•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quoi faire à Montréal pour la Journée nationale des peuples autochtones?

Chargement de l’image

Une édition précédente de la Journée nationale des peuples autochtones au Quai de l'Horloge à Montréal.

Photo : Gracieuseté

La Journée nationale des peuples autochtones aura, encore une fois cette année, une saveur politique et artistique. Un éventail d'activités sont offertes tout au long de la journée du 21 juin. En voici un aperçu.

Instituée en 1996 par le gouverneur général Roméo Leblanc, la journée du solstice d'été sera célébrée aux quatre coins du Canada.

À Montréal, elle débute traditionnellement au lever du soleil, à 5 heures, au Jardin des Premières Nations (Jardin botanique).

La journée la plus longue de l'année, est une journée de fête solaire qui correspond chez les peuples autochtones à un renouvellement des vœux de vivre en harmonie avec l'environnement qui assure la survie et le bien-être du groupe, mentionne André Dudemaine, fondateur de Terres en vues l'organisme derrière ces festivités.

« Bien avant la conquête, les récits oraux de plusieurs nations autochtones montrent que certains peuples avaient des notions astronomiques suffisamment poussées pour comprendre que quand le soleil était moins présent chez nous à un moment de l'année, il l'était plus pour d'autres, ailleurs. »

— Une citation de  André Dudemaine, fondateur de Terres en vues

Pour la petite histoire, l'organisme qu'il dirige organise les festivités entourant cette journée depuis 1995, soit un an avant la création officielle de cette journée pancanadienne.

La cérémonie sera webdiffusée sur la page Facebook de Présence autochtone (Nouvelle fenêtre).

Quand le soleil sera à son zénith, la population est conviée au Quai de l’horloge dans le Vieux-Port. Au menu à partir de 11h30 : salutations des aînés mohawks, prestations des Buffalo Hat Singers, de la chanteuse innue Kanen et danses traditionnelles.

La fête de la lumière, c'est aussi une fête de la rencontre et de l'amitié puisqu'elle correspondait à l'époque à un moment où les rivières étaient dégelées et propices à la navigation et donc aux échanges, souligne M. Dudemaine qui invite tous les citoyens à venir se connecter à l'une des activités les plus anciennes du continent.

Chargement de l’image

Kahsennehawe Sky-Deer fait partie de femmes leaders qui représentent les Autochtones.

Photo : Ivanoh Demers

La Grande cheffe de Kahnawake, Kahsennenhawe Sky-Deer, prendra la parole, de même que la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Le ministre québécois des Affaires autochtones Ian Lafrenière a dû décliner l'invitation pour des raisons hors de son contrôle.

Vendredi dernier, le ministre Lafrenière avait présenté un plan d’action gouvernemental de 141 M$ sur 5 ans qui comprend six axes : la langue, les femmes, l’éducation, la santé, la justice et les conditions socioéconomiques des Autochtones.

À court terme toutefois, la question de l’itinérance autochtone continue de poser les défis, tandis qu'à Kahnawake, la communauté mohawk peine à faire valoir ses droits sur les anciennes terres de la Seigneurie de Sault Saint-Louis revendiquée par la ville voisine de Châteauguay.

En après-midi, retour au Jardin botanique, où Espaces Autochtones organise une entrevue en webdiffusion avec le ministre fédéral des Relations Couronne-Autochtone, Marc Miller. Ce dernier sera interrogé en direct à 13h30 (Nouvelle fenêtre) par trois journalistes autochtones : Murielle Rock, de la SOCAM (Société de communication Atikamekw-Montagnais), Shushan Bacon, d'APTN (Réseau de télévision des peuples autochtones) et Gabrielle Paul d'Espaces autochtones.

Chargement de l’image

Ces enfants de Neskantaga ont grandi sans eau potable courante toutes leurs vies.

Photo : Twitter / Christopher Moonias

Il sera notamment question d’accès à l’eau potable (29 communautés (Nouvelle fenêtre) en sont actuellement toujours privées à long terme dont une depuis plus de 10 000 jours), de racisme systémique et des femmes disparues ou assassinées (au Québec, elles seraient plus du double que les chiffres de la GRC, selon un article du Journal de Montréal).

Par la suite, direction le square Cabot où plusieurs prestations gratuites d’artistes sont prévues à partir de 15h, dont celles d’Elisapie, Cris Derksen, Drezus, Mike Paul et Scott Sinqua.

D'autres institutions s'impliquent :

D’autres institutions ont décidé de souligner la Journée des peuples autochtones comme

  • L’UQAM (Nouvelle fenêtre) présente une table ronde avec trois étudiantes autochtones, une projection de films du Wapikoni et l'exposition des artistes Alanis Obomsawin et Geronimo Inutiq);
  • L’Université McGill (Nouvelle fenêtre) organise une cérémonie, où le drapeau représentant la ceinture wampum d’Hiawatha (symbole de paix) sera hissé au sommet du Pavillon des arts;
  • La ville de Westmount (Nouvelle fenêtre) présente l’artiste wendat Eadsé au parc Westmount à 17h;
  • Si vous ne pouvez vous déplacer, ICI-Télé, Télé-Québec et ICI-Musique diffusent à 20h Le grand solstice, un concert en extérieur où se produiront notamment Samian, Anachnid, Scott-Pien Picard, Aysanabee et Beatrice Deer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !