•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les toponymes autochtones mis en lumière

La rivière s'écoule, bordée de caps rocheux.

L’île d’Anticosti est connue sous le nom de « Natakuan » chez les Innus.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Connaissez-vous le nom autochtone de la rivière George? Du grand lac Saint-François ou de l’île d’Anticosti? La Commission de toponymie du Québec a remédié à cette méconnaissance en dévoilant une carte interactive qui met en valeur le patrimoine toponymique autochtone.

Le projet de création de cette carte interactive indiquant des toponymes autochtones est sur les rails depuis plusieurs mois, indique Chantal Bouchard, la porte-parole de la Commission de toponymie.

Deux jeunes dans un canot contournent les glaces.

La rivière George a été choisie par les Naskapis pour être mise en avant sur cette carte interactive.

Photo : Page Facebook de l'Expédition AKOR

Chaque année, cet organisme dévoile une carte qui met en valeur les toponymes du Québec qui révèlent tous un pan de l’histoire de la province. En 2022, ce sont les toponymes autochtones qui sont ainsi à l’honneur.

Nous avons consulté les Autochtones qui nous ont dit quels toponymes significatifs pour eux ils souhaitaient mettre en avant, poursuit Mme Bouchard.

Vue sur la rivière Saguenay à Tadoussac.

Pitchitaouichetz est le nom que les membres de la communauté d'Essipit utilisent pour désigner le vaste cours d’eau dont le nom officiel est rivière Saguenay.

Photo : Gracieuseté de Simon Beaudry

Toutes les communautés autochtones du Québec ont été approchées pour participer au projet de cartes interactives.

Pour le moment, quatre nations (les Abénakis, les Naskapis, les Hurons-Wendat et les Innus) y ont participé. C’est un point de départ… Au Québec, il y a 14 000 toponymes d’origine autochtone. L’objectif est donc de bonifier et d’améliorer la carte, dit Mme Bouchard.

Des travaux sont déjà en cours avec d’autres communautés que celles qui ont participé à la première version.

Deux maisons devant un cours d'eau sur lequel naviguent des chaloupes.

Unamen Shipu est le nom innu de La Romaine.

Photo : Lendemain de Trôle

Sur la carte dévoilée, il n’y a pas que le nom des toponymes dans la langue de la nation concernée. On peut entendre la prononciation du toponyme et en découvrir toute l’histoire.

Par exemple, la rivière George porte plutôt le nom de Musuwaaw Siipiiy pour les Naskapis, l’un des peuples qui ont beaucoup voyagé dans ce secteur situé à la frontière entre le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador.

Musuwaaw Siipiiy signifie "rivière de la toundra". Il fait référence au paysage du pourtour de ce cours d’eau nordique. On trouve aussi les noms Pupun Nikau Shipu et Uapmekw Innu Shipu pour désigner cette rivière, peut-on lire sur la carte interactive.

L’île d’Anticosti est quant à elle plutôt connue sous le nom de Natakuan chez les Innus. Cela signifie là où l’on chasse l’ours.

On peut passer beaucoup de temps sur cette carte, confie la porte-parole. On découvre que les Autochtones ont une tout autre perspective des lieux. Ils n’utilisent jamais des noms qui ne servent à rien, c’est plutôt très descriptif et c’est plus facile de s’accrocher à l’endroit et à ce qu’on y faisait à l’époque, poursuit-elle.

Un outil concret qui, selon elle, permet le rapprochement entre les Autochtones et les non-Autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !