•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chroniqueur Luc Lavoie blâmé par le Conseil de presse pour discrimination

Luc Lavoie.

Luc Lavoie a tenu des propos qui ont heurté l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador.

Photo : Radio-Canada

En plein barrages ferroviaires pour bloquer la construction du gazoduc Coastal Gaslink sur les territoires des Wet’suwet’en, le chroniqueur Luc Lavoie avait lancé à la radio : « Un coup de 45 entre les deux yeux, tu réveilles, mon homme! Ou tu t’endors pour longtemps ». Des propos officiellement condamnés par le Conseil de presse dans une décision rendue le 14 mai.

Le chroniqueur avait tenu ces propos sur les ondes de 98,5 FM, à l’émission Drainville PM, le 17 février 2020.

Alors qu’il discute de la situation avec l’animateur Bernard Drainville, le chroniqueur Luc Lavoie suggère une intervention du Canadien Pacifique et du Canadien National, qui possèdent tous les deux leur propre police entraînée et armée, pour mettre fin au blocus ferroviaire, indique le document du Conseil de presse.

Une manifestante maquillée aux couleurs des Wet'suwet'en.

Des manifestants en soutien aux chefs héréditaires des Wet'suwet'en défilent au centre-ville de Vancouver, en Colombie-Britannique, le mercredi 12 février 2020.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Moins de dix jours plus tard, l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador a déposé une plainte auprès du Conseil de presse. Le 98,5 FM avait alors indiqué qu’en voulant dénoncer le laxisme des autorités, Luc Lavoie s’est emporté et a tenu des propos maladroits pour exprimer son point de vue.

Le Conseil de presse a retenu le grief de discrimination concernant l’incitation à la violence à la majorité (cinq voix contre une). Toutefois, il a rejeté à l’unanimité le grief de discrimination concernant l’attisement de haine et de mépris.

Lorsqu'une plainte est retenue, l'entreprise de presse visée par la décision a l'obligation morale de la publier ou de la diffuser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !