•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réconciliation avec les Autochtones, encore une priorité du gouvernement Trudeau

Mary Simon lit le discours du Trône.

Le discours du Trône lu par la gouverneure générale, Mary Simon, a fait référence à plusieurs reprises à la nécessité de la réconciliation avec les Premières Nations, les Métis et les Inuit.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Les enjeux des Premières Nations, des Inuit et des Métis figurent encore une fois parmi les priorités du gouvernement Trudeau pour la prochaine session parlementaire, selon le discours du Trône prononcé mardi par la gouverneure générale, Mary Simon, à Ottawa.

Dans un discours lu en anglais, en français et en inuktitut, Mme Simon a exposé les intentions du gouvernement et elle a insisté sur l'importance de la réconciliation entre Autochtones et allochtones.

« J’ai déjà constaté l’engagement de la population canadienne envers la réconciliation. Les peuples autochtones se réapproprient leur histoire, leurs récits, leur culture et leur langue de manière concrète. Les non-Autochtones comprennent désormais et acceptent le véritable impact du passé et la souffrance subie par des générations d’Autochtones. Ensemble, ils avancent sur la voie de la réconciliation. »

— Une citation de  Mary Simon, gouverneure générale du Canada

Sur la question des pensionnats pour Autochtones, le gouvernement veut nommer un interlocuteur spécial afin d’accélérer les travaux visant à rendre justice à ceux qui ont souffert dans ces institutions. Il souhaite aussi créer un monument national pour rendre hommage aux survivants de ces pensionnats.

Il annonce également des investissements importants dans une stratégie de santé mentale et de mieux-être guidée par les Premières Nations, les survivants et leurs familles.

Le gouvernement veut aussi accélérer les travaux avec les partenaires autochtones relativement aux femmes, aux filles et aux personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones disparues et assassinées. Le rapport de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) a été déposé en juin 2019 et le gouvernement n'a toujours pas fait connaître son plan d'action pour mettre en œuvre ses recommandations.

Le discours du Trône évoque aussi l'intention du gouvernement de s’assurer que les communautés autochtones auront le soutien nécessaire pour que les familles puissent y rester unies, et il annonce son intention de veiller à ce que les personnes lésées par le programme fédéral des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations soient indemnisées convenablement.

Ottawa compte faire appel d'une décision de la Cour fédérale qui lui enjoint d'indemniser les enfants des Premières Nations retirés de leur foyer. Le nouveau ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a toutefois fait savoir qu'il souhaitait régler le litige à l'amiable.

Le gouvernement se dit aussi résolu à s’attaquer aux problèmes de qualité d’eau potable dans les communautés et à mettre en œuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, maintenant que la loi qui prévoit sa mise en application a été adoptée.

D’entrée de jeu, la gouverneure générale, Mary Simon, a déclaré que la cérémonie se déroulait sur le territoire non cédé du peuple anichinabé et elle a invité les participants à s’informer sur l’histoire et sur la vie quotidienne des peuples autochtones dans leurs circonscriptions.

Depuis leur première élection en octobre 2015, les libéraux de Justin Trudeau ont fait des enjeux autochtones une des priorités de leurs gouvernements successifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !