•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort suspecte d’un Innu à Montréal : la famille sous le choc

Brian Vollant lors d'une prise de photo dans un parc, dans le cadre d'une campagne de sensibilisation de l'organisme La Porte Ouverte.

Brian Vollant lors d'une campagne de sensibilisation de l'organisme La Porte Ouverte, à Montréal. Ce centre offre des services aux personnes en situation d'itinérance. Surnommé « Big Brian », c'était un habitué du refuge.

Photo : Courtoisie : The Open Door / La Porte Ouverte

La famille de Brian Vollant, un Innu originaire de Mashteuiatsh et Pessamit, cherche toujours à comprendre ce qui a causé sa mort. Des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont retrouvé l’homme de 46 ans sans vie, dimanche matin, au refuge Projets autochtones du Québec (PAQ), situé au centre-ville.

L'organisme, qui vient en aide aux personnes autochtones en situation d’itinérance, n'a pas voulu commenter les circonstances entourant le décès, en raison de l’enquête en cours.

C’était un papa, un frère, un cousin, un homme qui était très apprécié. C’est dur pour la famille, c’est dur pour tout le monde ici, confie son cousin Tshiueten Canapé, depuis l'arrondissement de Chicoutimi, à Saguenay.

On n'aime pas dire itinérant. C’était un nomade, il se promenait partout, de la Basse Côte-Nord jusqu'à Val-d’Or, il est allé partout, partout!, ajoute sa sœur, Marjorie Blacksmith la gorge nouée.

La sœur et le cousin de Brian Vollant, Marjorie Blacksmith et Tshiueten Canapé.

La sœur et le cousin de Brian Vollant, Marjorie Blacksmith et Tshiueten Canapé.

Photo : Courtoisie / Marjorie Blacksmith / Courtoisie

La famille a été avisée de son décès par la police de Mashteuiatsh. Les corps policiers collaborent généralement entre eux pour s’assurer qu’une famille soit avisée en personne de la mort de l’un des siens.

Selon Marjorie Blacksmith, Brian Vollant était à Montréal depuis le mois de janvier. Il l’avait contactée quelques jours à peine avant sa mort. Il devait subir une opération au cerveau pour traiter son épilepsie, dit-elle.

Il aimait rire, il était sociable, pas de malice. C’était quelqu’un de drôle, il n'était pas violent du tout, précise-t-elle.

Brian Vollant est le deuxième Innu de la Côte-Nord fréquentant des refuges de Montréal à perdre la vie dans la métropole depuis le début de l’année.

La mort de Raphaël André, en janvier, avait secoué toute la communauté de Matimekush-Lac John.

Le SPVM a ouvert une enquête pour mort suspecte. Aucune hypothèse n’est écartée, a indiqué vendredi Raphaël Bergeron, porte-parole au SPVM.

Nous avons reçu un appel dimanche à 7 h 15 concernant un homme blessé. Quand les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont constaté son décès. Je ne peux pas dire quand ce décès est survenu ni s’il a été blessé dans le centre d’hébergement ou à l’extérieur. L’enquête est en cours, conclut le porte-parole.

On veut savoir ce qui s’est passé. On se pose plein de questions.

Une citation de :Marjorie Blacksmith, soeur de Brian Vollant

Il menait une vie de nomade entre Mashteuiatsh, Pessamit et Montréal, explique sa sœur, qui soutient que son frère n’avait aucune dépendance à l’alcool ou à la drogue.

Ce n’était pas son genre de chercher du trouble, mais pas du tout, renchérit Tshiueten Canapé.

Chaque fois qu’il venait à Chicoutimi, il venait me voir. Un jour, j’ai dit Brian, tu devrais arrêter de te promener comme ça, tu as des enfants et des petits-enfants! Il a dit ok, j’aimerais ça rester ici. On a trouvé un logement. Mais avant de signer son bail, il est parti. Il n'aimait pas rester à la même place. Il a dit : je ne le veux plus le logement, j’aime mieux voyager!, raconte-t-il.

Montréal, c’était sa troisième famille. Il disait : je repars à Montréal! Je travaille moi! Je vais faire du squeegee avec les amis! Je ne l’ai jamais vu prendre de la drogue. Il buvait de temps en temps, pour fêter avec ses amis, mais il pouvait ne pas boire pendant plusieurs jours, poursuit Tshiueten Canapé.

Hommages dans les refuges de Montréal

Des centaines de messages déferlent sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de sa mort, particulièrement chez les membres des communautés de Mashteuiatsh et de Pessamit.

Les intervenants des refuges de Montréal ont également tenu à lui rendre hommage.

Nous avons malheureusement perdu un être cher de la communauté de PAQ. Brian Vollant était très apprécié de tout le monde [...] C’était un homme avec un grand cœur qui adorait sa famille, ses sœurs et frères, et ses amis, écrit Projets autochtones du Québec sur son site Facebook.

Il aimait rendre visite à ses communautés, Mashteuiatsh et Pessamit, et en revenait toujours plus heureux, les yeux brillants de bonheur. [...] Il était fier de sa culture innue et la partageait avec passion. [...] Brian, tu nous manqueras à tous, conclut l’organisme.

Brian Vollant fréquentait également La Porte Ouverte de jour.

Big Brian était un habitué de The Open Door. Nous souhaitons nos plus sincères condoléances à ses amis et à sa famille, il nous manquera beaucoup. R.I.P Brian, écrit l’équipe d’intervenants.

Des funérailles à Mashteuiatsh et Pessamit

Les funérailles doivent avoir lieu cette semaine. Un service pour permettre aux proches de se recueillir se tiendra d'abord à Pessamit. Brian Vollant doit être ensuite porté vers son dernier repos à Mashteuiatsh.

En raison de la pandémie, la famille ne savait pas encore vendredi si l'événement pourrait être accessible à tous ses amis et ses proches.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !