•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections 2021 : ce que promettent les partis fédéraux aux Autochtones

La statue « The Tree Watchmen » de l'artiste autochtone James Hart, située devant le parlement canadien.

La statue « The Tree Watchmen » de l'artiste autochtone James Hart, située devant le parlement canadien.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Gabrielle Paul

À trois semaines du jour du scrutin, voici un aperçu de ce que proposent les six principaux partis politiques à Ottawa pour répondre aux problématiques qui touchent les Autochtones.

Le Parti libéral

Au moment d'écrire ces lignes, le Parti libéral du Canada (PLC) n’avait pas encore dévoilé sa plateforme électorale, cependant les mesures prévues au dernier budget peuvent indiquer les intentions d'un prochain gouvernement libéral.

Le PLC s'est notamment engagé à investir 1,4 milliard de dollars sur 5 ans dans les soins de santé destinés aux Autochtones. Les libéraux promettent également de mettre fin à la discrimination dans les systèmes de santé du pays.

Portrait de Justin Trudeau.

Le chef libéral Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Dans le dernier budget, les libéraux se sont engagés à accorder 275 millions de dollars pour la revitalisation des langues et des cultures autochtones. De plus, 861 millions de dollars sont prévus pour le soutien des services de police dans les communautés.

Le Parti libéral promet d'arrimer les articles de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones à la législation fédérale.

Dans sa plateforme, finalement dévoilée mercredi, le Parti libéral s'engage à s'attaquer à la surreprésentation des enfants autochtones dans les systèmes de protection de la jeunesse.

Pendant bien trop longtemps, les enfants autochtones ont été surreprésentés au sein du système de protection de l’enfance, ce qui était une manifestation du troublant héritage du colonialisme, peut-on lire dans cette plateforme. Tous les enfants au Canada méritent de grandir dans leur communauté.

Les libéraux s'engagent également à lutter contre le racisme systémique à l’encontre des peuples autochtones, plus particulièrement aux niveaux du système judiciaire et des soins de santé.

Quant à l'accès à l'eau potable, la plateforme libérale rappelle que 4 milliards de dollars ont déjà été investis dans 535 projets d’infrastructure de traitement des eaux.

En ce qui concerne les pensionnats pour Autochtones, les libéraux ont promis de financer les recherches de sépultures anonymes, ainsi que la démolition et la reconstruction de bâtiments. Ils ont aussi promis d'ériger un monument national à Ottawa afin de rendre hommage à tous les enfants qui ont été enlevés à leurs familles et leurs communautés.

Le Parti conservateur

Dans la plateforme du Parti conservateur du Canada (PCC), des chapitres ont été réservés aux Autochtones et aux communautés nordiques.

Le PCC y affirme notamment vouloir favoriser l'égalité des chances et travailler avec les Premières Nations et d’autres groupes autochtones pour assurer qu’ils sont des partenaires de la prospérité et du développement de nos ressources naturelles.

Pour ce faire, un gouvernement conservateur mettrait en place une Société canadienne autochtone qui produirait des analyses de marché pour encourager les investissements autochtones dans des projets d'exploitation des ressources naturelles et d'infrastructures.

Cette Société canadienne autochtone aurait un budget initial de 5 milliards de dollars.

M. O'Toole parle en conférence de presse, de profil. L'arrière-plan est noir. On voit le slogan « Agir pour les pensions ».

Erin O’Toole, le chef conservateur, en point de presse à Ottawa, le 24 août.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Le PCC s'engage également à allouer 10 millions de dollars par an aux organisations qui encouragent les partenariats entre les communautés autochtones et les promoteurs de projets de ressources naturelles.

Les conservateurs comptent aussi travailler à l'élaboration de plans de gestion entre les détenteurs de droits autochtones et les pêcheurs commerciaux, tout en respectant l'arrêt Marshall.

Pour ce qui est des sépultures anonymes près d'anciens pensionnats, le PCC compte notamment présenter des excuses pour les injustices passées et offrir les ressources appropriées aux communautés afin de réinhumer, commémorer et honorer les enfants disparus.

Le Nouveau Parti démocratique

Au Nouveau Parti démocratique (NPD), la plateforme électorale propose des mesures pour la réconciliation, la santé, le logement, les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, l'eau potable, l'éducation, les langues et le développement économique.

Nous croyons que la relation de la Couronne avec ces peuples doit être fondée sur la reconnaissance de notre histoire coloniale, marquée par un génocide culturel et le vol de terres. Cette relation doit se traduire par des engagements juridiques irrévocables, pour que les politiques de réparation soient justes et équitables à long terme, peut-on entre autres lire dans cette plateforme.

Le NPD s'engage notamment à la pleine mise en œuvre des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation et de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Un gouvernement néo-démocrate mettrait par ailleurs en place un Conseil national de réconciliation chargé d’assurer la surveillance et la reddition de comptes.

Gros plan de Jagmeet Singh derrière un micro.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour s'attaquer aux crises du logement dans les communautés, les néo-démocrates s'engage à mettre en œuvre une Stratégie canadienne de logement autochtone élaborée avec les peuples autochtones lors de leurs 100 premiers jours au pouvoir.

Le NPD affirme également vouloir accorder tous les investissements nécessaires pour assurer la disponibilité d’eau potable et lever tous les avis d’ébullition d’eau dès maintenant.

En matière de santé, le NPD signale vouloir adopter une nouvelle approche fondée sur le Principe de Joyce afin de lutter contre le racisme systémique.

Les néo-démocrates veulent collaborer avec les gouvernements provinciaux pour construire de nouveaux programmes scolaires en histoire pour que tout le monde au Canada [puisse] comprendre les séquelles des pensionnats autochtones et être conscient des contributions et de l’histoire des peuples autochtones.

Le Bloc québécois

De son côté, le Bloc québécois (BQ) considère que la Loi sur les Indiens devrait être abrogée.

Depuis le dépôt du Livre Blanc de 1969, il existe un consensus assez clair sur le fait que la Loi sur les Indiens ne peut pas être abolie de façon pure et simple. Elle doit être remplacée par des ententes de nation à nations la rendant inopérante, est-il expliqué dans la plateforme du parti.

Pour ces ententes de nation à nations, le Bloc signale avoir pour modèle la paix des braves conclue entre le gouvernement du Québec et les Cris en 2002.

Par ailleurs, selon le BQ, une refonte majeure de la Politique des revendications territoriales globales est essentielle pour parvenir à ce genre d'ententes.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, derrière un micro.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Le Bloc québécois se présente également, dans sa plateforme, comme un partisan de la première heure de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Le Bloc croit aussi que les ressources nécessaires doivent être mises à la disposition des communautés afin qu'elles puissent faire face à la tragédie des pensionnats.

Le Parti vert

Le Parti vert (PV) croit à l'adoption entière de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, des recommandations de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation.

Concernant les pensionnats pour Autochtones, le PV affirme que les services de soutien psychologiques doivent être rendus plus accessibles aux survivants et que des pressions doivent être exercées afin que le pape présente des excuses officielles.

Le Parti vert croit aussi qu'il doit être reconnu que les systèmes de protection de la jeunesse perpétuent le sombre héritage des pensionnats.

Annamie Paul.

Annamie Paul, la cheffe du Parti vert du Canada.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Selon le PV, une base de données nationale doit être créée afin de comptabiliser les cas de discriminations raciales et ethniques dans les interventions policières.

Par rapport aux conflits de pêche entre Autochtones et pêcheurs commerciaux, le Parti vert dit soutenir les droits des Autochtones issus de traités et de l'arrêt Marshall et il prône les discussions de nation à nations .

Le parti promet par ailleurs d’augmenter le soutien gouvernemental aux Autochtones vivant hors réserve.

Le Parti populaire

Le Parti populaire du Canada (PPC) maintient, dans sa plateforme, les mêmes propositions qu'en 2019 en ce qui a trait aux Autochtones.

Le Parti populaire veut appliquer quatre principes lorsqu'il est question des peuples autochtones : le respect, la liberté, l'équité et la responsabilité.

Le PPC croit par ailleurs que la Loi sur les Indiens doit être remplacée et s'engage à explorer toutes les options pour y parvenir.

Le parti indique aussi que le manque de véritable propriété privée dans les réserves est à blâmer pour le mauvais état des logements et les problèmes sociaux qui en découlent.

b43209301a924ef8bc10cff459bc584b

Maxime Bernier, le chef du PPC.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Le PPC s'engage entre autres à s'assurer que les communautés seront impliquées dans les services qu'elles reçoivent du fédéral et à examiner les dépenses pour certifier que les programmes sont mieux ciblés pour profiter aux populations autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !