•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les diplômés cris peuvent désormais commencer leurs études collégiales à la maison

Un père et sa fille en toge et mortier.

Glen James Shecapio prend un égoportrait avec sa fille Angie Shecapio lors de l'obtention de son diplôme d'études secondaires en août 2021 à Mistissini, au Québec.

Photo : Glen James Shecapio

Radio-Canada

Les diplômés du secondaire cris vivant dans le nord du Québec peuvent désormais commencer leurs études postsecondaires à la maison grâce au lancement d'un programme tremplin de niveau collégial en ligne.

Le programme d'un an, baptisé Iyeskuwiiu Springboard to Diploma of College Studies Program, a été créé par des experts en éducation cris dans le cadre d'un partenariat entre la Commission scolaire crie et le Collège John Abbott de la région de Montréal, un cégep anglophone.

Iyeskuwiiu signifie se préparer en cri de la baie James.

Le contenu est vraiment cri, a déclaré Nian Matoush, le directeur de l'éducation aux adultes de la Commission scolaire crie. 

Après un projet pilote réussi cette année, les inscriptions sont maintenant ouvertes (Nouvelle fenêtre) jusqu'au 22 mars pour la rentrée du mois d'août. Et du soutien est disponible pour aider les candidats tout au long du processus, selon Mme Matoush.

Il y a de la place pour 30 étudiants de partout en Eeyou Istchee dans le programme de 9 cours et 16 crédits, a-t-elle indiqué. Les crédits accumulés seront transférables à n'importe quel cégep anglophone de la province.

Il est entièrement basé sur l'histoire crie [...] en utilisant des sources cries pour développer le contenu lui-même, mais en suivant les directives du collège pour s'assurer que les étudiants sont crédités à la fin des cours, a précisé Mme Matoush.

Le monde à travers un regard cri

Le programme comprend des cours comme l'éducation physique par le territoire, la littérature subarctique et un cours de sciences humaines intitulé Pouvoir et influence en Eeyou Istchee, qui est le nom traditionnel du territoire cri au Québec.

L'idée est de permettre aux jeunes de commencer leurs études postsecondaires sans avoir à gérer en même temps le choc culturel et les barrières systémiques à leur réussite qui existent trop souvent dans le Sud, selon Mme Matoush.

C'est aussi une chance pour eux de découvrir qui ils sont en tant que Cris.

Des diplômés lancent leurs mortiers sur une scène.

Des diplômés du secondaire célèbrent dans la communauté crie de Chisasibi, au Québec, en 2020. La Commission scolaire crie offre maintenant un programme postsecondaire d'un an qui permet aux élèves de rester à la maison.

Photo : Commission scolaire crie

Le cœur de ce programme est vraiment de renforcer l'identité crie et de donner aux étudiants l'occasion de suivre un programme complet où ils peuvent non seulement en apprendre davantage sur leur culture, mais [également] renforcer leur propre identité, a-t-elle déclaré.

Deux des six professeurs embauchés sont cris et la plupart des autres ont de l'expérience dans l'enseignement dans un contexte cri, a ajouté Mme Matoush.

Le Collège John Abbott avait déjà de l'expérience dans le développement d'un programme tremplin, avec le Nunavik Sivunitsavut de la Commission scolaire Kativik, au Nunavik. Avec la différence notable que ce dernier est basé à Montréal.

Nous sommes reconnaissants de la confiance que la commission scolaire crie accorde au Collège John Abbott, a déclaré par courriel Stephanie Hygate, directrice de la formation continue et des programmes internationaux au Collège John Abbott.

Selon Mme Matoush, John Abbott était disposé à soutenir les experts cris dans la conception de leur propre programme tout en répondant aux exigences du ministère de l'Éducation.

J'aurais aimé que ce programme existe à l'époque où j’ai obtenu mon diplôme, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de Susan Bell

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Espaces autochtones

Chaque semaine, suivez l’essentiel de l’actualité autochtone au Canada.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Espaces autochtones.

Espaces autochtones

Un travail journalistique sérieux, constant et curieux est le meilleur moyen de dévoiler et expliquer des réalités que beaucoup ne soupçonnent peut-être pas. Et donc de comprendre. C'est ce que nous nous proposons de faire. Découvrir, informer, comprendre, expliquer.

— Soleïman Mellali, rédacteur en chef