•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la situation s’aggrave au Nunavik

Une photo de la ville de Salluit.

Salluit est désormais confinée à cause du grand nombre de cas actifs de COVID-19.

Photo : CBC / Marika Wheeler

Radio-Canada

Les cas de COVID-19 ont doublé en cinq jours au Nunavik et plusieurs villes sont en alerte rouge alors que le taux de vaccination atteint à peine 59 %. Certains lieux de rassemblement ont été fermés et les déplacements non essentiels sont interdits.

Mercredi, 17 nouveaux cas actifs ont été recensés par la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik. Cela porte à 114 le nombre total de cas actifs.

Salluit et Kangirsuk sont les deux villes les plus touchées par l’épidémie. Salluit compte 48 cas actifs pour une population de 1241 habitants et Kangirsuk, 49 pour une population de 466 habitants.

Ces deux villes, ainsi que Kangiqsualujjuaq, Kuujjuaq et Ivujivik sont en alerte rouge depuis quelques jours pour essayer de contrôler l’épidémie. Cela signifie que les lieux de rassemblements sont fermés et que les déplacements non essentiels sont interdits.

Huit cas ont aussi été recensés à la maison Ullivik à Dorval. L’établissement accueille des patients inuit qui viennent se faire soigner dans le sud de la province.

Depuis mardi, les vols réguliers entre la côte de l’Ungava et celles de l’Hudson sont temporairement suspendus.

Selon La Presse, certaines de ces collectivités sont aussi soumises à des couvre-feux entre 22 h et 7 h.

Près de 60 % de la population du Nunavik est doublement vaccinée, mais l’objectif pour la RRSSN est de 75 %.

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a réagi à la situation sur les réseaux sociaux. Il a réitéré le plein soutien de son gouvernement aux autorités locales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !