•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des terrains mieux protégés quand ils appartiennent aux Autochtones, selon un rapport

Jose Gregorio Diaz, dans la forêt amazonienne.

Jose Gregorio Diaz dirige l'Organe de coordination des peuples autochtones du bassin amazonien (COICA) et s'inquiète du sort de certains Autochtones, gardiens de la forêt amazonienne, qui font face à des attaques, voire à des assassinats.

Photo : AFP / Rodrigo Buendia

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les peuples autochtones possèdent seulement la moitié des forêts et des terres sur lesquelles ils vivent, une situation qui fragilise encore le sort de ces territoires considérés comme essentiels à l'équilibre climatique mondial, souligne un rapport paru samedi en marge de la COP26 de l'ONU.

Les peuples indigènes et les communautés locales occupent au moins 958 millions d'hectares de terres dans les 24 pays étudiés, en Amérique latine, mais aussi en Afrique centrale et en Asie subtropicale, relève ce bilan dressé par l'Initiative pour les droits et ressources (RRI), le Woodwell Climate Research Center et la Fondation Rainforest (RFUS).

Cependant, ils ont des droits juridiques sur moins de la moitié de cette superficie, soit 447 millions d'hectares, une insécurité [qui] rend les communautés et leurs terres bien plus vulnérables aux accaparements et pressions extérieurs, ajoutent les auteurs de cette étude.

Selon un rapport de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) rendu public au printemps, environ 80 % de la biodiversité mondiale se trouve aujourd'hui sur des territoires habités par des peuples autochtones, avec par exemple un taux de déforestation en Amérique latine et aux Caraïbes bien inférieur sur les terres où les gouvernements leur ont reconnu des droits territoriaux collectifs.

Depuis l'ouverture de la 26e conférence de l'ONU sur le climat, plusieurs annonces ont été faites pour tenter de protéger les ressources naturelles de la planète.

Parmi ces annonces, on note la création d'un fonds de 1,7 milliard de dollars, fournis par des pays développés et des entités privées comme la Fondation Ford, pour soutenir les revendications territoriales et la protection des communautés autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...