•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confirmé : le voyage des Autochtones au Vatican est repoussé

Le pape François sortant d'une voiture.

Lors d'un voyage en Amérique du Sud en 2015, le pape François avait demandé « humblement pardon, non seulement pour les offenses de l'Église même, mais pour les crimes contre les peuples autochtones durant ce que l'on appelle la conquête de l'Amérique ».

Photo : Reuters / POOL

Radio-Canada

C'est maintenant officiel : la visite au Vatican des Autochtones prévue à partir du 15 décembre est reportée.

L'Assemblée des Premières Nations (APN), le Ralliement national des Métis, l'Inuit Tapiriit Kanatami et les évêques du Canada ont confirmé la nouvelle en début d'après-midi mardi.

La décision de reporter a été déchirante, prise après une consultation minutieuse avec les délégués, les membres des familles, les dirigeants communautaires, les responsables de la santé publique et les dirigeants de chacune des trois organisations autochtones nationales, peut-on lire dans le communiqué de la Conférence des évêques.

La nouvelle avait d'abord été rendue publique par la cheffe de l'APN RoseAnne Archibald plus tôt dans la journée. Or, selon des informations obtenues par Radio-Canada, des représentants des Premières Nations auraient fait part de leur désaccord.

Les Métis avaient de leur côté soutenu auprès de la Presse canadienne qu'une décision définitive n'avait pas été prise, tout comme la Conférence des évêques catholiques du Canada.

Le voyage était prévu dans l'espoir de voir le pape se rendre au Canada par la suite. La présentation éventuelle d'excuses pour le rôle que l'Église catholique a joué dans le fonctionnement des pensionnats pour Autochtones était au centre de cette visite.

La cheffe de l'APN RoseAnn Archibald avait invoqué mardi matin l'apparition du variant Omicron pour expliquer le report de la visite, qui comprenait entre autres des audiences avec le pape François.

La santé et le bien-être de nos délégués, de leurs familles et communautés sont primordiaux pour nous et nous ne mettrons personne en danger, avait précisé Mme Archibald à la Presse canadienne.

La délégation des Autochtones canadiens – qui comprend des Métis, des membres des Premières Nations et des Inuit – devait partir le 14 décembre et atterrir à Rome la journée suivante.

La visite devait durer jusqu'au 20 décembre.

L'APN avait annoncé le mois dernier que 13 délégués se rendraient au Vatican. Les personnes choisies représentent les Premières Nations de tout le pays et comprennent des survivants des pensionnats et deux jeunes délégués.

Wilton Littlechild, de l'Alberta, qui a été commissaire à la Commission de vérité et réconciliation du Canada, doit être le porte-parole du groupe.

Par ailleurs la Conférence des évêques du Canada a confirmé fin octobre que le pape François allait visiter le Canada.

Le rapport final de la Commission de vérité et réconciliation déposé en 2015 comptait parmi ses 94 appels à l'action les excuses du pape.

La pression en ce sens s'est accentuée au moment de la découverte de sépultures anonymes d'enfants sur des sites d'anciens pensionnats pour Autochtones en Colombie-Britannique et en Saskatchewan.

Avec les informations de La Presse canadienne

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Espaces autochtones

Chaque semaine, suivez l’essentiel de l’actualité autochtone au Canada.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Espaces autochtones.

Espaces autochtones

Un travail journalistique sérieux, constant et curieux est le meilleur moyen de dévoiler et expliquer des réalités que beaucoup ne soupçonnent peut-être pas. Et donc de comprendre. C'est ce que nous nous proposons de faire. Découvrir, informer, comprendre, expliquer.

— Soleïman Mellali, rédacteur en chef