•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guillaume Carle de la Confédération des peuples autochtones est arrêté pour fraude

Guillaume Carle, portant un couvre-chef autochtone, parle dans un micro.

Guillaume Carle (à gauche) lors d'une réunion de la Confédération des peuples autochtones du Canada (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef de la Confédération des peuples autochtones du Canada (CPAC) Guillaume Carle a été arrêté mercredi au palais de justice de Gatineau.

Le chef de cette association autochtone non reconnue par Ottawa est accusé entre autres de fraude, d’utilisation de documents contrefaits, de possession non autorisée d’une arme à feu, de possession d’une arme à feu sans être titulaire d’un permis et d’entreposage négligent d’armes à feu et recel, selon un communiqué émis jeudi par la Sûreté du Québec.

Le corps policier québécois a mené l’enquête en collaboration avec les Peacekeepers de Kahnawake, du Service de police de Châteauguay et le ministère des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada.

L’enquête qui a mené à l’arrestation de l’homme de 60 ans a été lancée en janvier 2019.

L’enquête démontre, selon les accusations, que Guillaume Carle aurait créé la carte de la CPAC et véhiculé faussement que ses détenteurs bénéficieraient de droits garantis aux Autochtones, notamment en matière fiscale ainsi que de chasse causant des préjudices monétaires aux utilisateurs.

L’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador (APNQL) avait dénoncé en 2018 les pratiques de la CPAC à la suite d'un reportage de la CBC. Elle avait souligné alors l’inaction et l’absence de clarté du gouvernement fédéral, qui auraient permis à des organisations non représentatives d’émerger et de se développer.

La police de Kahnawake, les Peacekeepers, avait soutenu à l'époque qu'elle avait saisi environ 100 fausses cartes de membres de la Confédération qui tentaient d'obtenir des exemptions fiscales sur leurs achats, que ce soit des appareils ménagers ou des véhicules.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !