•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Odile Joannette quitte le Wapikoni mobile

Image d'Odile Joannette, directrice générale du Wapikoni mobile.

Odile Joannette quitte son poste de directrice générale du Wapikoni mobile.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Tremblay

Radio-Canada

Après trois ans à la direction générale de cette organisation autochtone vouée à la création artistique, Odile Joannette fera rayonner les arts autochtones au Conseil des arts du Canada.

Mme Joannette dirigera maintenant le programme Créer, connaître et partager : arts et cultures des Premières Nations, des Inuits et des Métis au Conseil des arts du Canada.

« Odile Joannette a su transmettre ses valeurs et mobiliser l’équipe afin de développer la mission et l’offre de services du Wapikoni », peut-on lire dans le communiqué annonçant son départ.

En 2018, elle succédait à Manon Barbeau, la cofondatrice du Wapikoni. Sous sa direction, plusieurs collaborations et projets ont vu le jour au Wapikoni, que ce soit l’appui de Netflix dans le développement de la prochaine génération de créateurs autochtones, la mise en place du Studio virtuel de création pour rester connecté avec les communautés pendant la pandémie.

Également, il y a eu la mise à disposition d’une des caravanes du Wapikoni, au service de la communauté itinérante de Montréal, en collaboration avec l’organisme RÉSEAU et le partenariat avec l’institution Kiuna pour développer le premier programme en cinéma autochtone au Québec.

« Odile a su marquer les esprits et faire entendre sa voix pour défendre et promouvoir l’accessibilité aux espaces de création, de visibilité et d’excellence pour les artistes autochtones, afin de reconnaître collectivement la richesse et la diversité de leurs parcours », dit encore le communiqué.

Cette Innue de Pessamit s’est auparavant impliquée dans divers organismes autochtones, que ce soit Femmes Autochtones du Québec, le RÉSEAU de la communauté autochtone à Montréal, qu’elle a cofondé, en plus de passer une dizaine d’années à l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL). 

Le poste à la direction générale du Wapikoni mobile est maintenant à pourvoir, toujours par un Autochtone. La personne choisie sera responsable de la vision, de l’orientation, de la direction et de la gestion de l’organisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !