•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chanson mi’gmaw à l’origine d’un duo inusité entre Yo-Yo Ma et Jeremy Dutcher

Yo-Yo Ma et Jeremy Dutcher sur scène.

Yo-Yo Ma et Jeremy Dutcher ont interprété ensemble la chanson mi’gmaw «Honor Song» à la Maison symphonique, en 2018.

Photo : Bilal Hussein/The Associated Press, Logan Perley/CBC

Radio-Canada

Une célèbre chanson mi’gmaw s’est frayé une place inattendue sur le dernier album du violoncelliste de renommée mondiale Yo-Yo Ma, Notes for the Future, grâce au ténor canadien Jeremy Dutcher.

Cette alliance improbable a débuté par un coup de téléphone, il y a près de trois ans. Yo-Yo Ma se produisait alors en tournée dans le monde entier avec les Suites pour violoncelle de Johann Sebastian Bach. Pour son unique concert au Canada, il a invité Jeremy Dutcher à le rejoindre, lui qui venait de remporter le prix de musique Polaris avec son premier album.

Le ténor évoque la collaboration d'une vie au sujet de cette rencontre improbable avec le violoncelliste virtuose. Considéré comme l’un des plus grands de son temps, le musicien américain, né de parents chinois établis à Paris, a enregistré plus d’une centaine d’albums et a remporté de nombreuses récompenses, dont 18 Grammy Awards au cours de sa carrière.

Sur la scène de la Maison symphonique, à Montréal, les deux musiciens se sont lancés dans une interprétation de la chanson mi’gmaw Honor Song. Preuve du succès de cette collaboration : à la fin de sa tournée, Yo-Yo Ma a convié Jeremy Dutcher à enregistrer une pièce en duo pour son album, comme sept autres invités s’étant illustrés au fil de ses concerts internationaux.

Bien en vue en deuxième piste, Honor Song débute au son du violoncelle avant de laisser place au chant distinctif mi’gmaw interprété par Jeremy Dutcher. La chanson comprend un couplet en mi’gmaw et un couplet en wolastoqey (malécite).

J'ai appris à connaître cette chanson grâce à mes aînés qui la chantaient dans ma langue, a raconté M. Dutcher, qui est originaire de la communauté Wolastoqiyik de la Première Nation de Tobique, au Nouveau-Brunswick.

En se renseignant sur les origines de la chanson, le ténor a même rencontré son compositeur, George Paul. Aîné respecté parmi les Mi’gmaw, M. Paul lui a raconté que l’idée de la chanson lui était venue en plein jeûne spirituel dans les années 1970.

Chant emblématique

Depuis, Honor Song est devenue un hymne pour les Mi’gmaw et les autres peuples autochtones. Elle est généralement interprétée accompagnée de tambours lors des rassemblements, qu'il s'agisse de pow-wow festifs ou de cortèges pour honorer la mémoire des femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées.

C'est un message très fort, vraiment. Honorez ce que nous sommes en tant que famille humaine, aidez-vous les uns les autres.

Une citation de :George Paul, compositeur de Honor Song

J'espère inspirer nos jeunes à connaître la beauté de qui ils sont, a fait falloir Jeremy Dutcher. Nous vivons actuellement un moment où notre peuple s'éveille à sa propre beauté, à ce que nous offrons, à nos connaissances et à nos langues.

Le ténor s'est fait connaître grâce à son album Wolastoqiyik Lintuwakonawa, en 2018, sur lequel il superpose des chants qu’il interprète en wolastoqey, avec des enregistrements d'archives de chanteurs wolastoqiyik du début du XXe siècle. Il a décrit cette œuvre comme une forme de plaidoyer pour la revitalisation des langues autochtones.

Inspiré par cette collaboration avec Yo-Yo Ma, Jeremy Dutcher a expliqué qu'il y voyait une occasion de partager plus largement le savoir et les langues autochtones, afin de faire connaître à un plus grand nombre de personnes le message que le composteur George Paul a formulé pour la première fois dans les années 1970.

Avec les informations de Taryn Grant, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !