•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cap vers le décloisonnement de la science à l’Université du Yukon

Microbiologiste de formation, Jocelyn Joe-Strack défend une vision holistique de son champ d’expertise.

Jocelyn Joe-Strack.

Membre du clan du Loup des Premières Nations de Champagne et d'Aishihik, Jocelyn Joe-Strack est titulaire de la chaire de recherche sur les savoirs autochtones, à l'Université du Yukon.

Photo : Mike Rudyk

Radio-Canada

La nouvelle titulaire de la chaire de recherche sur le savoir autochtone risque d’alimenter les débats scientifiques au sein de l'Université du Yukon, lors de la prochaine session. Sa modeste mission? « J’espère changer le Yukon! », répond en riant Jocelyn Joe-Strack, à propos de son mandat universitaire.

Mme Joe-Strack a été nommée titulaire de la chaire de recherche sur le savoir autochtone dans le cadre du nouveau programme de recherche de l'Université, Two-Eyed Seeing [approche à double perspective, en français].

Ce programme est né d’un partenariat entre l'Université du Yukon, l'Université de l'Alberta et le gouvernement du Yukon. Il se propose d'intégrer les valeurs et pratiques autochtones à d'autres champs éducatifs.

Après avoir obtenu un diplôme en microbiologie et en biochimie à l'Université de Victoria, puis une maîtrise en ressources du Nord et en études environnementales de l'Université du nord de la Colombie-​Britannique (UNBC), Mme Joe-Strack se perçoit plutôt comme une scientifique en guérison.

La science est tellement cloisonnée et étroite dans son approche de la compréhension du monde, observe-t-elle en évoquant une recherche universitaire qui évolue parfois dans une tour d'ivoire, déconnectée de la réalité.

La recherche scientifique se plonge généralement dans des interactions infimes et très spécifiques entre deux produits chimiques, explique-t-elle. Alors, lorsque je vois qu'il y a tant de besoins dans nos communautés [pour faire face à] des questions comme le changement climatique et l'inégalité, mon énergie est attirée vers là où je sens que je peux aider le plus.

Enseigne de l'université devant l'édifice.

Le Collège du Yukon a obtenu la désignation d'université au printemps 2020.

Photo : Radio-Canada / Laura Howells

C'est cette implication bien ancrée dans sa communauté qui a séduit la direction de l'Université du Yukon pour lui confier la nouvelle chaire de recherche.

Je crois que le travail qu'elle accomplira dans le cadre de son programme de recherche servira notre territoire, et surtout nos jeunes, en développant de nouvelles façons de faire de la recherche dans le Nord canadien en cette période de réconciliation, a indiqué la vice-rectrice associée à la recherche de l'Université, Bronwyn Hancock.

Science et conte

Jocelyn Joe-Strack raconte qu'elle utilise désormais son esprit scientifique pour réfléchir à l'état de la société et à la façon dont nous avons retiré des morceaux de nous-mêmes, aussi bien dans une salle de classe que dans celle d’un conseil d’administration.

Les enseignements autochtones, nos histoires et les leçons de nos aînés nous montrent que l'esprit et le cœur, le fait d'être émotionnellement compétent, sont au cœur de l'être humain et essentiels pour notre cheminement vers la guérison.

Une citation de :Jocelyn Joe-Strack, titulaire de la chaire de recherche sur le savoir autochtone

Membre des Premières Nations de Champagne et d'Aishihik, Mme Joe-Strack a indiqué qu'elle souhaitait également profiter de son rôle universitaire pour revitaliser la culture des contes au Yukon.

Je crois vraiment que si nous entendions et vivions les histoires comme elles étaient censées l'être, comme une partie intégrante de nos vies, je crois vraiment que les enseignements et l'élargissement de notre vision du monde, et le fait d'avoir des leçons apportées au moment où nous en avons besoin, peu importe où nous en sommes dans notre parcours, je pense vraiment que cela aiderait notre société avec des choses comme le changement climatique et l'inégalité et tant d'autres choses qui affligent notre société aujourd'hui.

La titulaire de la chaire de recherche sur le savoir autochtone a entamé ses recherches sur la revitalisation des contes, en participant prochainement au festival d'art autochtone Adäka à Whitehorse, prévu pour la fin août.

D'après les informations de Dave White, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !