•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Redonner aux Mi’kmaq leur place dans l’histoire du hockey

Une photo de 1888 de la Quebec Hockey Team.

Une quinzaine d'années après les débuts « officiels » du hockey moderne, les bâtons mi’kmaw faisaient, paraît-il, fureur. Plusieurs aimeraient que la contribution de cette Première Nation de l'est du Canada soit reconnue à sa juste valeur.

Photo : BanQ Québec / Collection Centre d'archives de Québec

Les Mi’kmaq devraient être intronisés au Temple de la renommée du hockey parmi les bâtisseurs du sport, selon un chercheur indépendant britanno-colombien. Il clame notamment, documents d’archives à l’appui, que cette Première Nation de l’est du Canada serait à l’origine d'une bonne partie des premiers bâtons taillés, à l'époque, d'un seul morceau dan le tronc et l'une des racines des arbres.

Mark Grant, un résident de Surrey, en Colombie-Britannique, a résumé ces trouvailles dans un document (Nouvelle fenêtre) de 38 pages qu’il a fait parvenir au comité de sélection du Temple de la renommée du hockey à la fin de l’année 2021.

Selon le récit historique dominant, le hockey sur glace est apparu au Canada après que des colons britanniques eurent commencé à adapter sur la glace leurs sports traditionnels respectifs tels que le hurling irlandais, le shinty écossais et le hockey sur gazon anglais, écrit M. Grant.

Il note que de telles représentations ont eu tendance à exclure ou diminuer les contributions des Mi'kmaq. Cela peut expliquer pourquoi les Mi'kmaq ne sont pas officiellement reconnus au Musée du Temple de la renommée de Toronto ni par aucune autre institution canadienne.

Personnellement, je pense que les Mi'kmaq devraient être reconnus dans la catégorie "bâtisseurs", au minimum pour avoir fabriqué bon nombre des premiers bâtons de hockey sur glace, écrit M. Grant dans la mise en candidature.

Leur contribution à la culture canadienne devrait être reconnue comme un legs retentissant.

Une citation de Mark Grant

Inspiré par le travail de Cheryl et April Maloney, auteures et productrices du documentaire The Game of Hockey: A Mi’kmaq Story (sorti en 2019), M. Grant a décidé d'explorer comment leurs découvertes influent sur notre compréhension traditionnelle de l'histoire du hockey.

Pour cela, il s'est notamment appuyé sur le travail de Chase Nicholas, le fils de Cheryl Maloney, qui a effectué le travail de recherche lors de la production du documentaire.

Tout est parti d'un travail scolaire sur les origines mi'kmaw des bâtons de hockey, a confié à Espaces autochtones le jeune homme de 18 ans, qui n'aurait jamais cru en 2017 qu'un travail de première secondaire aboutirait à un documentaire.

Ce serait cool que le Canada et le monde reconnaissent le rôle des Mi'kmaq. Pas forcément qu'on a créé ce sport, mais au moins qu'on a eu une influence non négligeable.

Une citation de Chase Nicholas
Un garçon pose pour la photo.

Chase Nicholas est remonté jusqu'en 1749 pour trouver la trace de ses ancêtres mi'kmaw dans les origines du hockey.

Photo : Gracieuseté

Dans son essai de mise en candidature, Mark Grant se concentre principalement sur la contribution des Mi'kmaq à la conception du bâton. Si les colons britanniques ont réellement inventé le design du bâton de hockey, pourquoi auraient-ils demandé aux Mi’kmaq de les produire?, se questionne-t-il.

Selon M Grant, une partie de la réponse pourrait se trouver dans l’ouvrage Halifax: Warden of the North, dans lequel l’historien renommé Thomas Raddall écrit qu’à leur arrivée à Halifax et à Dartmouth, des officiers britanniques ont observé des Indiens jouant à une forme primitive de hurley sur la glace (appelé "oochamkunutk"), avant d’en adopter l’idée et d’y introduire plus tard des patins à glace. Cette époque pourrait se situer entre 1749 et 1761.

Extrait de l'ouvrage.

Extrait de l'ouvrage «Halifax: Warden of the North» (1958), de l’historien Thomas Raddall

Photo : Gracieuseté

Quand ces militaires furent transférés plus à l’ouest le long du Saint-Laurent et des Grands Lacs, ils emportèrent leur équipement et firent régulièrement appel aux Autochtones de Dartmouth pour obtenir de nouveaux bâtons, poursuit l’historien.

Il est fort probable que les premiers matchs de hockey de Montréal aient été joués avec des bâtons façonnés par les Mi'kmaq, ce qui devrait leur assurer une place dans l'histoire du sport, selon Marc Grant, qui a étudié plusieurs représentations et photos d'époque pour analyser les spécificités des bâtons utilisés.

Une page de catalogue d'époque avec un dessin de bâton de hockey sur lequel il est inscrit « Mic-Mac» et vendu 4,50$.

Dans ce catalogue Eaton de 1904-1905, le bâton de hockey mi'kmaw, « fait à la main par des Indiens », est reconnu comme « ayant été adopté par la majorité des équipes ».

Photo : Gracieuseté

Des recherches des sœurs Maloney montrent aussi que les rondelles de bois utilisées par les Mi’kmaq à l’époque étaient déjà de 7,6 cm (3 po) de diamètre et de 2,5 cm (1 po) d’épaisseur, comme dans la LNH actuellement.

En entrevue avec Global News, la documentariste mi’kmaw Cheryl Maloney va même plus loin.

Je crois que les racines du hockey sont mi’kmaw et qu’il serait important de revisiter cette histoire, et reconnaître qu’elle s’est perdue en cours de route. Pas seulement au bénéfice des Mi’kmaq, mais au bénéfice de tous les Canadiens.

Une citation de Cheryl Maloney
Une femme aux cheveux bruns se tient devant des armoires de cuisine.

Selon Cheryl Maloney, il est important que la nation mi'kmaw affirme son rôle dans la création de ce sport, surtout pendant l'actuelle période de réconciliation.

Photo : CBC

Dans le cadre de leur documentaire, les sœurs Maloney ont exhumé une lettre ouverte du Halifax Newspaper  (Nouvelle fenêtre)dans laquelle leur arrière-arrière-grand-père, Joe Cope, se penche sur les origines réelles du hockey, qui faisaient déjà débat dans les années 1940.

Bien avant l’arrivée des visages pâles, les Mi'kmaq jouaient à un jeu sur glace comprenant deux buts que les Indiens appelaient forts et qui étaient défendus par deux équipes qui comprenaient chacune 10 membres, écrit M. Cope.

Il raconte que ce jeu était déjà joué à l’époque de son père, qui est né en 1820, soit bien avant le premier match officiel de hockey sur glace moderne de 1875 reconnu par les historiens. Les Mi'kmaq auraient par la suite arrêté d'y jouer, après des pressions de l'Église.

Ont-ils pour autant inventé le hockey et ses règles? L'historien du hockey David Carter était resté prudent dans une entrevue accordée à Espaces autochtones en 2019, au moment de la sortie du documentaire de Cheryl Maloney.

Est-ce que le sport auquel jouaient les Mi'kmaq est celui auquel nous jouons aujourd’hui? Je ne pense pas. Est-ce qu’il est plutôt aux origines de notre hockey actuel? Je préfère le dire comme ça.

Une citation de David Carter, historien

Un avis partagé par Jenny Ellison, conservatrice sport et loisirs au Musée canadien de l’histoire. Elle précisait toutefois, dans le cadre du même reportage, que c'est très juste de dire que les Mi'kmaq ont grandement contribué à la naissance du hockey. Nous avons beaucoup de preuves dans ce sens, comme des artefacts et des histoires transmises à l’oral, notamment concernant le bâton.

Décision en juin?

Dans l’argumentaire qu’il a envoyé au Temple de la renommée du hockey, Mark Grant précise bien qu'il n'est ni autochtone ni historien, juste un adepte de hockey. Il appelle donc les spécialistes et les membres des Premières Nations directement concernés à unir leurs forces et à poursuivre cette quête.

La liste des candidatures au Temple de la renommée qui auront été retenues en vue d'une étude plus approfondie par le comité de sélection sera annoncée le 27 juin, souligne Kelly Masse, porte-parole de l'organisation. La liste finale des membres intronisés de la cohorte 2022 sera connue le 14 novembre, ajoute-t-elle.

M. Grant espère que le comité, qui ne reçoit habituellement que des candidatures individuelles, acceptera de faire exception pour les Mi’kmaq. À défaut de cela, il espère au moins que le musée de l’organisation leur donnera une place permanente dans son exposition sur l'histoire du hockey.

Il envisage aussi de concevoir du matériel d'apprentissage pour les écoles, afin, dit-il, d'aider les jeunes de partout au Canada à découvrir les contributions épiques et très intéressantes des Mi'kmaq à la culture canadienne.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.