•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de l’étude de faisabilité de la phase 1 de la Grande Alliance

IMG_0863

La Grande Alliance. Premier ministre François Legault et chef Cri Abel Bosum. Centre des Sciences, Montréal.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

L’étude de faisabilité pour la première phase de la Grande Alliance, un projet de développement d’infrastructures d’une valeur de 4,7 milliards de dollars conclu dans une entente entre les Cris et Québec en février 2020, est qualifiée d’unique par des dirigeants cris du Nord-du-Québec.

Ce n’est pas une étude de faisabilité conventionnelle où on regarde seulement les chiffres et où on estime combien cela va coûter, lance d’emblée Davey Bobbish, le président de la Société de développement crie (SDC), une branche du Gouvernement de la nation crie.

L’entente de la Grande Alliance comprend, entre autres, des projets d’amélioration et agrandissement de routes, un chemin de fer de 700 km vers la limite nord du territoire cri, un port en haute mer, de nouvelles lignes électriques et la création d’un réseau d’aires protégées. Tous ces projets d’infrastructure sont à construire en trois étapes sur les 30 prochaines années.

La première phase comprend quant à elle la possibilité d’un chemin de fer partant de la limite sud du territoire cri et allant jusqu’au kilomètre 257 de l’autoroute Billy Diamond et l’amélioration des routes d’accès aux communautés de Waskaganish, Eastmain et Nemaska, dans le Nord-du-Québec.

Une carte du territoire cri. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans l'image ci-dessus, le bleu pâle représente la phase 1 du projet, le bleu foncé la phase 2 et le rose la phase 3. Les lignes continues représentent les routes et les lignes pointillées représentent le chemin de fer.

Photo : Gracieuseté du Gouvernement de la nation crie

Chaque projet devra toutefois aussi passer à travers une étude environnementale, selon la section 22 de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975.

Mettre la communauté de l’avant

La Grande Alliance est juste une idée pour l’instant, explique Davey Bobbish, rappelant que c’est le bon moment pour prendre le pouls des habitants du territoire cri.

Nous tentons de mettre la communauté au premier plan pour prendre en compte ce qui est important pour ses membres.

Une citation de :Davey Bobbish, président de la Société de développement crie

Pour ce faire, la SDC finance l’embauche de 10 agents d’information communautaire de La Grande Alliance par l’entremise des conseils de bande locaux. Ils auront le mandat d’organiser des consultations et des discussions avec les utilisateurs et les habitants des territoires cris, avec des groupes communautaires et économiques et avec des citoyens, selon Davey Bobbish.

Nous voulons leurs idées, nous voulons savoir ce que seront les bénéfices pour la communauté, ajoute-t-il.

Des Cris ont toutefois été surpris par l’entente signée entre leur gouvernement et Québec et ont critiqué le manque de consultation de la part des dirigeants cris et des chefs des communautés. Près de 900 personnes ont depuis signé une pétition contre le projet.

Un contrat de 4,4 millions de dollars pour Vision Eeyou Istchee

La SDC avait annoncé plus tôt ce mois-ci l’octroi d’un contrat de 4,4 millions de dollars pour l’étude de faisabilité de la phase 1 du projet, qui marque également le début d’un processus de 12 mois visant à impliquer les parties prenantes dans la co-conception du plan qui pourrait transformer le territoire cri.

Ce contrat a été alloué au consortium Vision Eeyou Istchee Consortium, qui comprend les firmes Stantec, SYSTRA et Desfor.

Stantec a plus de 40 ans d’expérience auprès des communautés cries, selon un communiqué de l’entreprise.

L’étude vise à améliorer la qualité de vie des communautés, a écrit Alessandro Cirella, directeur de Stantec. Ce sera fait avec le plus grand respect pour le territoire cri et son héritage et comprendra des pratiques de développement durable.

Le consortium Vision Eeyou Istchee embauchera également un agent de liaison cri qui travaillera étroitement avec les agents d’information communautaire.

Avec les informations de Susan Bell de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !