•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nombreux éloges sur l’engagement de Viviane Michel envers les femmes autochtones

Viviane Michel en gros plan.

Viviane Michel a été présidente de Femmes autochtones du Québec pendant près de 10 ans.

Photo : Femmes autochtones québec

Le 4 décembre prochain, la présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ), Viviane Michel, cédera sa place après près d’une décennie à défendre les intérêts des siennes. La prochaine présidente aura de gros mocassins à chausser, selon plusieurs femmes consultées par Espaces autochtones.

Femmes autochtones du Québec était en péril par manque de financement lorsque je suis entrée en poste en 2012. Mon équipe et moi avons travaillé fort pour que notre organisation soit reconnue et puisse continuer à défendre le droit des femmes autochtones, souligne Viviane Michel.

Mme Michel se dit fière de tout ce qu’elle a accompli durant son mandat. Elle mentionne en particulier les nombreux plans d’action pour soutenir les femmes autochtones, combattre le racisme systémique et contrer les violences sexuelles.

Pour l'avocate Fannie Lafontaine, Viviane Michel a joué un rôle important pour redonner la parole aux femmes autochtones. Elle rappelle son rôle dans le contexte des dénonciations de plusieurs femmes autochtones envers des policiers à Val-d’Or pour agressions et violence.

Mme Michel est une femme qui a à cœur la protection des femmes autochtones au Québec. Elle a remis au cœur l’importance d’écouter les victimes de violence policière, souligne celle qui avait été nommée observatrice civile indépendante à la suite des événements de Val-d’Or.

C’est à partir de ce moment que la façon dont on donnait la parole aux femmes autochtones a changé, les femmes autochtones peuvent maintenant prendre la parole pour elles-mêmes lorsque les enjeux les concernent, ajoute Fannie Lafontaine.

Cyndy Wylde en gros plan.

La professeure anichinabée et atikamekw à l’Université d'Ottawa et chroniqueuse Cyndy Wylde à l'émission de radio « Sur le vif » à Radio-Canada.

Photo : UQAM

C’est l’approche humaine de Viviane Michel que retient la professeure anichinabée et atikamekw à l’Université d'Ottawa et Cyndy Wylde. Elle la décrit comme une vraie leader qui a la capacité de rassembler les gens de tous les horizons grâce aux valeurs qui la guident.

Jusqu’à la dernière minute, elle va avoir été ancrée dans son mandat. Je trouve ça malheureux qu’on la perde à la présidence et je souhaite que la prochaine personne qui relèvera ce défi ait également cette humanité et cette dévotion, confie Cyndy Wylde avec une pointe de nostalgie.

Viviane Michel reconnaît d'ailleurs qu'il reste encore beaucoup à faire.

Malgré toutes ces réalisations, je considère que nous n’avons pas encore atteint le sommet. J’ai besoin de voir des changements concrets autant sur le terrain qu’au niveau politique, précise-t-elle.

Même son de cloche du côté de la directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Lanaudière, Jennifer Brazeau, qui considère que les dernières années ont permis de sensibiliser la population aux enjeux qui concernent les femmes autochtones, mais qu’il est temps de passer à l'action.

Il faut s’assurer que les femmes autochtones soient en sécurité, qu’elles aient les moyens d'améliorer leur santé physique et de vivre dans des environnements sains, ajoute Jennifer Brazeau.

La prochaine présidente aura de gros mocassins à remplir. Elle devra continuer l’ouvrage de toutes les femmes qui ont travaillé pour Femmes autochtones du Québec depuis 1974, ajoute Jennifer Brazeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !