•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des œuvres autochtones vivantes pour la biennale Momenta

Un jardin.

T’uy’t’anat-Cease Wyss, une artiste autochtone originaire d'Hawaï a collaboré avec deux artistes autochtones canadiens pour créer un jardin autonome de plantes indigènes et médicinales.

Photo : Jean-Michael Seminaro

La 17e édition de Momenta Biennale de l’image se déroule dans différents lieux de la ville de Montréal jusqu’au 24 octobre prochain. Par le biais des arts visuels, des réflexions de société en lien avec la nature, l’environnement et la souveraineté autochtone y sont présentées.

Plusieurs artistes autochtones et allochtones de partout dans le monde ont réalisé des œuvres spécialement pour cet événement. Ces œuvres incitent à la bienveillance entre les humains et la nature.

L'œuvre de Caroline Monnet.

« Magnitude 01 », une impression sur vinyle de l'artiste anichinabé Caroline Monnet dans l'exposition « Partition exquise » au Musée McCord.

Photo : Jean-Michael Seminaro

Partition exquise est une exposition de l’artiste anichinabée Caroline Monnet présentée au Musée McCord. C’est aux côtés de la musicienne apache Laura Ortman qu’elle a développé son œuvre.

Les deux femmes ont mélangé leurs deux univers pour créer une expérience visuelle et sonore. Par les images et la musique, elles remettent en question le concept de territoire et tracent des chemins qui transcendent les frontières.

Près de la Grande Bibliothèque, un jardin autonome a été installé par les artistes autochtones T’uy’t’anat-Cease Wyss, Silverbear et Joce Two Crows Tremblay. TEIONHENKWEN Soutiens de la vie est une œuvre vivante où les plantes indigènes coexistent grâce à leur complémentarité.

Cinq œuvres sur un mur.

Des œuvres de l'exposition « Diffraction » réalisée par trois artistes autochtones de l'Ouest canadien : Gabrielle L'Hirondelle Hill, Peter Morin et Tania Willard.

Photo : Jean-Michael Seminaro

Diffraction est une exposition accueillie par le centre d’art contemporain Optica. Le collectif autochtone de l’Ouest canadien BUSH Gallery a créé une œuvre qui vise à montrer le territoire comme une entité vivante par le biais de la photosynthèse.

Le concept de souveraineté autochtone dans l’espace numérique fait partie des enjeux au cœur de la première exposition en version réalité virtuelle réalisée par Momenta. Cristaux liquides présente 11 œuvres accessibles à partir des téléphones mobiles dans des lieux précis de la ville de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !