•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa nomme son premier commissaire aux langues autochtones

Un tableau noir où est écrit Bienvenue en plusieurs langues autochtones.

Le Bureau du commissaire aux langues autochtones a été créé dans le cadre de la Loi sur les langues autochtones.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef Ronald E. Ignace de la Nation Secwepemc devient le tout premier commissaire aux langues autochtones du Canada, a annoncé lundi le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault.

Robert Watt, Georgina Liberty et Joan Greyeyes sont quant à eux nommés directeur et directrices du Bureau du commissaire aux langues autochtones.

Le commissaire et les directeurs ont été choisis à la suite d’un processus de sélection ouvert, transparent et fondé sur le mérite, peut-on lire dans le communiqué de Patrimoine Canada. Le gouvernement du Canada a veillé à ce que le comité de sélection comprenne des représentants des Premières Nations, des Inuit et des Métis.

Ottawa garantit que le Bureau des langues autochtones fonctionnera de manière indépendante du gouvernement fédéral et soutiendra les peuples autochtones dans leurs efforts visant à se réapproprier, à revitaliser, à maintenir et à renforcer leurs langues, est-il écrit.

Nous célébrons ce jour où nous donnons un nouveau souffle à toutes nos langues autochtones pour l’avenir, a déclaré le nouveau commissaire, Ronald E. Ignace.

Nos langues ne seront plus dans l’ombre des autres langues ici, sur notre territoire. Puissions-nous toujours rendre hommage à nos langues autochtones.

Une citation de :Ronald E. Ignace, commissaire aux langues autochtones

Je suis convaincu qu’ils joueront un rôle clé dans la promotion des langues autochtones et le soutien des efforts et des aspirations des peuples autochtones, ce qui favorisera l’épanouissement et la croissance de ces langues, a déclaré Steven Guilbeault.

J’ai hâte de voir tous les efforts déployés en vue de la mise en œuvre complète de la Loi sur les langues autochtones, a quant à lui déclaré Perry Bellegrade, chef de l’Assemblée des Premières Nations. Ce que je souhaite le plus, c’est d'entendre nos anciens murmurer à l’oreille de nos jeunes les histoires de nos ancêtres, dans nos langues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !