•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ex-athlète innu Francis Verreault-Paul conseillera le comité sur l’avenir du hockey

Francis Verreault-Paul s'entraînant sur la glace.

Francis Verreault-Paul a porté les couleurs des Redmen de McGill (devenus depuis les Redbirds) de 2008 à 2012, après un stage junior avec les Saguenéens de Chicoutimi.

Photo : La Presse canadienne / Mike Dembeck

Maud Cucchi

Âgé de 34 ans, Francis Verreault-Paul a déjà une longue feuille de route derrière lui et des horizons professionnels tout aussi prometteurs. Originaire de Mashteuiatsh, cet ancien joueur de hockey professionnel conseillera désormais le nouveau comité pour stimuler le développement de ce sport au Québec.

Il l’éclairera plus précisément sur les préoccupations autochtones, après les critiques de plusieurs chefs innus qui ont reproché au gouvernement Legault l’absence criante d’un représentant autochtone à ce nouveau comité, alors que ce sport relève presque de la religion pour les communautés, rappelait le chef du conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam, Mike McKenzie.

Francis Verreault-Paul en est l’illustration même. J’ai évolué dans le hockey toute ma vie, raconte-t-il, ça fait partie de moi et de qui je suis. Pour preuve, il n’a pas complètement remisé ses patins au vestiaire et continue de jouer en semi-professionnel avec les Marquis de Jonquière.

« Énormément de jeunes Autochtones jouent au hockey, c’est notre sport, c’était important de nous inclure. »

— Une citation de  Francis Verreault-Paul, consultant du Comité québécois sur le développement du hockey

Si les enjeux à défendre restent encore à définir, indique M. Verreault-Paul, juste avant sa toute première réunion de comité, il souhaiterait défendre l’accessibilité d’un sport encore loin d’être abordable. Un aspect qui se décline autant financièrement que géographiquement pour certaines communautés, souligne-t-il.

Francis Verreault-Paul parle au micro.

Francis Verreault-Paul travaille aussi pour l’Université du Québec à Chicoutimi depuis 2020.

Photo : Radio-Canada

Depuis ses débuts en ligue professionnelle en 2002, l’attaquant innu a défendu les couleurs des Saguenéens de Chicoutimi, des Redmen de McGill (maintenant appelés Redbirds), mais aussi celles d’équipes dans la Ligue américaine de hockey. Entre 2015 et 2017, Francis Verreault-Paul a poursuivi sa carrière en Europe au sein des meilleures ligues du Danemark, d’Italie et d’Angleterre où il décrochera, d’ailleurs, un MBA à l’Université de Buckingham.

Cette nomination de consultant arrive à point nommé. L'ancien hockeyeur s’est tourné vers le secteur éducatif et universitaire à la fin de sa carrière sportive, en 2019. Il est présentement chef des relations avec les Premières Nations au centre Nikanite de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Le nouveau consultant estime que ce mandat auprès du Comité fait le lien entre son expérience de hockeyeur issu d’une communauté innue et ses récentes responsabilités universitaires et éducatives au sein de l’UQAC. J’ai discuté avec des gens des Premières Nations qui me voyaient bien siéger là si le gouvernement m’y invitait.

Ses relations avec le président du comité, Marc Denis, ne sont peut-être pas étrangères à sa nomination, reconnaît-il. L’analyste au Réseau des sports (RDS), qui a été gardien de but dans la Ligue nationale de hockey (LNH) de 1997 à 2009, s’est entraîné avec Francis Verreault-Paul l’été, à Chicoutimi.

Le Comité a comme mandat d'établir un portrait de la situation du hockey au Québec, d'en soulever les enjeux de développement et de trouver des pistes de solution afin d'assurer l'avenir de ce sport considéré comme national.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !