•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commission Viens : la Protectrice du citoyen veillera au suivi des recommandations

Marie Rinfret répond à un des appels à l'action de la commission Viens.

Mme Rinfret s'assoit à une table sur laquelle est posé un porte-nom qui l'identifie.

Marie Rinfret, protectrice du citoyen du Québec, en juin 2019, à l’Assemblée nationale.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Protectrice du citoyen, Marie Rinfret, assurera le suivi de la mise en œuvre des 142 appels à l’action de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec.

C'est justement l'une des recommandations de la Commission Viens : confier au Protecteur du citoyen le mandat d’assurer l’évaluation et le suivi de la mise en œuvre de l’ensemble des appels à l’action proposés dans ce rapport, et ce, jusqu’à leur pleine réalisation.

À l’automne 2019, le juge à la retraite, Jacques Viens, avait déposé son rapport. Il avait conclu que les Autochtones étaient victimes de discrimination systémique dans les services publics québécois.

Un an après le dépôt du rapport, soit à l’automne 2020, le gouvernement Legault avait été vivement critiqué pour son inaction.

Seuls deux appels à l’action sur 142 avaient été mis en œuvre fin septembre 2020 et une cinquantaine étaient en chantier, selon le gouvernement.

À la suite de rencontres avec des chefs et leaders autochtones, Marie Rinfret a décidé de veiller sur cette mise en œuvre des appels à l'action, accueillant avec honneur et reconnaissance l’ouverture des organisations autochtones du Québec à sa participation active en la matière.

Il est clair que l’évaluation du suivi des appels à l’action ne peut se faire sans la vision et la collaboration des représentants des Premières Nations et Inuit. Je me suis d’ailleurs engagée auprès d’eux à être à leur écoute dans le but de les aider à obtenir tous les services publics auxquels ils ont droit, a déclaré Marie Rinfret dans un communiqué.

Un comité consultatif, auquel prendront part des Autochtones, sera créé pour favoriser cette collaboration.

Dans le communiqué, Marie Rinfret précise aussi avoir présenté aux chefs et leaders autochtones la mission du Protecteur du citoyen, insistant sur l’importance du respect des droits des personnes qui utilisent les services publics, mais aussi l’indépendance et l’impartialité de son organisme.

Lors de son témoignage devant la commission Viens en 2018, Marie Rinfret avait déjà fait part de son souhait d’établir une relation de confiance avec des représentants des Premières Nations et des Inuit.

Sur Twitter, le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a salué cette décision de la Protectrice du citoyen et le travail de consultation qu’elle a mené.

Les 142 appels à l'action de la commission Viens visent autant les services correctionnels que ceux de police, de justice, de la santé et des services sociaux et la protection de la jeunesse. Cinq appels à l'action concernaient directement un mécanisme de suivi de ces recommandations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !