•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouveaux locaux de Femmes autochtones du Canada seront ouverts au public

Un bâtiment vitré et de pierres grises avec le logo de l'association.

Les nouveaux locaux de l'AFAC sont situés dans une ancienne banque.

Photo : Gracieuseté de l'AFAC

Mathias Marchal

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) ouvrira d’ici septembre, à Gatineau, un centre consacré à la formation et à l’entrepreneuriat, dont l’architecture intérieure met en valeur les différentes cultures autochtones. Visite (virtuelle) guidée.

Ce qui frappe à première vue quand on parcourt les photos, c’est la qualité du design. Que ce soit les salles de réunions qui seront offertes à la location, la cuisine professionnelle permettant de tenir des ateliers, en passant par le café restaurant ouvert au public : les références culturelles sont omniprésentes et les matériaux, visiblement de qualité.

Le futur Centre de l’innovation sociale et économique des femmes autochtones sera situé au 120, promenade du Portage, à Gatineau, et sera ouvert au public. Il va y avoir une boutique spécialisée dans l’art et l'artisanat autochtones de plusieurs nations du Canada, mais aussi des États-Unis et de l’Amérique du Sud, souligne Lynne Groulx, directrice générale de l’AFAC.

Une boutique d'objets autochtones au style épuré.

La boutique sera ouverte au public.

Photo : Gracieuseté de l'AFAC

Le projet de 8,3 millions de dollars, qui comprend aussi un toit vert avec de plantes indigènes, a été financé pour plus de la moitié par un prêt de la Banque de Montréal (BMO).

Le centre servira de carrefour pour autonomiser les femmes et les communautés autochtones, en favorisant leur stabilité économique, leur sécurité et leur indépendance.

Une citation de :Communiqué commun de l'AFAC et BMO

Valoriser le passé et dynamiser le présent

En plus des bureaux de l’AFAC (dont le nombre d’employés est passé de 12 à 80 en moins de quatre ans), l’endroit accueillera une bibliothèque d’archives où seront conservés les documents liés à la crise des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées, tout en servant d’incubateur d’entreprises autochtones dirigées par des femmes ou des personnes issues de la diversité.

L’art et l’artisanat autochtones sont très demandés partout sur la planète, donc pourquoi on n’essaierait pas de créer un Amazone ou un Etsy autochtone? observe la directrice générale de l'AFAC. Des formations pourraient aussi permettre aux femmes de dynamiser leurs ventes en ligne plutôt que de compter sur les pow-wow pour écouler leur marchandise.

BMO indique que le soutien à l’AFAC correspond à sa volonté de faire progresser les communautés autochtones à travers trois piliers que sont l’emploi, l’éducation et l’autonomisation économique.

L’institution financière s’investit auprès des communautés depuis 1992, mais depuis quelque temps le secteur est particulièrement en croissance.

En 2020, les fonds autochtones sous gestion à la BMO représentaient 4 milliards de dollars. On nous a donné comme objectif d’atteindre 8 milliards d’ici 2025. En un an, on a déjà fait plus de la moitié du chemin.

Une citation de :Mark Shadeed, vice-président Financement autochtone Québec et Maritimes chez BMO

Depuis une semaine, l’institution met gratuitement à disposition des Canadiens son programme interne Nisitohtamowin (comprendre en cri). Ce programme éducatif en ligne (Nouvelle fenêtre) offre une introduction à la compréhension des perspectives autochtones au Canada.

On voulait que le module d’éducation aux réalités autochtones, que 80 % de nos 25 000 ont suivi, soit accessible à tous. Vendredi dernier, on était rendu à 5000 visites, note M. Shaeeded. Il aimerait que ce programme, élaboré avec l’Université des Premières Nations du Canada et Réconciliation Éducation, soit vu par le plus grand nombre possible.

Du côté de l’AFAC, qui devient propriétaire de ses bureaux 47 ans après sa création, on espère que cette nouvelle page de l’histoire de l’association viendra clore les querelles intestines qui l'ont secouée ces derniers mois. Tout s’est réglé de la bonne façon, se contente de répondre Mme Groulx.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !