•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une présentatrice télé arbore un tatouage māori à une heure de grande écoute

Chargement de l’image

Oriini Kaipara est fière de son tatouage qu'elle a fait faire il y a maintenant sept ans.

Photo : Radio-Canada / Instagram - Oriini Kaipara

Radio-Canada

La présentatrice māorie Oriini Kaipara présente désormais le journal télévisé sur une chaîne néo-zélandaise en arborant un moko kauae sur le menton. Il s’agit d’un tatouage qui évoque ses origines autochtones.

La présentatrice en a fait l’annonce sur son compte Instagram. Le jour de Noël, je présenterai le journal de 18 h pour Newshub. Ce sera le premier des nombreux soirs où j'aurai l'honneur de présenter notre journal télévisé au public du pays et du monde entier, a-t-elle écrit.

Oriini Kaipara était devenue la première présentatrice d’un journal télévisé au menton tatoué d’un moko kauea en 2019, selon le site d’information Stuff, repris par Le Courrier international.

Ces tatouages maoris serviraient à représenter l’héritage d’une famille ainsi que son statut social. Il s'agit d'un rite qui souligne le passage de l’enfance à l’âge adulte.

Sur le site officiel de la Nouvelle-Zélande, tout un onglet est consacré à l’explication de ces tatouages et à leur signification.

Chargement de l’image

Oriini Kaipara dit avoir brisé un plafond de verre.

Photo : Instagram - Oriini Kaipara / Oriini Kaipara

Les Māoris croient que la tête est la partie la plus sacrée du corps; les tatouages du visage ont donc une signification particulière. Les lignes principales d'un tatouage māori sont appelées manawa, qui est le mot māori pour cœur. Ces lignes représentent votre parcours de vie. Seuls les tatouages réalisés par et sur des Māoris sont considérés comme du moko, peut-on lire.

Elle présente désormais le téléjournal le plus important de la chaîne, le Newshub Live at 6 pm. Elle dit avoir brisé un plafond de verre. C’est un tournant pour nous, les Māoris, mais aussi pour tous les gens de couleur, a-t-elle encore confié à Stuff.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !