•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des veillées aux chandelles au lieu de la fête du Canada chez les Cris

Une personne tient une chandelle dans un pot en verre entre les mains.

Lundi, les dirigeants cris ont également organisé une diffusion en direct à Chisasibi, où étaient situés deux pensionnats, pour exprimer leur solidarité avec les familles touchées par les récentes découvertes.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Radio-Canada

Annuler la fête du Canada constitue le meilleur moyen d'honorer les enfants dont les corps ont été retrouvés à Kamloops, en Colombie-Britannique, d’après certaines organisations cries du Nord-du-Québec.

À Chisasibi, une veillée aux chandelles sera organisée par le Conseil des jeunes de la communauté le 30 juin en soirée, à la veille de la fête du Canada.

Le Conseil des jeunes encourage par ailleurs les membres de leur communauté à porter des vêtements orange au lieu du rouge et du blanc lors de l'événement.

L'Association des femmes cries d'Eeyou Istchee invite également les gens des communautés cries à organiser des veillées aux chandelles le 30 juin.

Lundi, les dirigeants cris ont également organisé une diffusion en direct à Chisasibi, où étaient situés deux pensionnats, pour exprimer leur solidarité avec les familles touchées par les récentes découvertes.

Dans notre culture, quand quelqu'un décède, nous avons des enterrements appropriés. Et penser à ces enfants et à leurs parents fait mal, affirme le chef du Conseil des jeunes de Chisasibi, Steven Tapiatic. Nous avons ressenti de la douleur, nous avons ressenti de la colère et nous nous sentions perdus.

Les gens ont ressenti de l'anxiété

La découverte à Kamloops a été très difficile à gérer pour les membres du Conseil des jeunes de Chisasibi, mentionne Steven Tapiatic.

Les gens ont ressenti de l'anxiété lorsqu'ils pensaient à leurs enfants. Beaucoup de membres de mon conseil ont de jeunes enfants de deux, trois, quatre ou cinq ans et ils ne pouvaient pas imaginer que cela arriverait à leurs propres enfants, souligne-t-il.

Steven Tapiatic soutient que de nombreux jeunes Cris ont besoin d'exprimer leur chagrin et de se rassembler avec leur communauté et les membres de leur famille qui sont eux-mêmes des survivants des pensionnats.

M. Tapiatic espère que les événements récents permettront justement à davantage de jeunes Cris d'aborder ces questions avec leurs familles.

Les jeunes s'intéressent à ce qui s'est passé dans les pensionnats. Nous devons savoir ce qui est arrivé à notre peuple afin que nous puissions être plus forts émotionnellement, mentalement et physiquement , croit M. Tapiatic.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !