•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Muskrat Falls : la Nation innue s'estime « trahie » par l'accord Ottawa–T.-N.-L.

Le barrage de Muskrat Falls.

Le barrage de Muskrat Falls, sur le fleuve Churchill, en septembre 2019

Photo : Nalcor

Gabrielle Paul

La Nation innue de Terre-Neuve-et-Labrador dénonce l'entente de principe conclue la semaine dernière entre les gouvernements fédéral et provincial en vue d'une restructuration financière du projet hydroélectrique de Muskrat Falls. Elle craint que l'accord mette en péril les indemnisations qu'elle devait retirer du projet entrepris sur ses terres ancestrales.

Toutes les actions nécessaires seront prises pour assurer que les engagements envers la Nation innue soient respectés, avertit-elle dans un communiqué publié mardi.

Les premiers ministres Justin Trudeau et Andrew Furey ont trahi le peuple innu, y laisse tomber, catégorique, le grand chef Etienne Rich.

La Nation innue dit comprendre que cet accord doive permettre de limiter la hausse des tarifs d'électricité, mais soutient qu'il est injuste de faire porter aux Innus les dépassements de coûts sur lesquels ils n'avaient aucun contrôle.

Sans un accord définitif pour garantir nos bénéfices dans ce projet, nous ne pouvons plus dire que nous avons donné notre consentement libre et éclairé. Nous prendrons toutes les actions nécessaires pour assurer que les promesses qui nous ont été faites soient respectées.

Une citation de :Etienne Rich, grand chef de la Nation innue de Terre-Neuve-et-Labrador

Le premier ministre Trudeau a lancé une bouée de sauvetage à la province, mais laisse la Nation innue se noyer, écrit aussi le grand chef Rich. Le Canada a fait le choix délibéré d'aider la province aux dépens des Innus.

Dans des lettres envoyées à Justin Trudeau et à Andrew Furey, auxquelles Espaces autochtones a pu avoir accès, M. Rich déplore que les Innus n'aient pas été invités à participer aux discussions qui ont mené au récent accord et qu'ils n'aient été informés de son existence qu'une fois celui-ci conclu.

Nous devrons dire que le Canada et la province nous ont trompés, se comportant comme leurs ancêtres coloniaux qui ont fondé le Canada en revendiquant leur souveraineté au détriment des ''sauvages'', en signant des traités qu'ils n'ont jamais eu l'intention d'honorer, peut-on notamment lire dans la lettre adressée à Justin Trudeau.

Une entente signée en 2011

Les Innus ont d'abord consenti au projet hydroélectrique de Muskrat Falls en 2008, mais une entente plus formelle a été conclue avec le gouvernement provincial en 2011.

Selon celle-ci, les Innus doivent recevoir :

  • 5 % des profits venant de la production d'hydroélectricité de ce barrage après le paiement de la dette;
  • ou encore un paiement minimum prenant la forme d'un prêt.

Cependant, selon les analyses de la Nation innue, l'accord entre Ottawa et la province montre que le projet pourrait ne pas être profitable et que les Innus risquent donc de n'en tirer aucun bénéfice.

S'il n'y a pas de profits, alors dans 30 ans, au lieu de tout bénéfice, la Nation innue pourrait être aux prises avec une dette de 300 millions de dollars envers la province, peut-on lire dans le communiqué.

Nous avons pris la difficile décision de consentir au projet en échange d'indemnisations, malgré les impacts sur nos droits ancestraux. Mais maintenant, il semble que nous ne goûterons pas aux avantages de ce projet.

Une citation de :Etienne Rich, grand chef de la Nation innue de Terre-Neuve-et-Labrador

Le communiqué cite une déclaration du premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, mentionnant que la province n'honorera ses engagements envers la Nation innue que là où elle peut se le permettre financièrement.

La Nation en comprend que la province n'a pas l'intention de respecter les promesses faites aux Innus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !