•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire présente un nombre record de candidatures autochtones

Trois personnes sont debout pour un discours à l'extérieur.

Maïté Labrecque-Saganash (à gauche) en compagnie des co-porte-paroles Gabriel Nadeau-Dubois (au centre) et Manon Massé (à droite)

Photo : Twitter

Radio-Canada

Québec solidaire a présenté mardi cinq candidatures issues des Premières Nations en vue du scrutin du 3 octobre.

Cette annonce, faite dans le cadre de la Journée nationale des peuples autochtones, représente un record de candidatures autochtones pour un parti au Québec.

La co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé, qui estime que le gouvernement actuel a mené à une détérioration de la relation entre Québec et les Premières Nations, se réjouit de ce record.

« Ça en dit plus long que n'importe quelle promesse. »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

La candidature de l’Ilnu de Mashteuiatsh Michaël Ottereyes avait déjà été annoncée en avril pour la circonscription de Roberval. Le mois dernier, l'investiture de l’autrice et militante crie Maïté Labrecque-Saganash avait été dévoilée pour Ungava.

Un homme pose devant un mur blanc.

Résidant à Mashteuiatsh, Michaël Ottereyes était le seul candidat à l'investiture de Québec solidaire dans Roberval.

Photo : Avec l'autorisation de Québec solidaire

La candidature du neuropsychologue pour enfants et membre de la nation anichinabée Benjamin Gingras avait aussi été annoncée le mois dernier, pour la circonscription d’Abitibi-Est.

Celle du membre du Conseil des Abénakis d’Odanak Jacques Thériault Watso a été confirmée pour la circonscription de Nicolet-Bécancour, présentement détenue par Donald Martel, de la Coalition avenir Québec.

Le membre de la nation abénakise, qui est également charpentier-menuisier, affrontera notamment la libérale Marie-Josée Jacques, issue du milieu de l’hôtellerie et de la restauration.

Un homme porte un chapeau traditionnel autochtone.

Jacques T. Watso est membre du Conseil des Abénakis d'Odanak.

Photo : Facebook

L’Ilnu de Mashteuiatsh Gérard Brian se présente quant à lui dans la circonscription de Saint-Laurent. Le concepteur-idéateur président de l’entreprise BRIAND intelligence d’affaires en philanthropie tentera de succéder à la députée libérale Marwah Rizqi.

L’homme d'affaires s’était déjà présenté pour la circonscription de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix en 2019 dans le cadre des élections fédérales, sous la bannière du NPD.

Une autre candidature autochtone sera dévoilée, confirme Manon Massé

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a assuré qu’au moins une autre candidature autochtone sera annoncée prochainement.

Elle a par ailleurs indiqué que la protection des langues et des cultures autochtones et la détermination du fonctionnement pour travailler de nation à nation seront des priorités.

Manon Massé est confiante quant à l’élection de ses candidats autochtones - voire de ses candidats en général - et rappelle que son parti avait su créer la surprise aux dernières élections générales, notamment en misant par une approche sur le terrain.

« Vous verrez que Québec solidaire est sérieux quand il dit qu’il va faire élire la première femme autochtone. »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Le candidat Benjamin Gingras partage cet optimisme, et se réjouit que les Autochtones investissent la scène provinciale, et ce, malgré leur cynisme justifié.

À l’instar de la co-porte-parole de son parti, le candidat dans la circonscription d’Abitibi-Est rejette l’idée selon laquelle les candidats autochtones ont été investis uniquement grâce à leur identité autochtone.

Espaces autochtones

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !