•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa dédie 1,7 M$ à des logements abordables pour femmes autochtones à Montréal

Les locataires bénéficieront de loyers équivalents à 60,8 % du loyer médian.

La façade en travaux de la maison de deuxième étape.

Le projet de maison de deuxième étape fera face au parc Oscar-Peterson, dans le Sud-Ouest.

Photo : Radio-Canada

Maud Cucchi

Présenté comme une « maison de deuxième étape », un projet immobilier et social de 23 logements pour des femmes autochtones en difficulté et leurs enfants vient d’obtenir un financement de 1,7 million de dollars du gouvernement fédéral.

La réalisation déjà amorcée du projet, dont les coûts totaux sont estimés à 12 millions de dollars, sera financée grâce au programme AccèsLogis, un partenariat entre le gouvernement québécois et la Ville de Montréal.

Bien plus qu’un logement construit dans l’arrondissement du Sud-Ouest, sur le terrain de l’ancien Bain Hushion, le projet offrira aussi des services professionnels d'accompagnement pour promouvoir l'autonomie des locataires et comprendra une clinique de pédiatrie sociale de la Fondation du Dr Julien.

Avec les pensionnats et la rafle des années 1960, on a vu les familles séparées. Il est temps de les réunir, a souligné Nakuset, directrice du Foyer pour femmes autochtones de Montréal.

Cette initiative était en cours de planification depuis plus de 10 ans, a-t-elle rappelé. Malheureusement, cela prendra trois minutes pour que [les logements] trouvent preneurs, a-t-elle poursuivi, en espérant susciter d'autres projets similaires à Montréal.

Ce que nous faisons est révolutionnaire, différent de tous les autres services. À Montréal, il n'y a pas d'autre maison de deuxième étape pour les femmes autochtones et leurs enfants.

Une citation de :Nakuset, directrice du Foyer pour femmes autochtones de Montréal

L'objectif était de fournir aux femmes autochtones en difficulté et à leurs enfants un endroit où ils pourront commencer à refaire leur vie, à retrouver leur autonomie et à se sentir appuyés et en sécurité, a déclaré le ministre des Services aux Autochtones Marc Miller.

La pandémie a aggravé la précarité de nombre de femmes autochtones, a-t-il souligné, mentionnant également la crise en santé mentale qui sévit présentement, une pandémie derrière la pandémie.

Loyers abordables

Les locataires bénéficieront de loyers équivalents à 60,8 % du loyer médian dans ce secteur de Montréal. La moitié des appartements seront des 3½ pour notamment héberger des femmes célibataires, tandis que l’autre moitié aura deux ou trois chambres qui pourront accueillir des femmes avec enfants.

Des services de psychologie, d'art thérapie ou encore de prévention et de traitement des dépendances seront offerts aux locataires.

La maison de deuxième étape est chapeautée par le Foyer pour femmes autochtones de Montréal, qui a présenté un excellent projet, a souligné M. Miller.

Tout le monde mérite d'avoir un chez-soi sûr, sécuritaire et abordable, a indiqué par voie de communiqué le ministre de la Famille Ahmed Hussen. Ces refuges leur donneront la possibilité de reconstruire leur vie et d'acquérir leur indépendance, et leur donneront accès à des services de soutien essentiels.

Les travaux seront réalisés par Bâtir son quartier qui, depuis 40 ans, coordonne la réalisation de logements communautaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !