dans le cadre du festival Présence autochtone.

Un homme en regalia danse devant un public, à l'extérieur.

Le danseur Sam Ojeda est de retour au festival Présence autochtone.

Photo : Philippe Granger

Un spectacle de Mack MacKenzie est prévu au Quai des brumes le 15 août, puis le 18 août, aux Jardins Gamelin.

Tenu depuis 2009 dans le cadre du festival, le colloque international Regards autochtones sur les Amériques aura lieu les 15 et 16 août. L'événement, qui cherche à construire des ponts entre l’université et le monde du cinéma et des médias autochtones, aura notamment comme invitée la réalisatrice Alanis Obomsawin.

À l'extérieur, des danseurs aztèques dansent devant un public.

Des artistes autochtones des quatre coins du monde sont présents à Montréal pour le festival.

Photo : Philippe Granger

Akawui et Violet Ground assureront la fermeture du festival, le 18 août, aux Jardins Gamelin.

De nombreuses projections de films sont également au programme à la Grande Bibliothèque et au Cinéma du Musée, comme Kímmapiiyipitssini : la voie de l'empathie d'Elle-Máijá Tailfeathers, Plegaria de Roberto Olivares et Powerlands d'Ivey Camille Manybeads Tso.

Espaces autochtones

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !