•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

332 000 $ pour soutenir les familles autochtones endeuillées

Une robe rouge sur une croix à Kamloops, en Colombie-Britannique, après la découverte des tombes non marquées près de l'ancien pensionnat pour Autochtones.

La robe rouge est devenue un symbole du fléau des femmes et filles autochtones disparues ou assassinées au Canada, que l'enquête ENFFADA qualifie de « génocide ».

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Le gouvernement canadien débloque 332 000 $ pour soutenir Caring Hearts, en Saskatchewan. L’organisme aide les familles de femmes autochtones disparues ou assassinées en fournissant des services d’éducation, de défense des droits et d’accompagnement.

L’annonce a été faite par David Lametti, ministre fédéral de la Justice, jeudi. L’idée est de soutenir un changement dans le système de justice et d’améliorer l’accès à la justice, a-t-il précisé.

Le versement de cette subvention s’étalera sur une période de trois exercices financiers ayant commencé le 24 septembre 2020. Il sera fait par l’intermédiaire du Fonds d’aide aux victimes du ministère de la Justice Canada.

Ce montant devrait permettre à Caring Hearts, situé à Regina, d’élaborer un modèle d’éducation adapté à la culture à l’intention des familles pour les aider sur le sentier de la guérison.

Le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, arrive sur la colline du Parlement.

Le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, a fait l'annonce de cette subvention jeudi matin.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le financement a permis à Caring Hearts de communiquer avec des aînés de nombreuses régions différentes, lesquels ont accepté de nous transmettre leurs connaissances, leurs histoires et leurs enseignements traditionnels pour que nous puissions concevoir une "boîte à outils" et accroître le soutien dont ont tant besoin les familles de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées, a indiqué Dwayne Yasinowski, le directeur de l’éducation de l’organisme.

Une femme de dos tient une plume d'aigle pendant la cérémonie de fermeture de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles disparues et assassinées.

Certaines femmes autochtones considèrent que, malgré le rapport de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, leur voix prend très peu de place dans les solutions préconisées.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Ces enseignements vont profiter à tout le monde, selon M. Yasinowski, puisque Caring Hearts entretient des liens avec des organismes non autochtones et différents ministères gouvernementaux.

Les approches occidentale et traditionnelle de guérison peuvent se compléter afin de proposer un soutien de qualité aux familles, a-t-il encore ajouté.

Le ministre Lametti a indiqué que ce soutien visait à honorer les appels à l’action qui ont été énoncés dans le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées.

Il a également assuré que d’autres subventions de ce genre seront allouées à des organismes partout au Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !