•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Innus d’Essipit défenseurs de la réserve de biodiversité Akumunan

L'enseigne et le logo représentant la communauté innue d'Essipit.

La réserve de biodiversité Akumunan (qui signifie « havre » en innu) est située à 60 km d'Essipit.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Radio-Canada

Québec a annoncé la semaine dernière qu'il octroyait 300 000 $ aux Innus d'Essipit pour piloter la conservation et la mise en valeur de la réserve de biodiversité Akumunan, un territoire grand comme la moitié de l’île de Montréal situé principalement au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La somme permettra de financer les activités de la table de concertation entre les partenaires impliqués.

La réalisation de ce projet a nécessité 15 ans de travail, lequel se poursuit aujourd’hui avec la signature de la convention, a souligné dans un communiqué de presse Martin Dufour, chef du Conseil de la Première Nation des Innus Essipit. [Cette] première étape permettra de protéger la biodiversité et de garantir la poursuite de nos activités innu-aitun de façon pérenne pour les sept prochaines générations, a-t-il ajouté.

Techniquement, la table de concertation fonctionne déjà depuis deux ans. Celle-ci regroupe notamment les ZEC (Zones d’exploitation contrôlée), les pourvoiries, les villégiateurs, les organismes des bassins versants de la région, de même que les trappeurs autochtones et allochtones. Actuellement la collaboration est très bonne, a mentionné en entrevue à l’émission radio Boréale 138, Marie-Ève B. Théberge, relationniste de la Première Nation des Innus d’Essipit.

Elle souligne que, depuis deux ans, la communauté innue a investi temps et argent pour notamment installer 260 caméras afin de connaître les trajets empruntés par les caribous, mais aussi leurs prédateurs, et par les villégiateurs, afin de voir quels chemins pourraient être fermés pour améliorer la protection du caribou forestier et d’autres espèces vulnérables comme le garrot d’Islande, un canard plongeur.

La communauté assure toutefois que le volet de conservation ne vise pas à mettre sous une cloche de verre le territoire, mais plutôt à conscientiser les différents intervenants afin de mieux le protéger tout en le rendant accessible.

« Il y a aussi une volonté de rapprocher les membres de la communauté d’Essipit de ce territoire en plein cœur du Nitassinan [le territoire traditionnel] pour y pratiquer les activités traditionnelles. »

— Une citation de  Marie-Ève B. Théberge, relationniste de la Première Nation des Innus d’Essipit

La communauté innue et la réserve Akumunan sont situées à 60 km de distance à vol d’oiseau.

Québec optimiste

Les connaissances, le savoir et l’expertise des Premières Nations et des Inuit sont mis à contribution dans ce geste concret, qui démontre notre volonté commune de mettre en valeur et de protéger le territoire, a indiqué Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones. J’ai espoir qu’ensemble nous développerons des solutions, de nation à nation, afin d’assurer la préservation de la biodiversité, et ce, pour les prochaines générations, a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Environnement du Québec Benoit Charette a de son côté louangé la communauté d'Essipit pour son grand intérêt pour la conservation de la biodiversité, ainsi que sa persévérance.

Cette aide financière survient alors que la communauté d’Essipit et celle de Mashteuiatsh ont indiqué qu'elles comptaient poursuivre le gouvernement du Québec dans le dossier de protection du caribou forestier. Le gouvernement n'a jamais pris en compte et n'a jamais respecté ni nos droits ni notre rôle décisionnel dans la gestion de cette espèce, avait lancé le chef de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique. Les Innus de Pessamit songent à faire de même.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !