•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Tournée des communautés pour la Cellule stratégique de la Nation innue

Cinq intervenants à l'aéroport.

Claude Levesque (PDG du CIUSSS de la Côte-Nord), Amir Khadir (spécialiste en microbiologie médicale et maladies infectieuses et responsable de la Cellule stratégique de la Nation innue), Nima Machouf (chercheuse épidémiologiste), Katrina Peddle (directrice de santé des Premières Nations et des Inuits) et Valérie Bérard (responsable de Services aux Autochtones Canada).

Photo : Radio-Canada / Tania Rock-Picard

Tania Rock-Picard

La Cellule stratégique de la Nation innue visite depuis lundi les communautés de Pakua Shipu, Unamen Shipu, Nutashkuan, Ekuanitshit et Uashat mak Mani-Utenam. Jusqu'à vendredi soir, les responsables de la tournée rencontrent les gens sur le terrain pour promouvoir la vaccination contre la COVID-19, tracer un bilan de la dernière année de confinement et prévoir la suite de la stratégie.

Plus d’une douzaine de représentants de cette cellule, dont le maire de Québec Régis Labeaume et l’épidémiologiste Nima Machouf, ont pris l'avion lundi matin pour se rendre dans certaines communautés innues de la Côte-Nord.

Les populations ciblées sont les 18-35 ans, soit ceux qui sont moins réceptifs à la vaccination, explique Jean-Claude Therrien-Pinette, directeur de cabinet d’Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam, qui œuvre aussi pour la Cellule stratégique de la Nation innue.

Jean-Claude Therrien-Pinette, responsable de cabinet ITUM et des communications de la Cellule stratégique de la Nation innue.

Jean-Claude Therrien-Pinette, responsable de cabinet ITUM et des communications de la Cellule stratégique de la Nation innue. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marika Wheeler

Tant au Québec qu’aux États-Unis, les jeunes Innus se sentent invincibles, ne sentent pas le danger ou croient que la COVID-19, c’est seulement pour les aînés, ce qui est faux.

Une citation de :Jean-Claude Therrien-Pinette, responsable des communications de la Cellule stratégique de la Nation innue

Ce voyage à travers les communautés autochtones vise à sensibiliser la population et à entendre ses commentaires, mais aussi à rassurer les gens, particulièrement les jeunes, sur la vaccination et les risques de la COVID-19.

La Cellule stratégique de la Nation innue a été créée en avril 2020 à la suite de l’alliance entre le médecin innu natif de Pessamit Stanley Vollant et l’épidémiologiste et ancien politicien de Québec Solidaire Amir Khadir.

Avec le déconfinement et le changement de palier au vert le 7 juin, c'est la première fois depuis sa création que la Cellule se déplace dans autant de communautés autochtones en si peu de temps.

Ce groupe d'experts, composé des neuf chefs innus, d'intervenants politiques et de spécialistes de la santé, tant autochtones qu’allochtones, souhaite concerter les élus et les ressources en proposant des actions adaptées à chaque communauté.

Un homme pose dans un aéroport.

Amir Khadir, spécialiste en microbiologie médicale et maladies infectieuses et responsable de la Cellule stratégique de la Nation innue.

Photo : Radio-Canada / Tania Rock-Picard

En transit à Sept-Îles pour son prochain vol à Pakua Shipu, le spécialiste en maladies infectieuses Amir Khadir explique l’importance de prendre les décisions avec les personnes sur le terrain, et adaptées au contexte des communautés autochtones.

À mon avis, cela a exactement représenté le type d’intervention et de mobilisation qui aurait été idéal à l’échelle du Québec. J’ai répété à plusieurs reprises que l’on aurait pu mieux gérer la crise si le gouvernement avait fait appel aux groupes communautaires de base, estime le Dr Khadir.

L'aéroport de Sept-Îles vue de l'extérieur.

L’aéroport de Sept-Îles, lieu de transit de l’équipe de la Cellule stratégique en provenance de Montréal et en direction à Pakua Shipu.

Photo : Radio-Canada / Tania Rock-Picard

La Nation innue à l’avant-garde

Membre de la Cellule stratégique, le médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive Stéphane Trépanier constate que le taux de vaccination est de 66 % chez les 12-17 ans et de 60 % chez les 18-29 ans.

Les Innus de plus de 70 ans ont presque tous reçu leurs deux doses pour atteindre un taux de vaccination de 97 % et pour les 80 ans et plus, le taux de vaccination est de 100 %.

Plus du trois quarts de la population de la Nation innue (76,9 %) a reçu une dose, et 57,2 % deux doses.

Les meilleurs pays sont autour de ça en pourcentage de taux de vaccination. Donc, c’est vraiment un beau succès de vaccination dans les communautés autochtones pour la COVID, je suis vraiment satisfait.

Une citation de :Stéphane Trépanier, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive

Le prochain défi : soutenir certaines communautés, comme Uashat mak Mani-Utenam, à faire grimper les taux de vaccination.

Les lieux de vaccination dans les salles communautaires de la salle Tewekan et de la salle Naneu sont actuellement en pause.

Salle communautaire de Pessamit lors de la vaccination.

Période de vaccination dans la communauté innue de Pessamit à la salle Kamamuitenanut.

Photo : Radio-Canada / Tania Rock-Picard

Les personnes qui désirent recevoir leur première ou deuxième dose sont temporairement redirigées vers le Carrefour La Baie, qui dessert la clientèle uniquement en français.

Par contre, les autorités prévoient de déployer sous peu une clinique mobile pour stimuler la vaccination, la Vaccivan, comme il y en a dans la région montréalaise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !