•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : plus de 50 % des adultes autochtones ont reçu une dose de vaccin

Une femme de la Nation Tsleil-Waututh se fait vacciner.

Une femme de la Nation Tsleil-Waututh se fait vacciner.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Services Autochtones Canada (SAC) a enregistré 27 059 cas de COVID-19 dans les Premières Nations du pays, dont 723 cas actifs, selon les plus récents chiffres publiés par le gouvernement canadien.

Par ailleurs, 312 membres des Premières Nations sont morts de la COVID-19 à travers le pays et 26 024 personnes sont rétablies.

La situation est particulièrement difficile au Nunavut, où le gouvernement signale 50 cas actifs répartis à Iqaluit, à Kinngait et à Rankin Inlet. Le Canada est résolu à soutenir le Nunavut durant cette dernière vague d’éclosions, a déclaré SAC dans un communiqué.

Plus de 50 % des adultes auraient reçu une dose de vaccin

En date du 27 avril, 366 418 vaccins contre la COVID-19 ont été administrés dans 661 communautés des Premières Nations, des Inuit et des territoires. Cela représenterait plus de 59 % des adultes des Premières Nations et plus de 72 % des adultes vivant dans les territoires, si on se fie aux projections démographiques de Statistique Canada de 2020.

Au Québec, toutes les communautés des Premières Nations ont commencé la vaccination de masse, assure SAC. La communauté de Kahnawake, en Montérégie, a même terminé sa campagne et 74 % de ses membres admissibles ont été inoculés. 

Plus à l’ouest, en Alberta, les Premières Nations enregistrent 223 cas actifs, mais c’est relativement peu compte tenu du fait que la province compte 21 000 cas actifs. De plus, la vaccination va bon train et est en cours dans toutes les communautés des Premières Nations, selon SAC. En date du 27 avril, 52,7 % des adultes vivant dans des réserves ont reçu au moins une dose d’un vaccin, et 21,9 % ont reçu les deux doses nécessaires à la vaccination complète, toujours selon les chiffres offerts par les projections de Statistique Canada en 2020.

Aide des Forces armées canadiennes

Au Manitoba, 11 communautés autochtones ont reçu ou reçoivent l’aide des Forces armées canadiennes pour vacciner leurs populations. Le personnel militaire a été déployé vers la fin du mois de mars et devrait d’ici le 30 juin se rendre dans 23 communautés difficilement accessibles.

Les Forces armées sont également présentes en Ontario depuis le mois de janvier. Elles aideront d’ailleurs les communautés des Premières Nations de Wunnumin et de Pikangikum à administrer les deuxièmes doses des vaccins contre la COVID-19.

Progression de la vaccination en milieu urbain

Enfin, la planification de la vaccination en milieu urbain est toujours une priorité dans tout le pays, peut-on lire dans le communiqué de SAC. Notamment, une clinique temporaire de vaccination a accueilli pendant deux jours les Autochtones de London, en Ontario, la semaine dernière.

Une clinique pour les Autochtones en milieu urbain a également vu le jour à Calgary, en Alberta, le 21 avril. Il s'agit de la deuxième clinique dirigée par une coalition d'organisations autochtones dans la ville.

La Nation métisse de la Saskatchewan (NM-S) a lancé vendredi, en partenariat avec les autorités sanitaires de la Saskatchewan, sa campagne Vaccinated Métis Strong visant à organiser elle aussi une clinique de vaccination temporaire contre la COVID-19 à Saskatoon.

À Montréal, un premier centre de vaccination pour les Autochtones a vu le jour le 20 avril, et deux autres centres se sont ajoutés le 28 avril. Ces cliniques ont été développées en collaboration avec des organismes autochtones pour assurer une meilleure sécurisation culturelle.

Au Manitoba, la clinique communautaire de vaccination du Centre autochtone de la santé et du bien-être à Winnipeg a ouvert ses portes jeudi. C'est l'une des cinq cliniques du genre annoncées par la province la semaine dernière pour augmenter la vaccination des Autochtones en milieu urbain et des personnes sans-abri.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !