•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marjolaine Étienne annonce ses priorités à la tête de FAQ

Marjolaine Étienne regarde la caméra, devant un arrière-plan forestier.

Marjolaine Étienne a été élue présidente de Femmes autochtones du Québec dimanche. Elle est aussi directrice de la SOCAM et présidente d'un fonds de l'ONU.

Photo : Isabelle Potvin / Poz photographie

Charles-Émile L'Italien-Marcotte

À la suite de son élection dimanche, la nouvelle présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ), Marjolaine Étienne, annonce ses priorités à la tête de l’organisme. Elle fait aussi le point sur ses engagements avec le réseau de radiodiffusion SOCAM et avec le Fonds de contributions volontaires pour les peuples autochtones à l’ONU, dont elle vient d’être nommée présidente.

Mme Étienne se dit d’emblée très contente et heureuse d’être la porte-parole des femmes autochtones. Elle annonce vouloir travailler pour l’ensemble des femmes des Premières Nations, après avoir été élue par les membres de Femmes autochtones du Québec , lors de l’assemblée générale annuelle tenue dimanche.

J’ai été élue [dimanche], et je [dois] m’approprier les dossiers, convient-elle toutefois. Elle souhaite être proactive, et elle inscrit à son agenda des rencontres sur les dossiers des femmes autochtones, pour son mandat de trois ans. J’ai l’intention de ne pas travailler à moitié, ajoute-t-elle.

Elle compte d’ailleurs répondre au mandat qui lui a été confié, et déterminer si elle devra poursuivre son engagement à plus long terme à la direction de Femmes autochtones du Québec . Mme Étienne considère que de bonnes choses ont été réalisées par ses prédécesseures, et qu’elle doit maintenant se concentrer sur ses propres chantiers.

Mme Étienne ne voit pas de problèmes potentiels quant à ses autres engagements récents, notamment à la Société de Communication Atikamekw Montagnais – dont elle est la directrice.

Mon employeur a été informé, affirme-t-elle. Je poursuis ma période d’essai, mais mon employeur est au courant, et le choix reposera sur sa décision. Elle indique que toutes ses démarches dans le processus électoral à Femmes autochtones du Québec étaient connues de la SOCAM.

Quant à son élection à la présidence du Fonds de contributions volontaires pour les peuples autochtones de l’Organisation des Nations unies, elle n’entre pas en conflit avec son engagement à Femmes autochtones du Québec , selon elle. C’est un mandat d’un an, et il y a quatre rencontres annuelles, dit Mme Étienne. Elle affirme qu’elle pourra remplir tous ses engagements.

Des chantiers à définir

Son principal chantier, pour son mandat à Femmes autochtones du Québec , sera un projet de loi pour faire avancer les droits des femmes [autochtones]. Pour elle, il s’agit d’une idée qui se développe, sans toutefois être précise.

Pour Marjolaine Étienne, il faut faire avancer les droits des femmes des Premières Nations, mais elle dit vouloir s’approprier les dossiers d’abord.

Mme Étienne veut poursuivre l'œuvre des présidentes de Femmes autochtones du Québec qui l’ont précédée, mais elle demeure vague quant aux orientations qu’elle veut donner à son mandat.

Questionnée sur les dossiers qu’elle souhaite prendre à bras-le-corps à court et à très court terme, elle répond qu’elle veut assurer la continuité, sans plus de précisions. Il y a eu de bonnes choses avant son arrivée à la tête de Femmes autochtones du Québec , indique-t-elle, mais elle est évasive lorsqu’elle est interrogée sur les nouvelles choses qu’elle veut mettre de l’avant.

Le projet de loi qui lui tient à cœur devrait guider sa contribution à Femmes autochtones du Québec dans les demandes qu’elle fera auprès des gouvernements, et ainsi teinter leurs relations avec les femmes autochtones. Mme Étienne se donne un an pour mettre ce chantier sur les rails et proposer une vision claire de ses intentions.

Elle dit être une femme de résultats et d’action avant tout. Son tableau de bord comporte aussi le suivi des recommandations de la commission Viens et de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA), sans plus de précisions pour le moment.

Certaines choses ont été faites par le gouvernement fédéral, rappelle-t-elle, sans dire ce qui serait, à son avis, la mesure la plus significative, ou la recommandation qui est la plus importante aux yeux de Femmes autochtones du Québec . Elle souhaite prendre quelques jours pour déterminer ses prochaines actions, son élection étant très récente, rappelle-t-elle.

Le mandat de Mme Étienne s’est amorcé dimanche, avec un discours à l’assemblée générale annuelle des membres de Femmes autochtones du Québec . Il est d’une durée de trois ans. Sa prédécesseure, Viviane Michel, a été en poste neuf ans, son élection à la présidence remontant à 2012.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !