•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ghislain Picard réélu chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

Ghislain Picard devant un lutrin et un micro.

Ghislain Picard à nouveau chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Gabrielle Paul

Ghislain Picard obtient un nouveau mandat en tant que chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador. Il a été élu mardi par 26 des 35 chefs des communautés membres qui ont exercé leur droit de vote, ce qui représente 74 % des voix.

Son seul opposant était le Mohawk Serge Simon, ancien grand chef de Kanesatake, qui a obtenu 9 votes.

M. Picard se réjouit de cette confiance renouvelée de la part des chefs.

Je considère que 74 % d'appui est très significatif, affirme-t-il.

Les priorités de M. Picard pour ce mandat sont notamment la gestion de la pandémie, la mise à l’avant-plan du leadership des femmes autochtones, ainsi que la création d’alliances avec les différents groupes de la société québécoise.

Les questions territoriales seront également centrales lors des prochaines années, selon M. Picard.

C'est beaucoup sur ces questions que le Québec n'a pas vraiment livré, aussi bien au niveau des actions que de l'écoute, estime-t-il.

Une dure défaite pour Serge Simon

Pour le candidat défait Serge Simon, les résultats sont foudroyants.

Je croyais avoir plus d'appuis que ça, c'est un autre coup, avoue-t-il lors d'un entretien téléphonique. Mais c'est la démocratie et j'accepte les résultats.

M. Simon compte tourner le dos à la politique pour le moment.

C'est la fin de ce chapitre de ma vie, dit-il. Dix ans de gouvernance à travailler pour changer les choses, c'est comme nager contre le courant. Ça gruge un homme.

30 ans comme chef de l’APNQL

Ghislain Picard, originaire de la communauté innue de Pessamit, sur la Côte-Nord, entame alors son onzième mandat en tant que chef de l’APNQL. Un rôle qui n’est pas de pouvoir ou d’autorité, selon lui, mais plutôt un rôle d’écoute et de ralliement.

Avant d’être chef de l’APNQL, M. Picard a œuvré dans le domaine des communications et a notamment travaillé pour le Conseil Atikamekw Montagnais (CAM) et la Société de communication atikamekw et montagnaise (SOCAM).

Depuis 2003, il est chevalier de l’Ordre du Québec. En 2005, il a aussi reçu l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur du consul général de France.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !